Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/08/2009

Saint-Cergue (CH), petite gare alpine

Revenons encore un instant sur mes découvertes ferroviaires de l'été 2008. Si j'aurais pu vous proposer un regard sur les gares de Chamonix (F) ou de Saint Gervais-Le Fayet (F°, qui ne manquent pas de charme, je préfère relater ici la magie des petits trains de montagne et plus particulièrement celui qui mène de Nyon, petite ville à portée de Genève, sur le lac Léman, à Saint-Cergue et La Cure, deux localités suisses à proximité de la frontière française. Jusque 1958, il circulait encore jusqu'à Morez, en France.

On embarque dans le Nyon-Saint-Cergue-La Cure (NStCM), qui a circulé jusqu'à Morez, en France, jusqu'en 1958, à partir d'une annexe en sous-terrain à la gare de Nyon. Le matériel roulant, tout de rouge vêtu, se distingue évidemment des convois de grands lignes. C'est que la pente qu'on lui demande de gravir sur une distance relativement courte est si forte (60à certains endroits) que des locomotives classiques n'y parviendraient pas. La voie est métrique et le NStCM ressemble davantage à un gros tram emmitouflé pour les rudes hivers alpins. En ce sens, il me rappelle un peu les trams T de la Green Line à Boston, qui, eux, sont verts et opèrent en milieu urbain et péri-urbain, loin des reliefs.

StCergue1.JPG

Le départ est donné et le NStCM émerge rapidement du sous-terrain pour se faufiler entre les vignes de l'arrière-pays genevois. Après quelques arrêts de banlieue, on quitte la plaine et l'escalade commence, souvent à flanc de colline. Puis, ce jour-là, elle s'interromp, le temps d'une rupture de charge à Genolier, en raison de travaux sur la voie, et deux arrêts couverts par une navette de bus. Avec l'altitude vient l'insolite. Une mère et deux enfants débarqués lors d'un arrêt programmé en contrebas d'une seule habitation! J'exagère un rien, mais voilà un très suisse point d'arrêt! Et ces randonneurs qui longeaient absentément la voie, à dix centimètres d'épaule du train, sans que cela ne semble émouvoir le personnel roulant. Voilà qui donnerait le tournis aux agents d'Infrabel et de B-Security! Mais c'est le paysage que cherche avant tout le regard. Majestueuse flaque dans l'immensité de verdure, le lac Léman respire au loin, là plus bas.StCergue2.JPG

A Saint-Cergue, l'air est pur. La petite gare allie modernité et tradition, et occupe une place de choix, synonyme de son importance, entre les chalets et le clocher. Elle abrite également une remise; une antique automotrice pointe le bout du nez. Mais, pour dire vrai, c'est encore le panorama qui interpelle. Des sentiers de promenades mènent rapidement aux plus beaux points de vue. Dans ce vaste théâtre alpin, Nyon apparait au loin comme une anecdote paysagère. C'est du moins ce que prétendaient, un rien vaniteux, les criquets, stridulant en solo...

Revenu à la gare, j'ai photographié puis attendu le train revenu de La Cure. En redescendant vers Nyon, j'ai mieux encore mesuré l'importance du NStCM dans la vie des habitants de ce coin du Jura. Quoique rouges, ses automotrices prétendent redonner à la verdure alpestre un bonne couche de vert, même quand elle blanche de neige. Mais qui mieux que Christophe (Le monde ferroviaire de Christophe), un confrère du coin, pour vous conter cette tranche de vie et d'histoire?   

StCergue3.JPGStCergue4.JPG

Les commentaires sont fermés.