Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/05/2010

(F) Jeumont et je rentre

[Treizième et dernier article d'un parcours le long de la Sambre, le long de la ligne 130A, avec arrêts à Marchienne-Zone, Landelies, Hourpes, Thuin, Lobbes, Fontaine-Valmont, Labuissière, Solre-sur-Sambre, Erquelinnes Village et Erquelinnes. Mais parfois, les automotrices de la SNCB franchissent la frontière, juste un peu.]

Jeumont1.JPG

Jeumont2.JPGIl est étrange, le court parcours qui mène huit trains par jour d'Erquelinnes à Jeumont. Deux kilomètres de voies usées par les lourds convois de frêt, égrénées à faible allure par de rares voyageurs aux billets "Trampoline". Il est étrange, ce no man's land frontalier, macabre dans son silence et son abandon, qui fait hésiter. Deux kilomètres de voies au ballast noirci par le temps, la négligence des uns, l'indifférence des autres.

Un homme à moustache, au képi différent, m'interpelle en gare de Jeumont. Je décline mon objectif, lui ses consignes. Je pointe donc là où je peux, sur la première voie, où la vieille automotrice stationne encore, avant son retour chez nous.Jeumont3.JPG Je rêve d'un uniforme et d'un laisser-passer, dans cette ancienne gare frontière au faisceau rouillé. Je rêve d'une fenêtre sur le passé et d'une visite guidée de la douane et des guichets.

Je m'attarde encore dans la gare et ses alentours. Ce n'est pas l'heure du TER; les lieux sont donc déserts. Depuis 2007, la salle des pas perdus, dans laquelle on ne se perd plus, fait partie d'un centre artistique dédié au numérique. Je m'attarde encore dans la gare, la gorge nouée. Ce n'est pas l'heure du souper, mais il me faut rentrer. Un jour, c'est certain, à Jeumont en transit je viendrai, pour de nouvelles aventures vers le Nord et Calais.

Je m'éloigne, dans un mélange de rires et de larmes. De Charleroi-Sud à Jeumont en train je suis venu, pour vous montrer ce que j'y ai vu.Jeumont4.JPG J'en suis heureux, mais le train n'ira pas plus loin. Alors, c'est le long de la Sambre que je rentrerai, sans laisser-passer ni visite guidée. Il est étrange, ce chemin de fer et d'eau qui mène les hommes de pont en pont, de val en val, de ville en ville, par-delà l'horizon.

Je rentre à la maison en mesurant ce qui a changé le long des rails depuis mon passage. Les hommes bâtissent un hall omnisports à Erquelinnes. Ils rénovent enfin la vieille gare de Labuissière. Ils élaguent à Lobbes. Toujours rien à Thuin, mais ils reposent la voie côté nord dans le tunnel de Leernes. Ils ferraillent les 22 déclassées de la Zone à Marchienne. Je rentre à la maison en longeant les rails, de jour comme de nuit, par-delà l'horizon.

Labuissière5.JPG

[Illustrations - :tout en haut: Vue de la gare côté place, prise le 30 avril 2010. A gauche de l'image, on distingue l'entrée vers les guichets SNCF, qui se situaient jadis dans l'aile désormais garnie d'une superstructure en aluminium et en plexiglas. :en haut, à droite: Vue de l'autre côté de la place, le même jour. La partie de la gare à l'avant-plan accueille la Plateforme des arts et technologies numériques. Détonnante reconversion! :au centre, à gauche: A peine trois minutes après son arrivée en gare de Jeumont, le 30 avril 2010, l'automotrice 753 de la SNCB se prépare déjà à repartir vers Charleroi. :en bas, à droite: Vue latérale de la gare de Jeumont, toujours le 30 avril 2010. Le style de cartouche, dans lequel est inscrit le nom de la gare, est typique de l'architecture des gares de l'ancienne Compagnie du Nord (Français ou Belge). N'y a-t-il pas une soudaine ressemblance avec la face latérale de la gare de Quévy? :tout en bas: en rentrant chez moi, à l'issue de ces treize articles sur la ligne 130A, je constate, le 24 avril 2010, que l'ancienne gare de Labuissière est en travaux, sans doute en vue d'en faire une habitation privée salubre.]

20/05/2010

Le vendredi, à Erquelinnes

[Douzième article d'une série de treize concernant la ligne 130A qu'empruntent de vieilles automotrices en toisant la Sambre, avec arrêts à Marchienne-Zone, Landelies, Hourpes, Thuin, Lobbes, Fontaine-Valmont, Labuissière, Solre-sur-Sambre et Erquelinnes Village.]

Erquelinnes1.JPG

Erquelinnes2.JPGLe vendredi, à Erquelinnes, n'est pas un jour comme les autres. La rue Albert Ier, centre névralgique de la cité, se gonfle d'une centaine d'étals à l'occasion du marché hebdomadaire. On vient parfois de loin pour flâner, chiner et dépenser un peu. La bière et le café coulent à flots; les friteries ne désemplissent pas. On y vient même en train, car il n'y a pas dix pas du quai au marché. A Erquelinnes, le vendredi, la gare s'anime et s'emballe, comme au bon vieux temps.

Les gens d'Erquelinnes, le vendredi, oublient un peu qu'ils sont à la limite, au bout du chemin. C'est qu'ils préfèrent de loin la saveur des légumes du marché à l'amertume des salades du Marché commun, de cette Europe sans frontières qu'on leur a vendu à prix fort. Où commence la France, où s'achève la Belgique? Au milieu du passage à niveau, vous répondra-t-on, un peu las, au Roi du Matelas!Erquelinnes3.JPG

Avec un pied dans chaque pays, je m'engage sur la frontière invisible et contourne la gare. Je rejoins la Sambre, dont l'onde paisible n'a que faire de ces chimères, puis le port de plaisance, où personne ne plaisante à c't' heure. A distance, je longe les rails, ceux qui restent, en sentant sous mes pas l'écho lointain de trains d'antan, ceux venus, sur la 108, de Binche et d'ailleurs.

Le vendredi, à Erquelinnes, la gare s'anime et s'emballe, de sons et d'étoffes. Mais le soir venu, elle broie du noir et replonge en enfer, hantée sans honte par les dealers et les paumés. Erquelinnes4.JPGElle était bien plus heureuse au temps des douaniers et des wagons chargés, au temps des gares frontières, des laminoirs et ateliers. Fière et majestueuse, elle incarnait un monde déjà ancien où les frontières qu'on impose sont celles qui protègent.

Les gens d'Erquelinnes, le lundi, savent qu'ils vivent au Far West, à la frontière, au centre de trafics malsains. Où commence la France, où s'achève la Belgique? Il n'y a de limite qu'en rêve pour les gredins, recherchés dans l'une, libres dans l'autre. Où commence le mal, où s'achève le bien? Au milieu du passage à niveau, peut-être, vous répondra-t-on le jour du marché...

Erquelinnes5.JPG

[Illustrations - :tout en haut: Intérieur de la gare d'Erquelinnes, ici photographié le 30 avril 2010. :en haut, à gauche: Le passage à niveau marquant la frontière entre la Belgique et la France, saisi le 4 janvier 2010. :au centre, à droite: La voie 1 à Erquelinnes, photographiée dans le sens vers la France le 24 décembre 2008. :en bas, à gauche: Vue extérieure de la gare d'Erquelinnes, prise le 24 décembre 2008. :en bas: Une automotrice attend le départ vers Charleroi-Sud le 30 avril 2010 dans l'après-midi.]