Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/03/2011

OK: Okegem, ligne 90

Okegem4.JPG

OK, j'étais à Okegem pour deux raisons. Une image dans une revue a suffi, et hop en mission je suis parti. Il y avait aussi la ligne 90, qu'on dit mal aimée. Comme j'ai de l'amour à donner, je voulais la voir et la caresser du regard.

OK, je n'ai pas fait l'heure à Okegem. C'est un peu à cause d'un relais manqué à l'aller, où j'ai dû stagner. Denderleeuw et ses quais rouge et vert, où je suis resté gelé, vous comprenez? Alors, j'ai dû faire vite et allonger le pas pour prendre la pleine mesure de ce lieu rural et bourgeois.

Okegem1.JPG

OK, je suis resté un peu en gare d'Okegem. Le clocher et les crocus m'importaient moins. La gare est toute vide, toute restaurée. C'est remarquable, cette authenticité forcée par le lucre brassicole. Poussera-t-on à faire du guichet un comptoir, à y vendre des bières de seconde classe plutôt que des billets de première? La Maes se débitera bientôt à flots non en face, mais dans la gare!

OK, j'avais l'humeur cynique sur les quais d'Okegem. Si c'est là son destin, j'accepte car au moins elle vit. On rira même bientôt en ses murs, c'est tout dire! Quant à la ligne, je ne m'en ferais pas. On y voyage en cabotant certes, de Denderleeuw à Mons, et le frêt s'y fait rare. Mais il y a trop de vie locale, de part et d'autre, pour s'en défaire.
Okegem2.JPGOkegem3.JPG

OK, j'exagérais un peu en partant d'Okegem, car je ne suis pas reparti par Grammont. Mais le soleil était mal mis et j'avais déjà une autre gare en tête. Vers Clabecq d'Okegem je suis parti, mais je sais déjà qu'un jour j'y reviendrai, avec de l'amour à donner, y prendre une bière et rire, à gorge déployée, en ses murs.

Okegem5.JPG

[ILLUSTRATIONS: Photos prises en gare d'Okegem le 3 mars 2011.]

19/03/2011

Anagrammes d'Amay

Amay1.JPG
Amay3.JPGC'était un jour d'été en gare d'Amay, après une flânerie raccourcie et une bière éphémère. J'étais assis à même le quai sous un soleil de plomb, la tête à l'air, de la sueur sur les paupières. Sous une chaleur écrasante, trois jeunes fumaient des joints un peu plus loin. Mon regard s'est perdu dans le nom du lieu, écrit blanc sur bleu face à moi, de l'autre côté des voies. L'étourdissement venant, j'ai beaucoup voyagé avant que ne survienne un train, avant que ne revienne l'ombre.

Amay. A.M.A.Y. A l'envers, Y.A.M.A. Mais aussi M.A.A.Y. Et A.Y.A.M. Et puis M.A.Y.A. Que se passe-t-il? Le soleil tape. Où suis-je encore?

Yama donc? Avec ces chaleurs, je ne sais plus. Mais si c'était Yama, ce serait un point d'arrêt dans les montagnes irradiées du Japon ou dans le désert du Niger. Or, si je vois toujours bien, entre les perles de sueur, il y a ici une gare en brique rouge et un feuillage bien vert. Yama ce n'est pas, mais à vrai dire, avec les méninges torchées, tout est relatif.

Amay2.JPGMaay peut-être? Je ne crois pas. J'y verrais une gare de style colonial, au Transvaal ou près du Cap. Mais la flore serait autre, plus vive et peuplée de babouins. Or, ici, le cap, je le perds et il n'y a d'autres colonies que celles des enfants rôtis qui chantent et crient un peu plus loin. Mais bon, s'il n'y a que Maay qui m'aille, alors je prendrai celle-là.

Gare d'Ayam alors? Le parfum de la pierre du quai n'évoque ni l'Inde ni le Yémen et leurs gares pâles comme la terre, ridées par le soleil et la poussière. Y a pas d'Ayam ici, même si Ayam happy. Mais vite de l'eau ou un coca car la syncope menace. A se demander comment les jeunes un peu plus loin tiennent debout encore.

Amay4.JPGMaya, c'est ça? Non, je ne pense pas. L'air y serait rare, dans cette petite gare des hauts plateaux andins, où le train ne vient qu'un matin sur vingt. Tiens, voilà des abeilles, manquait plus que ça. Je les chasse d'un geste sec. Il fait trop chaud, et comme Willy je deviens fou. Au fait, il vient quand le train? J'attends depuis si longtemps déjà.

Les mots cèdent, les sons fondent, la mémoire - l'Amaymoire - flanche en gare damée. Des roues grincent, des freins crissent, un homme gris sort. Etourdi, le crâne brûlant, je titube et monte dedans, telle une abeille ivre au Yémen, et m'éloigne, à l'ombre, dans une caisse, vers Namur et le soleil couchant.

Amay5.JPG
[ILLUSTRATIONS- Photos de la gare d'Amay - ou faut-il vraiment dire "de Amay"? - prises le 27 août 2009.]

 

06/03/2011

Le campanile de Trooz

[campanile, n.m. 1. Clocher d'église isolé du corps du bâtiment, à la manière italienne. 2. Petit clocher à jour, sur le faîte d'un bâtiment.]


Trooz2.JPG

Trooz1.JPGJe suis parti à Géronstère un jour il y a deux étés. C'était une longue promenade en train et à pied dans les villages du coin dont, je vous ai ramené, il y a quelques mois, une carte postale de Theux. Alors que le train s'envolait vers Pepinster, au départ, j'ai dû tomber dans un semi-coma, une catatonie du moins. J'ai cru voir le campanile de Trooz. Je vous jure: j'ai cru le voir de mes propres yeux! C'était en août 2009.

Je suis donc parti à Trooz un jour, il y a cinq semaines. C'était une longue promenade en train pour trois heures sur place. Mais je voulais voir le campanile de Trooz. Le choc fut, évidemment, immense. Pas de campanile! Pourtant, j'ai bien cherché. A l'oeil nu, à travers l'objectif, au toucher. J'ai même sondé le sol à la recherche de gravats, palpé l'herbe gelée, gratté entre les brins. Rien.

Trooz4.JPG
Secoué, je me suis perdu dans les rues de Trooz, sans jamais sembler quitter Forêt. La Vesdre était sale; les seuls passants étaient flanqués de chiens. Jamais loin des rails, j'ai vu défiler les trains, surtout des automotrices et même un ICE. Je dois bien avouer que j'ai cherché le campanile jusque dans l'eau. N'en pouvant plus, j'ai rebroussé chemin et suis retourné en gare.

Trooz3.JPGLà, j'ai accompli mon devoir. Entendez que j'ai photographié les quais, le tunnel et même le vieil étang de jardin des chefs de gare d'antan. J'ai surtout photographié la gare, cet "appareil polygonal de moellons de pierre grise", un édifice "de style pittoresque" (1). J'ai varié les distances, les angles, les hauteurs. Rien n'y a fait. En plein hiver, j'y aurais vu plus de campanules que de campaniles.

Dans le train du retour, j'ai relu des notes: "... moellons de pierre grise... [avec] tourelle à campanile...". Ca y est, on y est. Il y avait bien jadis un campanile à Trooz! Le soir, j'ai ouvert des livres et usé du clavier. Je n'ai pas trouvé l'histoire de sa disparition, mais je sais maintenant que c'était il y a longtemps. Etais-je donc si nase en partant à Géronstère, en passant par Trooz, un jour d'été il y a deux ans?

Trooz5.JPG
(1) DE BOT, Hugo, Architecture des gares en Belgique: Tome I 1835-1914, Turnhout: Brepols, 2002, p. 53.

[ILLUSTRATIONS: Toutes les photos ont été prises le 31 janvier 2011. Elles évoquent toutes la gare de Trooz privée depuis trop longtemps de son campanile. Pourtant, il exista bien jadis.]