Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/06/2011

Fauroeulx et sa gare enchantée

[Huitième évocation de l'ancienne ligne 109 qui reliait jadis, de façon parfois folklorique, Mons à Chimay. Ce parcours en vingt-quatre articles a commencé à Mons gare latérale, avec des haltes à Cuesmes-Etat, Hyon-Ciply, Harmignies, Vellereille-le-Sec et Estinnes.]

Fauroeulx1.JPG

A plus d'un titre, l'histoire de l'ancienne gare de Fauroeulx épouse celle de la ligne 109 qu'elle desservait. Une histoire hachée, parfois joyeuse mais rarement sereine, dans une région tantôt minière, tantôt agricole, où le rail ne connut qu'un éphémère succès. Une histoire peuplée de petites gens au courage sans borne et de petits trains sans ambitions hors norme.

Fauroeulx2.JPGComme souligné précédemment, le premier segment de la ligne 109 ouvert à la circulation ferroviaire fut, en 1868, celui reliant Mons à Bonne-Espérance, d'où les convois pouvaient poursuivre leur parcours vers Haine-St-Pierre via la ligne 108. Relier par le rail les bassins houillers du Borinage et du Centre était en effet, comme son nom l'indiquait, l'objectif premier de la Compagnie du chemin de fer des bassins houillers du Hainaut. Dans une conjoncture financière difficile, la société privée avait entamé la réalisation des tronçons entre Bonne-Espérance et Chimay, mais sans y investir les sommes nécessaires. Si l'Etat racheta, en 1871, la concession et le segment déjà construit, ses propres ennuis financiers et un relatif manque d'intérêt pour ce qui ne serait jamais qu'une ligne secondaire retardèrent l'avancée des travaux ailleurs sur le tracé.

Ce n'est qu'en mars 1882 que fut inaugurée une nouvelle courbe reliant Estinnes à Fauroeulx, devant permettre aux trains de poursuivre leur trajet vers Lobbes et au-delà. Ainsi fut donc formé le triangle de Fauroeulx, dont il ne reste presque plus rien aujourd'hui sinon des sentiers feuillus et un RAVeL assez peu fréquenté. Peu nombreux seraient les passants qui pourraient y reconnaître un ancien maillon important du rail minier belge...

Fauroeulx3.JPG

C'est en suivant le sentier tapissant mollement la branche sud du triangle, donc la courbe de 1882, qu'on arrive, sans que cela saute aux yeux, sur le site de l'ancienne gare de Fauroeulx. Deux allées bitumées parallèles séparées par un petit talus, l'une étant le RAVeL, l'autre une voirie privée, longent, à quelque distance et derrière un rideau arboré, les habitations de la rue Albert Ier. Parmi elles se cache, sans crier... gare, l'ancien bâtiment voyageurs devenu maison unifamiliale. On a peine à croire qu'il y avait ici, en ces lieux si sereins, il y a un demi-siècle, une gare de troisième catégorie avec quatre voies à quai, deux postes de block et une cour à marchandises remplie de bois, de sable, de charbon!

Fauroeulx5.JPGIl y avait ici une vie qu'il n'y a plus, une "gare bon enfant... [où] tout le monde s'entendait et s'appréciait", comme la décrit Henri Scaillet. "Fauroeulx et sa mentalité 'vieux chemin de fer'", où il n'y avait "du chef de gare au chargeur [qu'] une seule consigne: faire marcher la boutique.". Entre deux correspondances, voyageurs et cheminots en pause tuaient le temps au café de la gare, chez le "grand Narcisse", qui leur servait avec chaleur la bière ou le café. Et puis, assez brusquement, en trois ans de temps, au début des années 1960, les lignes 108 et 109 ont cessé d'alimenter la gare, la cour, le café, et tout ce petit monde a disparu, emportant au loin le souvenir de toute une vie ferrée.

Il y avait ici une vie qu'il n'y a plus, une "gare importante au milieu des champs... sur laquelle il y aurait tant à dire.". Mais voilà, il ne reste plus grand monde pour en parler et en laisser une trace, une toute petite trace, pour la postérité. A l'heure des cadences infernales et des flux tendus, à l'heure du TGV et du nouveau chemin de fer, il ne reste à Fauroeulx, au milieu des champs, qu'un timide écho des petits trains sans ambition qui roulaient autrefois du triangle ferré à la gare enchantée.

Fauroeulx4.JPG

[ILLUSTRATIONS - Tout en haut, en grand, une vue de la gare de Fauroeulx du temps de sa splendeur. :: En haut, à droite, voici l'amorce du triangle de Fauroeulx aujourd'hui. Le sentier qui se glisse derrière les arbres à gauche était la courbe nord vers Bonne-Espérance, posée en 1868 et déposée en 1940. Le sentier à droite était la courbe sud vers la gare de Fauroeulx, posée en 1882 et déposée en 1962. :: Au milieu, une vue du fond de la rue Albert Ier à Fauroeulx prise le 1er novembre 2010, dans laquelle on reconnait, sur la droite, malgré quelques transformations architecturales, l'ancienne gare et, plus loin, quelques vestiges de l'ancienne cour à marchandises. :: En bas, à gauche, on reconnaît le RAVeL de la ligne 108 et une voirie privée qui occupent aujourd'hui l'emplacement des voies extérieures (4 et 5?) de l'ancienne gare de Fauroeulx. :: Tout en bas, l'ancienne gare, ici photographiée le 2 mai 2011, est désormais une habitation privée cachée derrière une végétation abondante.]