Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/09/2011

Les yeux fermés à Leignon

leignon,gare,ligne 162,sncb

leignon,gare,ligne 162,sncbUn vieil homme est venu s'asseoir près de moi, un mardi d'août, le long des rails à Leignon. Je ne savais plus quel angle choisir encore pour faire mienne la gare masquée. Il y en a comme ça, par-ci, par-là sur le réseau, qu'on a dérobées au regard et ravalées au rang de demeures privées, derrière une haie ou des panneaux. Pour ne pas être vu, certes, mais aussi, mais surtout pour ne pas voir les morts en ligne.

Le vieil homme s'est assis à mes côtés près de la gare, le teint voilé par l'alcool et le tabac. Derrière sa moustache en bataille, il n'a pu ravaler le souvenir pesant d'hommes fauchés par le train. Sa voix était grave mais pas triste, car ces hommes, il ne les connaissait pas vraiment. Il les a vus mourir mais pas grandir, ou alors si peu. Ce qui pèse, alors, c'est de n'avoir rien pu y faire.

Le vieil homme s'est éloigné un moment et moi aussi. J'ai pensé à autre chose, mais pas trop longtemps. Dans la rue, derrière la gare, j'ai croisé des jeunes à vélo, des innocents aux yeux blancs, moins sensibles au malheur des gens. Des accros de l'écran et de la vie par procuration, roulant sans rire et sans aimer le vent. Je les ai vus morts mais pas grands, ou alors si peu. Ce qui pèse tant, c'est de ne rien pouvoir y faire.

leignon,gare,ligne 162,sncb

leignon,gare,ligne 162,sncbJe me suis rassis et le vieil homme est revenu. Il m'a parlé d'un homme plus vieux encore, aux yeux noirs, qui s'est couché en travers de la voie après une dispute avec sa femme. Il m'a parlé d'un homme pas mûr encore, aux yeux bleus, happé par l'IC en traversant derrière son train. Il m'a parlé d'hommes fauchés et d'hommes miraculés, aux regards éteints ou sublimés, jugés pour leur insouciance par Dieu sait qui.

Assis à Leignon, le vieil homme et moi avons fermé les yeux un instant. Puis, l'IC passé, nous avons parlé du souvenir et de l'oubli, des gens déterrés par la mort et des gens enterrés par la vie. "J'en ai vues des choses ici", a-t-il encore murmuré avant de s'en aller. Des choses, des morts en ligne qui pèsent et que les gens de la gare masquée ont choisi de ne pas voir, endormis au vent ou devant leur écran. 

leignon,gare,ligne 162,sncb

[ILLUSTRATIONS: Photos prises en gare de Leignon le 2 août 2011.]

Les commentaires sont fermés.