Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/01/2012

Biesme-sous-Thuin, mon bonheur éteint

[Treizième étape d'un parcours en vingt-quatre articles le long de l'ancienne ligne 109 (Mons-Chimay). Au départ de Mons gare latérale, nous nous sommes arrêtés, comme les trains d'autrefois, à Cuesmes-Etat, Hyon-Ciply, Harmignies, Vellereille-le-Sec, Estinnes, Fauroeulx, Merbes-Sainte-MarieBienne-lez-Happart, Lobbes et Thuin-Ouest.]

biesme-sous-thuin,train,sncb,gare,ligne 109

C'était mon petit bonheur, mon petit coin de paradis. J'y allais parfois, quand le coeur était bas, au soir ou au matin, humer le parfum froid de la roche qui suinte. J'y ai vu mon premier renard, quelques serpents aussi. J'y étais comme seul au monde, assis entre les rails oubliés, à rêver de voyages répétés vers des gares imaginaires. J'y étais en paix, avec le monde et moi-même, le début et la fin de toute chose, jusqu'à l'oubli.

Au début, j'y allais avec les yeux d'un enfant, émerveillé mais craintif, sans savoir s'il y avait un danger. Puis j'ai vu les arbres couchés sur la voie et je me suis installé, sans pousser trop loin. J'y ai eu chaud et froid, mais jamais trop ni assez. Puis j'ai su où j'étais et j'y suis revenu encore et encore. J'ai longé la voie et pris mes quartiers, çà et là, dans l'écho des trains d'antan.

biesme-sous-thuin,train,sncb,gare,ligne 109

biesme-sous-thuin,train,sncb,gare,ligne 109J'étais entre Thuin-Ouest et Biesme-sous-Thuin, sur l'ancienne ligne 109 dont je ne savais rien. Ce parcours sur les traces d'Henri Scaillet, quelque part, a commencé là, il y a dix ans. Ces rails oubliés, cette voie unique presque recouverte de mousses, m'ont ramené sur les chemins de mon enfance, ferrés ou non, et bien d'autres. C'était mon petit bonheur, mon petit coin de paradis à moi.

Puis, un jour, il n'y a pas si longtemps, un engin menaçant, à l'arrogance orange, a tout retourné, les mousses comme les arbres, le vieux ballast aussi. Avec une cruauté méthodique, imparable, il a déferré la voie de mes errances intimes. Alors, chassé, je suis sorti du bois et j'ai marché vers l'ancienne maison du garde. Avec le temps, j'ai accepté le sacrifice, en me disant que ces moments perdusbiesme-sous-thuin,train,sncb,gare,ligne 109, je pourrais les vivre, par procuration, dans les clichés que j'en avais pris. J'ai accepté la cicatrice en partageant, sans jamais leur dire, la joie des enfants du tram, pour qui mes rails furent reposés.

Aujourd'hui, dans le vieux vicinal qui m'emmène vers le prochain quai, celui de Biesme-sous-Thuin, je m'imagine, le nez collé contre la fenêtre, faire le même voyage au siècle dernier, la vapeur aidant. Je sais que, dans l'histoire du rail, la halte ne restera guère plus qu'une anecdote, "un mini quai, juste de quoi recevoir un autorail", comme l'écrivait Henri Scaillet. biesme-sous-thuin,train,sncb,gare,ligne 109Il n'y eut ici jamais de gare, jamais de recettes directes, pas même un code télégraphique. Le quai, aussi petit fût-il, a disparu. Seule est restée, figée sur l'ancienne maison du garde, la mention héraldique du lieu.

Aujourd'hui, quand je marche, avec beaucoup de nostalgie, vers Biesme-sous-Thuin, j'entends, dans le silence de la campagne, le ronronnement devenu familier du dernier autorail vers Chimay, qui me rattrape, puis me dépasse, comme chaque soir depuis toujours..

biesme-sous-thuin,train,sncb,gare,ligne 109

[ILLUSTRATIONS (de haut en bas) :: (tout en haut) : En mai 2009, voilà à quoi ressemblait encore mon coin de paradis, mes rails oubliés entre Thuin-Ouest et Biesme-sous-Thuin :: (en haut) : Le 22 avril 2005, le printemps avait commencé à recouvrir la voie abandonnée :: (en petit, à droite) : Le 31 mai 2009, un engin menaçant pointait le bout du nez :: (en petit, à gauche) : Le 14 mars 2010, voilà à quoi ressemblait le lieu, élargi par endroits pour laisser passer le RAVeL et la ligne de l'ASVi :: (en petit, à droite) : Le 7 juin 2009, l'ancienne maison du garde à Biesme-sous-Thuin arbore encore la plaque héraldique du point d'arrêt, à l'orthographe originale (Biesmes avec s) :: (tout en bas) : Le 30 octobre 2011, je repasse dans un lieu qui m'est cher, entre Thuin-Ouest et Biesme-sous-Thuin, mais cette fois à bord d'un ancien tram vicinal à vapeur de l'ASVi.]

16/01/2012

Courbes rentrantes à Thuin-Ouest

[Douzième article d'une série de vingt-quatre à propos de l'ancienne ligne 109 (Mons-Chimay), fermée au trafic voyageurs depuis près d'un demi-siècle. A la recherche des vestiges laissés par les trains d'antan, nous nous sommes arrêtés à Mons, Cuesmes-Etat,Hyon-Ciply,Harmignies,Vellereille-le-Sec,Estinnes,Fauroeulx,Merbes-Sainte-MarieBienne-lez-Happart et Lobbes.]

ligne 109,thuin-ouest,gare,sncb,trainLa petite ville de Thuin doit à la Sambre sa quasi-verticalité. Sur son versan perché, fier comme un paon, le beffroi gratte les nuages et toise, un peu moqueur, ces petites créatures qui dévalent les remparts ou filent à travers les jardins suspendus. En cherchant l'ouest à leur suite, on aboutit, en contrebas, au bord de la Biesmelle, un affluent de la Sambre, qu'enjambait jadis la ligne 109. De là, quel que soit l'angle d'attaque ou la courbe rentrante, on pense revoir l'ancien bâtiment voyageurs de la gare de Thuin-Ouest, qui hélas s'est évanoui, victime du temps et de ses aléas.

Venez donc par la ville basse, en bas du viaduc, le long de la Sambre, dans la rue 't Serstevens. En passant l'Eglise Notre Dame d'el Vaux, scrutez la butte dans l'axe de la voirie. Par-delà le vieux mur devant vous trônait la gare disparue. Il y a un siècle, vous l'auriez peut-être trouvée bruyante, alors qu'on y chargeait, dans des claquements sourds, des poêles dans les wagons garés dans la cour à marchandises. Avancez, allez voir... Mais ne demandez en aucun cas qu'on vous indique la gare, car on vous enverrait gentiment paître à Thuin-Nord!  

ligne 109,thuin-ouest,gare,sncb,train

C'est qu'à une époque dont seuls les plus anciens se souviennent désormais, il y avait deux gares à Thuin, sises sur des lignes différentes. Thuin-Nord, sur l'autre rive de la Sambre, devait son appellation cardinale à la Compagnie des chemins de fer du Nord-Belge, qui a exploité la ligne (130a) entre Charleroi et la frontière française jusqu'à la Deuxième guerre mondiale. Cette gare, devenue Thuin par défaut quand Thuin-Ouest a succombé, la dessert aujourd'hui encore; elle vient d'être splendidement rénovée. Comprenez donc que pour aller alors de Thuin-Ouest à Thuin-Nord, mieux valait marcher car le train ne reliait ces gares qu'au prix d'un rebroussement à Lobbes...

ligne 109,thuin-ouest,gare,sncb,trainAdmettons maintenant que vous preniez demain le train de Lobbes à Thuin. Après le pont sur la Sambre, vous devinerez une ouverture entre les arbres sur la droite. Ce sillon timide, que la nature a déjà presque reboisé, était la ligne 109 qui se débranchait là de la 130a. Une ancienne maisonnette du chemin de fer garde d'ailleurs toujours l'endroit, de façon tout à fait civile. Si la simple voie qui menait à Chimay a vu son dernier service voyageurs le 31 mai 1964. le trafic de marchandises a subsisté un temps au départ des cours de Thuin-Ouest, de Thuillies, de Strée. Puis la ligne 109 dans sa moitié sud n'a plus survécu qu'au gré des dessertes de la sucrerie de Donstiennes, avec un train le mardi, le mercredi et le vendredi jusqu'en 1991. La SNCB a déclassé la ligne en cet endroit en février 1993.

ligne 109,thuin-ouest,gare,sncb,trainSi enfin vous avez la chance d'admirer le panorama des terrasses du Château Beauregard, qui évoque le prestige d'antan de la cité thudinienne, vous noterez sans doute en contrebas ces rails bien vivants qui occupent l'ancienne gare de Thuin-Ouest et strient les rues avoisinantes. Ces rails bien chantants mais à écart métrique véhiculent aujourd'hui le rêve et la passion des nostalgiques du vicinal. Ce n'est pas une hérésie, car trains et trams se côtoyaient encore, là en bas, loin des grands centres, il y a soixante ans, avant que tout foute le camp.

Ainsi donc, à Thuin-Ouest, entre trains et trams, l'histoire et les hommes qui la font ont choisi ces derniers. Même si la gare s'est comme évaporée par mauvais vent, on la devine encore, la brique un peu sale. Quel que soit l'angle d'attaque, quelle que soit la courbe rentrante, on la devine encore, qui lâche des voyageurs, de par les remparts, de par les jardins suspendus, à l'assaut du beffroi, il y a trop longtemps...ligne 109,thuin-ouest,gare,sncb,train

[Voir également l'article consacré à l'actuelle gare de Thuin, jadis appelée Thuin-Nord, lors de l'évocation de la ligne 130a: Les fleurs du mal à Thuin.]