Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/06/2016

Pour la petite histoire

orient-express,charleroi-sud,marcheinne-zône,ligne 130a,gare,trainAprès la grève, je voulais revoir les trains. Je suis parti un dimanche après-midi comme souvent. Jamais très loin de la ligne 130a, ma ligne. Souvent de Marchienne-Zône à Charleroi-Sud, selon un de mes itinéraires parmi une multitude. Et donc, à Marchienne-Zône, vers 15h45, après que je dois descendu du train, a été annoncé un train en passage. Je me suis acroupi et la 1354 est passée, remontant vers Jeumont, seule.

On était le 5 juin 2016, aujourd'hui. Avec cette photo de la 1354, banale au départ, j'ai entamé ma promenade. Il faisait lourd, même sans un vrai soleil. J'ai pris par le canal, pour avoir de l'air. J'ai marché vite, sans trop savoir pourquoi. A 16h59, je me suis installé voie 11 à Charleroi-Sud. Il ne me restait plus qu'à passer le temps, absentément, en attendant le train de 18h14.

orient-express,charleroi-sud,marcheinne-zône,ligne 130a,gare,train

orient-express,charleroi-sud,marcheinne-zône,ligne 130a,gare,trainEt puis voie 11 a été annoncé un train en passage. En scrutant le lointain d'où j'étais, il m'a semblé que la 1354 revenait déjà de la frontière. Mais que tirait-elle donc, car on aurait dit, d'aussi loin, des voitures voyageurs? Tout de même pas des M4? Et puis stupeur (et tremblement), alors que la 1354 longeait déjà le quai, à 17h27: ne voilà pas qu'elle tractait ni plus ni moins que l'Orient-Express!

Le hasard donnant lieu à l'improvisation, j'ai tenté d'en saisir une image qui vaille. Le prestigieux convoi s'est arrêté un très court instant, me laissant photographier sa plaque. Le Venice-Simplon-Orient-Express! Et puis il est reparti, me laissant plein de regrets. Ah! Si j'avais su! Je me serais posté voie 10, ou mieux encore à La Buissière, voie 1, collé aux arbres, piaffant avant l'instant de grâce.

orient-express,charleroi-sud,marcheinne-zône,ligne 130a,gare,train

J’ai aperçu, du mauvais côté des fenêtres, les intérieurs précieux des compartiments. Les boiseries d’un autre temps, les cuivres blinquant et, furtivement, le personnel ressemblant à autant de majordomes… Il n’y avait à bord, semble-t-il, aucun voyageur, personne prenant le thé, attablé devant de vieilles porcelaines et des cuillères en argent. Non, l’Orient-Express est reparti anonymement, comme il était venu, pour la petite histoire.

Car la grande histoire, celle que l’on retiendra à jamais de ce 5 juin 2016, c’était cinq heures plus tard, à 23h03 précises, quand est survenue cette collision fatale dans le brouillard d’Hermalle, quand le train de Liège s’est encastré dans des wagons Ermewa, ôtant la vie à un conducteur et deux voyageurs.

Les commentaires sont fermés.