Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/02/2017

Block 4

sncb,dampremy,blanchisserie,block,ligne 260,monceau,marchienne

[Le block 4, photographié de la route de Mons le 1er juin 2014.]

Pour la dernière fois sans doute, je suis ressorti de la cabine en ruine le cœur un peu gros. Sous un ciel très gris, je me suis éloigné sans trop savoir où aller. Je me suis retourné une fois encore, puis j’ai laissé aux phares défilant sur la chaussée le soin de me chasser vers un coin moins sinistre... C’est que la mort d’une ligne ferrée, aussi méconnue soit-elle, me plonge dans une mélancolie sans fond. C’est étrange et  c’est souvent une longue histoire…

***

sncb,dampremy,blanchisserie,block,ligne 260,monceau,marchienne

[Le 31 octobre 2016, la route de Mons à Dampremy à l’endroit même où la franchissait naguère le petit pont ferroviaire de la ligne 260.]

Il y a de longs mois déjà, un camion circulant route de Mons à Dampremy percutait le petit pont ferroviaire tout vieilli, tout rouillé, la surplombant peu avant La Providence. Le petit pont fut démoli, et on estima qu’il ne devait pas être reconstruit. Cet accident, aussi anodin parût-il, sonna le glas de la ligne industrielle 260, qui fut longtemps une place-forte dans le transport des matériaux et produits de la métallurgie carolorégienne.

J’espère lire un jour l’article ou l’ouvrage de vrais historiens qui m’en apprendront davantage sur ses lourds trains et multiples raccordements. Notons toutefois que la ligne 260, mise en service dès 1882, n’eut jamais le transport de voyageurs pour vocation. Si tel avait été le cas, elle leur aurait proposé une bien saisissante et sinueuse traversée, tout en fumées, tout en tuyaux, des fleurons du Pays Noir à la belle époque…

sncb,dampremy,blanchisserie,block,ligne 260,monceau,marchienne

[Après avoir quitté Monceau-Formation, la ligne 260 se faufilait sous la rue du Port avant de venir longer le canal. Cette vue a été prise le 18 février 2017 du pont permettant à la rue du Port, qui plus loin devient la route Latérale, de franchir le canal.]

La ligne se détachait de Monceau-Formation au niveau du Groupe Nord après avoir franchi les quatre voies des lignes 124 (Bruxelles-Charleroi) et 124A. Puis elle venait se poser sur un talus le long du canal, qu’elle suivait un moment tout en bordant la cokerie, avant de virer vers les forges, fonderies et hauts-fourneaux. Passé le petit pont disparu, les rails venaient toiser la Sambre bardée de cheminées, où se confondaient la brume matinale et les fumées recrachées par les métaux en fusion. A une époque, les wagons se chargeaient et se déchargeaient par milliers… chaque semaine !

sncb,dampremy,blanchisserie,block,ligne 260,monceau,marchienne

[La ligne 260 bordait et desservait la cokerie de Marchienne, fermée en 2007. Comme le montre cette vue prise le 29 janvier 2017, le paysage à cet endroit, parmi un des plus souillés de Belgique, symbolise à lui seul le déclin irrémédiable de l’industrie sidérurgique au Pays Noir.]

Mais avec le temps, leur axe d’évacuation vers le nord et notamment le port d’Anvers, via Monceau et la ligne 124, se satura. En septembre 1988, la SNCB inaugura un nouveau faisceau de six voies dit de la « Blanchisserie », du nom de l’ancien puits de charbonnage situé non loin, qui permit d’évacuer les wagons de Cockerill, puis Carsid, par la ligne 140 (Charleroi-Ouest – Ottignies) fraichement électrifiée, en évitant le lent et tortueux parcours vers Monceau…

sncb,dampremy,blanchisserie,block,ligne 260,monceau,marchienne

[Le 31 août 2014, le soleil se couche sur le faisceau Blanchisserie, ici photographié en direction de Charleroi-Ouest et de la ligne 140, et sur le block 4, visible à gauche sur l’image. La caténaire n’a pas encore été retirée, cinq mois avant la mise hors écritures de la ligne 260 et de ses installations.]

Une cabine de signalisation fut construite à la sortie du faisceau du côté Providence. Il s’agissait du block 4, dépendant de la gare de Monceau. Evidemment, j’aurais aimé le visiter de son vivant. Mais comme je ne suis pas « de la maison », ce genre de lieux m’est généralement interdit. Je me suis donc contenté de visites post-mortem, avec mon habituelle ambition d’entretenir le souvenir de personnes à ce jour  inconnues.

***

Et donc, lorsque je suis ressorti de cette cabine en ruine pour la dernière fois, ce jour-là, j’avais l’impression de porter sur mes épaules, par procuration, les rêves brisés de milliers d’ouvriers.

En pénétrant, quelques minutes plus tôt, dans l’édifice aux baies fracturées, j’avais vite remarqué une odeur de tabac tiède, m’apprenant que la visite du jour ne serait pas tout à fait solitaire. Un jeune couple de SDF – ou de réfugiés, ou d’amoureux interdits ? – somnolait dans un coin, blottis contre le froid humide… Ils ont ouvert les yeux, hagards, inquiets de mon intrusion. Mais je suis presque invisible et ils se sont aussitôt rendormis.

sncb,dampremy,blanchisserie,block,ligne 260,monceau,marchienne

[L’intime mélancolie d’une cabine de signalisation abandonnée se manifeste sur ce cliché – parmi tant d’autres ! – saisi dans le poste de block 4 le 4 octobre 2015.]

En me frayant un passage à travers le mobilier saccagé, j’ai mené une dernière inspection. Sur un mur pas très loin des casiers fracturés, le vieux calendrier tenait encore, affichant pour toujours les jours de septembre 2008. Puis, je suis revenu vers le tableau optique, ultime vestige relativement intact. J’ai regardé par les fenêtres jaunies, à moitié éclatées : je n’y ai vu que des rails désolés et, au-delà, un locotracteur inanimé et des métaux momifiés.

sncb,dampremy,blanchisserie,block,ligne 260,monceau,marchienne

[« Par les fenêtres jaunies… que des rails désolés… un locotracteur inanimé et des métaux momifiés », le 20 janvier 2016.]

A l’analyse, répétée souvent, il m’a semblé qu’avec chaque jour qui passait, de nouveaux éléments avaient disparu de l’ancien pupitre de commande… En me tenant bien devant, pour la toute dernière fois, j’ai cherché en vain, dans la forêt des boutons-poussoirs restant, celui marqué « Fin ». Celui qui m’aurait permis de mettre un point final à l’agonie de ce lieu étranger, aimé post-mortem, de ce block 4 bientôt oublié…

sncb,dampremy,blanchisserie,block,ligne 260,monceau,marchienne

[« J’ai cherché en vain… celui marqué « Fin »…, le 20 janvier 2016, en invoquant la Providence, la Blanchisserie et tous les dieux du chemin de fer, avant de sortir du block 4, pour la dernière fois sans doute, sous un ciel très gris... ]

Les commentaires sont fermés.