Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/01/2018

Raison faite à Anseremme

anseremme,gare,sncb,train,ligne 166

Plus de dix ans après mon dernier passage, je suis revenu visiter la gare d’Anseremme. J’avais pris la peine, au préalable, de relire l’article tout au début de ce blog, où je l’avais qualifiée de « havre de paix ». Avec le recul, je me dis que c’était exagéré et que le seul havre d’alors, c’était d’avoir trouvé ma voie, celle qu’éclairent aujourd’hui des centaines de stations de Belgique et d’ailleurs.

J’écrivais alors :

« Je m'installerais volontiers dans une chaise longue sur le quai opposé pendant des heures, qu'il pleuve ou qu'il fasse beau. »

C’en est bien la preuve ! Car cette chaise longue, vous le savez bien, je pourrais l’installer sur n’importe quel quai de gare ! Mais je me souviens avoir été particulièrement fasciné par le bâtiment voyageurs (BV) d’Anseremme qui, à l’époque, n’était déjà plus qu’une ruine vouée à une démolition certaine :

« Après tout, elle n'est pas encore aussi vilaine que les gares de Thuin ou d'Assesse, qui sont de véritables hontes nationales. Elle est juste vieille et très fatiguée. »

anseremme,gare,sncb,train,ligne 166

[La gare d'Anseremme du temps où le bâtiment voyageurs, certes délabré, bordait encore le quai. Photo prise le 30 juin 2006.]

Ha ha ! Et pourtant, des trois, c’est elle qui a disparu la première. Le BV de Thuin, entre-temps, a été splendidement réhabilité pour devenir, en 2012, la nouvelle Maison de l’Emploi. Même le BV d’Assesse a survécu un temps, sans plus jamais se bonifier, et n’a succombé devant la pelleteuse que le 10 février 2017 (1). Ainsi va l’histoire…

anseremme,gare,sncb,train,ligne 166

[Il manque un bâtiment sur la gauche de l'image, là où stationnent aujourd'hui la voiture et sa remorque...]

Je me souviens aussi de ce moment de déchirement il y a quelques années, à travers la vitre d’un train vers Bertrix, quand j’ai relevé que la vieille bâtisse trouée et pâlie s’était comme évaporée. Que cette gare d’Anseremme, que j’avais naïvement réduite à cette seule même bâtisse, allait désormais devoir exister sans. Et que je devrais m’en faire une raison.

« La gare, si elle ne permet pas d'en finir avec la décadence, offre toutefois un répit. Lorsqu'au printemps on s'y trouve seul, c'est-à-dire sans les nuées néfastes de louveteaux boutonneux, c'est même un havre de paix, qu'entretient fidèlement un cerisier du Japon tout en fleurs... »

anseremme,gare,sncb,train,ligne 166Quand je suis revenu dix ans plus tard, donc, c’était la fin des classes et la saison des descentes de la Lesse par des nuées bruyantes d’étudiants flamands en excursion. Le cerisier du Japon avait fleuri il y a un temps déjà, et la voie 1, celle-là même où se dressait naguère la ruine bien-aimée, était inaccessible car en travaux. Oh, et les trains n’étaient plus les mêmes…

En dix ans, certaines choses avaient changé, d’autres pas. En restant suffisamment longtemps en gare d’Anseremme, ce havre dépassé, je me suis souvenu de ce temps où, béat, j’admirais encore les ruines avec un espoir infini.

 

 

(1) Voir En Lignes n°139, juin 2017, p. 18. 

anseremme,gare,sncb,train,ligne 166

[Le 23 juin 2017, l'automotrice Desiro 08529 marque l'arrêt en gare d'Anseremme. Stationnant en face de l'ancienne halle à marchandises, elle s'apprête à redémarrer à contre-voie et poursuivre son parcours vers Libramont.]

Les commentaires sont fermés.