Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/10/2011

Seul à Senenne

gare,train,senenne,ligne 128,pft,sncbC'est le récit d'une aventure un peu extrême que celui de mon passage à Senenne, l'an dernier. Le village, situé dans l'entité de Ciney, balise mollement la ligne 128, celle à qui le PFT rend une seconde jeunesse, un demi-siècle après l'arrêt de l'exploitation par les chemins de fer de l'Etat. Mais, à peu de choses près, le train ne circule que le dimanche, d'avril à octobre, quatre fois sur la journée.

La ligne, qui joue à saute-mouton avec le Bocq, reliera à terme Ciney à Yvoir comme au bon vieux temps. Affluent de la Meuse, le Boc a creusé une vallée encaissée, fortement imprégnée, défiant le génie civil et l'habitat de masse. Comme ailleurs le long du tracé, Senenne a gardé un caractère rural marqué, dans un paysage sublimement gâché par l'imposant viaduc autoroutier de la E411. Soit.

gare,train,senenne,ligne 128,pft,sncb

Senenne dispose du plus petit quai de chemin de fer du pays. Un seul tout petit quai, dix mètres tout au plus, avec pour seul équipement un banc, un panneau d'information et un écriteau en bois renseignant le nom du lieu. Le point d'arrêt est plus que facultatif, car seuls les autorails le desservent, pas les autres engins historiques du PFT. Pour les riverains, le train est un beau jouet, pas une option de transport.

gare,train,senenne,ligne 128,pft,sncb

gare,train,senenne,ligne 128,pft,sncbIl faut savoir ce que l'on fait lorsqu'on demande l'arrêt à Senenne sous une pluie battante, un dimanche après-midi! Car il n'y aura ni refuge, ni échappatoire. Après avoir sublimement raté la photo qui me tenait à coeur, je me suis aventuré de par les champs, pour ne pas rester sur le banc trempé. Avant même d'atteindre Sovet, j'ai rebroussé au pas de charge pour ne pas rater le dernier train du jour, de la semaine.

La pluie a doublé d'ardeur et, soudain, je n'étais plus sûr du chemin. L'horloge avalait les minutes tel un ogre affamé. Aveuglé, ivre d'averses, j'ai navigué à l'instinct entre le maïs et les prés. J'ai tâté la terre du pied, en tentant mon destin, en cherchant mes rails, mon chemin tracé. J'ai atteint le petit quai trois minutes avant l'heure, dernier délai avant une semaine seul à Senenne.

 

gare,train,senenne,ligne 128,pft,sncb

[ILLUSTRATIONS - Le point d'arrêt facultatif de Senenne sur la ligne 128 (Ciney-Purnode), photographié le 8 août 2010. La ligne est aujourd'hui exploitée par le PFT.]

09/10/2011

Au fil de l'encre à Chatelineau-Châtelet

châtelet,chatelineau-châtelet,gare,sncb,train,ligne 130,ligne 119,ligne 138

châtelet,chatelineau-châtelet,gare,sncb,train,ligne 130,ligne 119,ligne 138Vue du ciel, elle aurait semblé telle une pieuvre géante, lançant dans le paysage, comme autant de tentacules, des lignes et des raccordements ferrés. Du temps de sa splendeur, on l'aurait vue presque fâchée, crachant à tout-va de grands trains sombres se dissipant, comme autant de traits d'encre, dans les eux fumantes du Pays noir. Aujourd'hui, la bête a vieilli et s'est calmée, blessée dans sa chair.

Elle, c'est la gare de Châtelet, ou de Chatelineau-Châtelet comme elle se fit appeler jadis. Je lui rends parfois visite le matin, après l'heure de pointe, quand l'horizon est clair. Les jets d'encre se sont fait plus courts et plus rares. Le Paris-Moscou (1) est un souvenir de jeunesse et on lui a préféré Tamines comme tête de ligne. Elle souffre encore des ablations; par moments, elle croit sentir vibrer encore la 119 (2) .

châtelet,chatelineau-châtelet,gare,sncb,train,ligne 130,ligne 119,ligne 138

châtelet,chatelineau-châtelet,gare,sncb,train,ligne 130,ligne 119,ligne 138Mais ne la croyez morte. Elle prospère dans la semi-clarté, à l'aube et au crépuscule, quand elle forme et déforme des trains par dizaines et les envoient au loin. Ils reviennent souvent quand le soleil est bas, quand le sommeil est là. Certains le font vite, d'autres beaucoup moins. Je les suis de loin et j'inspecte les plaies, celles laissées, entre deux terrils, par les voies dont on l'a amputée.

Assis sur le bois en son sein, j'écoute son coeur battre fébrilement, là entre la verrière et la marquise salies. Voilà qu'elle somnole, en attendant le départ d'une rame à vide vers Acoz. Les déboulés des intercity vers Liège ou Lille l'indiffèrent; il n'y a plus personne sur les quais. Boudeuse, résignée sur son sort, elle se laisse rêver d'hier, des hivers de naguère, des houillères d'antan.

châtelet,chatelineau-châtelet,gare,sncb,train,ligne 130,ligne 119,ligne 138Au fil de l'encre à Chatelineau-Châtelet, je caresse la vieille gare et flatte ses attributs. Comme elle, je redoute déjà les prochaines coupes, le jour où disparaitront pour de bon le guichet ou l'ancien block 39 perché tout contre elle, avant le pont. Il faudrait donc classer sans tarder le bâtiment voyageurs, car il est unique et symbolise, mieux que beaucoup d'autres, le glorieux passé industriel wallon.

-------------

(1) Voir le site de la Société Royale d'Histoire "Le Vieux Châtelet"

(2) Référence à la ligne 119 (Châtelet-Luttre), fermée au trafic voyageurs en 1953 et définitivement abandonnée dans son dernier tronçon en 1992 ou peu après.

châtelet,chatelineau-châtelet,gare,sncb,train,ligne 130,ligne 119,ligne 138

[ILLUSTRATIONS - Photos prises à Châtelet le 23 et le 29 septembre 2011 :: Tout en haut: Le bâtiment voyageurs de la gare de Châtelet vu de la voie 2 :: En haut, à gauche: La gare de Châtelet, jadis connue sous le nom de Chatelineau-Châtelet, a été construite en 1912 dans un style éclectique :: Au centre: Sous la marquise de la gare de Châtelet :: Au centre, à droite: Verrière de façade avec horloge, vue de l'intérieur du bâtiment voyageurs :: En bas, à gauche: La cabine de l'ancien block 39 est abandonnée depuis 2009 :: Tout en bas: Surprise! La rame Desiro ML 08504, toujours en test avant une mise en service prochaine, s'est arrêtée à Châtelet à 9h28 le 29 septembre 2011, simulant un service EXT à destination de Namur. C'est le train de demain dans une gare d'hier]


 

09/09/2011

Les yeux fermés à Leignon

leignon,gare,ligne 162,sncb

leignon,gare,ligne 162,sncbUn vieil homme est venu s'asseoir près de moi, un mardi d'août, le long des rails à Leignon. Je ne savais plus quel angle choisir encore pour faire mienne la gare masquée. Il y en a comme ça, par-ci, par-là sur le réseau, qu'on a dérobées au regard et ravalées au rang de demeures privées, derrière une haie ou des panneaux. Pour ne pas être vu, certes, mais aussi, mais surtout pour ne pas voir les morts en ligne.

Le vieil homme s'est assis à mes côtés près de la gare, le teint voilé par l'alcool et le tabac. Derrière sa moustache en bataille, il n'a pu ravaler le souvenir pesant d'hommes fauchés par le train. Sa voix était grave mais pas triste, car ces hommes, il ne les connaissait pas vraiment. Il les a vus mourir mais pas grandir, ou alors si peu. Ce qui pèse, alors, c'est de n'avoir rien pu y faire.

Le vieil homme s'est éloigné un moment et moi aussi. J'ai pensé à autre chose, mais pas trop longtemps. Dans la rue, derrière la gare, j'ai croisé des jeunes à vélo, des innocents aux yeux blancs, moins sensibles au malheur des gens. Des accros de l'écran et de la vie par procuration, roulant sans rire et sans aimer le vent. Je les ai vus morts mais pas grands, ou alors si peu. Ce qui pèse tant, c'est de ne rien pouvoir y faire.

leignon,gare,ligne 162,sncb

leignon,gare,ligne 162,sncbJe me suis rassis et le vieil homme est revenu. Il m'a parlé d'un homme plus vieux encore, aux yeux noirs, qui s'est couché en travers de la voie après une dispute avec sa femme. Il m'a parlé d'un homme pas mûr encore, aux yeux bleus, happé par l'IC en traversant derrière son train. Il m'a parlé d'hommes fauchés et d'hommes miraculés, aux regards éteints ou sublimés, jugés pour leur insouciance par Dieu sait qui.

Assis à Leignon, le vieil homme et moi avons fermé les yeux un instant. Puis, l'IC passé, nous avons parlé du souvenir et de l'oubli, des gens déterrés par la mort et des gens enterrés par la vie. "J'en ai vues des choses ici", a-t-il encore murmuré avant de s'en aller. Des choses, des morts en ligne qui pèsent et que les gens de la gare masquée ont choisi de ne pas voir, endormis au vent ou devant leur écran. 

leignon,gare,ligne 162,sncb

[ILLUSTRATIONS: Photos prises en gare de Leignon le 2 août 2011.]

11/04/2011

Effleurer Clabecq, à plein gaz

Clabecq1.JPG

Ayez le coeur bien accroché, si jamais de par la gare de Clabecq vous errez! Un flux nourri de voitures et de camions transperce à plein gaz et à toute heure un endroit qui mérite mieux. Sous un soleil frais, c'est le règne des particules fines et des pollumètres survoltés. Le village lui-même, perché derrière le canal, a bien des charmes mais le voilà hâlé d'un jaune malade.

En essayant d'abstraire le vacarme automobile, vous penserez voir une vieille gare paisible. Avec un peu de nostalgie sur les joues, vous verrez même un vestige élégant du rail d'antan, magistral. Mais, au passage à niveau, vous verrez le monde autrement, sali, fâné, enfumé, suffoquant. L'automobile n'est pas seule fautive: il y a aussi les Forges et leur héritage polluant.

Mais les Forges, si elles sont moins ardentes, c'est sacré! A défaut de délocaliser la saleté, on a gardé l'emploi et sa valeur sociale. Il faut donc faire avec les gaz et les mauvaises poussières en abordant la gare. Traverser, marcher vite et droit, sans tergiverser, et filer le long du canal vers Oisquercq et ses deux q. Respirer puis revenir de l'autre côté, en tendant la joue droite.

Clabecq2.JPG

Sans les autorisations, explorer la gare est interdit. C'est dommage car il doit bien subsister une trace, une empreinte des voyageurs du passé. Son présent industriel ne saurait masquer le souvenir de baisers volés sur le quai, il y a longtemps, avant un départ vers Noucelles ou Fauquez. L'automobile n'est pas seule fautive: il y a aussi les hommes et leur besoin de liberté.

Alors, pour bien saisir la gare de Clabecq, il faudra revenir à l'aube, un dimanche d'été, sans masque ni pince-nez. Avec un peu de chance, voitures et camions dormiront encore, loin d'elle, et je ne devrai plus l'effleurer. Avec un peu de chance, je pourrai l'approcher pour qu'elle me conte sa vie passée. Et nous rêverons d'un monde sans gaz, sans mauvaises poussières...

Clabecq3.JPG

[ILLUSTRATIONS - Photos prises au vol en contournant la gare de Clabecq le 3 mars 2011.]

31/03/2011

OK: Okegem, ligne 90

Okegem4.JPG

OK, j'étais à Okegem pour deux raisons. Une image dans une revue a suffi, et hop en mission je suis parti. Il y avait aussi la ligne 90, qu'on dit mal aimée. Comme j'ai de l'amour à donner, je voulais la voir et la caresser du regard.

OK, je n'ai pas fait l'heure à Okegem. C'est un peu à cause d'un relais manqué à l'aller, où j'ai dû stagner. Denderleeuw et ses quais rouge et vert, où je suis resté gelé, vous comprenez? Alors, j'ai dû faire vite et allonger le pas pour prendre la pleine mesure de ce lieu rural et bourgeois.

Okegem1.JPG

OK, je suis resté un peu en gare d'Okegem. Le clocher et les crocus m'importaient moins. La gare est toute vide, toute restaurée. C'est remarquable, cette authenticité forcée par le lucre brassicole. Poussera-t-on à faire du guichet un comptoir, à y vendre des bières de seconde classe plutôt que des billets de première? La Maes se débitera bientôt à flots non en face, mais dans la gare!

OK, j'avais l'humeur cynique sur les quais d'Okegem. Si c'est là son destin, j'accepte car au moins elle vit. On rira même bientôt en ses murs, c'est tout dire! Quant à la ligne, je ne m'en ferais pas. On y voyage en cabotant certes, de Denderleeuw à Mons, et le frêt s'y fait rare. Mais il y a trop de vie locale, de part et d'autre, pour s'en défaire.
Okegem2.JPGOkegem3.JPG

OK, j'exagérais un peu en partant d'Okegem, car je ne suis pas reparti par Grammont. Mais le soleil était mal mis et j'avais déjà une autre gare en tête. Vers Clabecq d'Okegem je suis parti, mais je sais déjà qu'un jour j'y reviendrai, avec de l'amour à donner, y prendre une bière et rire, à gorge déployée, en ses murs.

Okegem5.JPG

[ILLUSTRATIONS: Photos prises en gare d'Okegem le 3 mars 2011.]