Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/12/2011

Retour à Lobbes

[Onzième article d'une série de vingt-quatre consacrés à l'ancienne ligne 109, qui longeait jadis la frontière française, de Mons à Chimay. Nous la parcourons au fil des souvenirs d'Henri Scaillet, un machiniste de la SNCB décédé en 2006, qui a raconté, à sa façon, l'histoire du chemin de fer et son vécu professionnel. Nous sommes partis de Mons gare latérale et nous sommes arrêtés à Cuesmes-Etat, Hyon-Ciply, Harmignies, Vellereille-le-Sec, Estinnes, Fauroeulx, Merbes-Sainte-Marie et Bienne-lez-Happart. L'arrêt suivant est Lobbes, où, comme le sauront les plus fidèles, je joue à domicile!]

[Voir également sur ce blog, lors de l'évocation de la ligne 130A: Lobbes est ma gare rare]

lobbes,sncb,gare,train,ligne 109,ligne 130a

La forte pente ne se remarque pas immédiatement. En délaissant le site un peu étrange de l'ancienne gare de Bienne-lez-Happart, on semble marcher en terrain plat. "On", c'est vous, c'est moi et toute personne se balladant de nos jours, par un après-midi ensoleillé, sur le sentier boisé occupant l'assiette de l'ancienne ligne 109. Or, après quelques centaines de mètres, commence ce qui, pour le pied non initié, paraîtra une faible descente, mais qui, pour le machiniste avéré de l'époque, s'assimilait à un plongeon vers Lobbes. En termes ferroviaires, une pente de dix-neuf pour mille se respecte, surtout au retour, quand il faudra la grimper pour rentrer à Mons.

lobbes,sncb,gare,train,ligne 109,ligne 130aSi l'après-midi est pluvieuse, on patauge un peu, surtout après la fin du RAVeL 109/1, à hauteur de la rue du pont Jaupart. A cet endroit-même, on devine que le niveau des lieux a évolué avec le temps. Impossible d'imaginer que le train franchissait la route à cet endroit autrefois! Il y a un demi-siècle pourtant, on aurait pu y voir Henri Scaillet menant son autorail et quelques voyageurs vers la Sambre, Lobbes, Thuin et au-delà. Un détail de l'histoire pour certains, une douce nostalgie pour d'autres...

De l'autre côté de la rue, une étroite bande de terre vierge de végétation dévale entre les arbres. Ici, le petit sentier griffant l'assiette de l'ancienne voie traverse la réserve ornithologique du Spamboux. Les pieds dans la boue, on rencontre encore çà et là l'un ou l'autre vestige de signalisation ferroviaire. Avec les années qui passent, des arbres se sont couchés en travers du chemin, comme pour barrer l'accès vers Lobbes. Alors, le sentier se tord et évite les obstacles. En cet endroit précis du tracé, Henri Scaillet avait déjà freiné. C'est qu'à l'époque, le pont de la Planchette portait déjà bien son nom...

lobbes,sncb,gare,train,ligne 109,ligne 130a

De fait, aujourd'hui plus encore qu'hier, la structure métallique enjambant un joli méandre de la Sambre est un passage à risque: certaines plaques sont trouées, d'autres manquent carrément. Avec un pied assuré, préservé du vertige, on passe outre, en comprenant pourquoi le RAVeL est scindé. Il faudra des fonds si l'on veut s'assurer que les randonneurs ne voient le fond - de la Sambre s'entend! La ligne 109 garde en ces lieux son caractère sauvage. Vous lirez plus loin pourquoi j'en suis tombé amoureux, il y a dix ans déjà.

lobbes,sncb,gare,train,ligne 109,ligne 130aMais avançons. Comme par enchantement, le sentier au-delà du pont s'éclairicit et s'élargit. L'arrivée, le retour à Lobbes sera boisé. Dans le silence des arbres, on perçoit un courant frais qui susurre à mi-mot un air ancien, venu des temps ancestraux où l'abbaye de Lobbes illuminait ces lieux, et bien d'autres au-delà, de sa piété, de son savoir, de son aura. Sur ce sentier serein, il y eut jadis des moines et des trains. L'Histoire se vit, pour celui qui veut y croire, en se rappelant les exploits des uns et les déboires des autres.

Un roulement un peu cahotant nous sort de la rêverie. Des rails soudés, une caténère même et, cerise sur le gâteau, une automotrice revenue d'Erquelinnes: notre sentier longe désormais la ligne 130A. La gare est en vue, solide et fière de servir encore, elle où coexistèrent pendant longtemps les chemins de fer du Nord-Belge et ceux de l'Etat.

lobbes,sncb,gare,train,ligne 109,ligne 130a

Après avoir franchi une deuxième fois la Sambre, juste avant la gare, on aperçoit de suite les butoirs barrant à jamais les voies 3 et 4, qui accueillaient jadis le trafic de la ligne 109. La vieille pompe à eau, qui alimentait les réservoirs des locomotives à vapeur, a disparu depuis longtemps. Avant même l'époque des autorails, cette pompe n'était pas sans importance, car elle était la seule sur un long tronçon de la ligne 109. Il est arrivé qu'une locomotive engagée vers Chimay doive rebrousser vers Lobbes pour faire le plein d'eau ou risquer de tomber en détresse en rase campagne!

lobbes,sncb,gare,train,ligne 109,ligne 130aDe par sa situation centrale tant sur la ligne 109 que sur la ligne 130A, la gare de Lobbes a été pendant longtemps une plaque tournante des circulations ferroviaires régionales. La correspondance vers Charleroi concernait souvent un grand nombre des voyageurs en provenance de Chimay. A partir de la reprise par l'Etat de l'exploitation des lignes du Nord-Belge, dès 1940, des trajets directs entre Charleroi et Chimay figuraient même à l'horaire, avec rebroussement à Lobbes.

Nombreux étaient donc à l'époque les voyages en ces contrées ancestrales qui impliquaient un retour à Lobbes. Aujourd'hui, la gare abrite le seul guichet de la ligne 130A, lui-même menacé par une lecture trop littérale des statistiques de rentabilité. Mais il doit survivre et survivra sans doute un temps, animé par des cheminots qui ont connu la fin de la ligne 109 et qui, la nuit venue, semblent veiller à son souvenir. Quant à moi, le voyageur, chaque aventure s'achève ici, par un retour à Lobbes.

lobbes,sncb,gare,train,ligne 109,ligne 130a

[ILLUSTRATIONS - Outre les deux cartes postales anciennes, photos prises le 6 août 2011 le long du tracé décrit dans cet article. La voie ferrée apparaissant à l'avant-plan de l'antépénultième photo est un ultime vestige de la ligne 109 en gare de Lobbes. Sur cette même photo, alors que la gare est en vue,on reconnaît, perchée à gauche, la collégiale Saint-Ursmer et, sur la droite, une aile de la clinique Saint-Joseph.]

14/11/2011

Un air d'adieu à Zwankendamme

gare,train,zwankendamme,ligne 51a,sncb,florée,nmbs

gare,train,zwankendamme,ligne 51a,sncb,florée,nmbsLa décision de la SNCB de supprimer 170 trains par jour dès décembre 2012 nous le rappelle: l'heure est à l'austérité dans le monde ferroviaire belge. Nous voyageons dans des trains certes plus confortables qu'il y a une dizaine d'années, mais il y en aura moins sur le réseau. Une première salve avait été tirée en mai dernier, avec l'annonce de la fermeture, de quatre points d'arrêt dès décembre 2011: Antwerpen-Dam, Antwerpen-Oost, Florée et Zwankendamme.

Or, la réalité semble quelque peu différente. Si, dès le changement d'horaire du 11 décembre prochain, Antwerpen-Dam et Antwerpen-Oost ne seront pas (plus?) desservis, Florée et Zwankendamme restent inscrits à l'indicateur. Ce n'est sans doute qu'un sursis, sans soins palliatifs, avant un prochain sacrifice sur l'autel de la rentabilité.

gare,train,zwankendamme,ligne 51a,sncb,florée,nmbs

gare,train,zwankendamme,ligne 51a,sncb,florée,nmbsJ'ai filé vers le nord du pays pour voir Zwankendamme avant sa mort et tenter de comprendre. Le point d'arrêt est le dernier avant Zeebrugge-Dorp sur la ligne 51A, qui est une des nombreuses branches de la ligne 51 au départ de Brugge (Bruges). Les activités portuaires alimentent un trafic intense de marchandises. En trafic voyageurs, une vieille automotrice effectue chaque heure un aller-retour entre Brugge et Zeebrugge, une liaison L dont le terminus est Zeebrugge-Strand en été, Zeebrugge-Dorp le reste de l'année.

J'ai passé près d'une heure vingt sur les deux quais de Zwankendamme, à photographier tout ce qui bougeait et même ce qui n'a jamais bougé. L'automotrice est passée deux fois, une fois dans chaque sens. Une seule personne a embarqué, personne n'est descendu. Le plat pays avoisinnant est peu habité, partagé qu'il est entre les champs, les éoliennes, le zoning portuaire et la nationale qui, à cet endroit, est parallèle au chemin de fer.

gare,train,zwankendamme,ligne 51a,sncb,florée,nmbsJ'ai entamé non une marche funèbre, mais une rhapsodie solennelle en cette fin de matinée. Pour mon bonheur, la lumière était bonne et cinq vieilles locomotives étaient garées sur le faisceau jouxtant le point d'arrêt, comme pour l'accompagner dans ses derniers jours. Sans doute comprennent-elles que les leurs sont comptés également, qu'une nouvelle page de l'histoire du rail est en train de se tourner.

Les convois de marchandises défilant, le passage à niveau a sonné souvent. En ouvrant bien les narines, j'ai senti l'air du large. Bientôt, il emportera au loin le souvenir des quelques voyageurs du coin et des petits trains qui les emmenaient au quotidien. Le passage à niveau a sonné souvent, avec une détermination un peu forcée. Il y avait comme un air d'adieu à Zwankendamme.

gare,train,zwankendamme,ligne 51a,sncb,florée,nmbs

 

26/10/2011

Seul à Senenne

gare,train,senenne,ligne 128,pft,sncbC'est le récit d'une aventure un peu extrême que celui de mon passage à Senenne, l'an dernier. Le village, situé dans l'entité de Ciney, balise mollement la ligne 128, celle à qui le PFT rend une seconde jeunesse, un demi-siècle après l'arrêt de l'exploitation par les chemins de fer de l'Etat. Mais, à peu de choses près, le train ne circule que le dimanche, d'avril à octobre, quatre fois sur la journée.

La ligne, qui joue à saute-mouton avec le Bocq, reliera à terme Ciney à Yvoir comme au bon vieux temps. Affluent de la Meuse, le Boc a creusé une vallée encaissée, fortement imprégnée, défiant le génie civil et l'habitat de masse. Comme ailleurs le long du tracé, Senenne a gardé un caractère rural marqué, dans un paysage sublimement gâché par l'imposant viaduc autoroutier de la E411. Soit.

gare,train,senenne,ligne 128,pft,sncb

Senenne dispose du plus petit quai de chemin de fer du pays. Un seul tout petit quai, dix mètres tout au plus, avec pour seul équipement un banc, un panneau d'information et un écriteau en bois renseignant le nom du lieu. Le point d'arrêt est plus que facultatif, car seuls les autorails le desservent, pas les autres engins historiques du PFT. Pour les riverains, le train est un beau jouet, pas une option de transport.

gare,train,senenne,ligne 128,pft,sncb

gare,train,senenne,ligne 128,pft,sncbIl faut savoir ce que l'on fait lorsqu'on demande l'arrêt à Senenne sous une pluie battante, un dimanche après-midi! Car il n'y aura ni refuge, ni échappatoire. Après avoir sublimement raté la photo qui me tenait à coeur, je me suis aventuré de par les champs, pour ne pas rester sur le banc trempé. Avant même d'atteindre Sovet, j'ai rebroussé au pas de charge pour ne pas rater le dernier train du jour, de la semaine.

La pluie a doublé d'ardeur et, soudain, je n'étais plus sûr du chemin. L'horloge avalait les minutes tel un ogre affamé. Aveuglé, ivre d'averses, j'ai navigué à l'instinct entre le maïs et les prés. J'ai tâté la terre du pied, en tentant mon destin, en cherchant mes rails, mon chemin tracé. J'ai atteint le petit quai trois minutes avant l'heure, dernier délai avant une semaine seul à Senenne.

 

gare,train,senenne,ligne 128,pft,sncb

[ILLUSTRATIONS - Le point d'arrêt facultatif de Senenne sur la ligne 128 (Ciney-Purnode), photographié le 8 août 2010. La ligne est aujourd'hui exploitée par le PFT.]

09/10/2011

Au fil de l'encre à Chatelineau-Châtelet

châtelet,chatelineau-châtelet,gare,sncb,train,ligne 130,ligne 119,ligne 138

châtelet,chatelineau-châtelet,gare,sncb,train,ligne 130,ligne 119,ligne 138Vue du ciel, elle aurait semblé telle une pieuvre géante, lançant dans le paysage, comme autant de tentacules, des lignes et des raccordements ferrés. Du temps de sa splendeur, on l'aurait vue presque fâchée, crachant à tout-va de grands trains sombres se dissipant, comme autant de traits d'encre, dans les eux fumantes du Pays noir. Aujourd'hui, la bête a vieilli et s'est calmée, blessée dans sa chair.

Elle, c'est la gare de Châtelet, ou de Chatelineau-Châtelet comme elle se fit appeler jadis. Je lui rends parfois visite le matin, après l'heure de pointe, quand l'horizon est clair. Les jets d'encre se sont fait plus courts et plus rares. Le Paris-Moscou (1) est un souvenir de jeunesse et on lui a préféré Tamines comme tête de ligne. Elle souffre encore des ablations; par moments, elle croit sentir vibrer encore la 119 (2) .

châtelet,chatelineau-châtelet,gare,sncb,train,ligne 130,ligne 119,ligne 138

châtelet,chatelineau-châtelet,gare,sncb,train,ligne 130,ligne 119,ligne 138Mais ne la croyez morte. Elle prospère dans la semi-clarté, à l'aube et au crépuscule, quand elle forme et déforme des trains par dizaines et les envoient au loin. Ils reviennent souvent quand le soleil est bas, quand le sommeil est là. Certains le font vite, d'autres beaucoup moins. Je les suis de loin et j'inspecte les plaies, celles laissées, entre deux terrils, par les voies dont on l'a amputée.

Assis sur le bois en son sein, j'écoute son coeur battre fébrilement, là entre la verrière et la marquise salies. Voilà qu'elle somnole, en attendant le départ d'une rame à vide vers Acoz. Les déboulés des intercity vers Liège ou Lille l'indiffèrent; il n'y a plus personne sur les quais. Boudeuse, résignée sur son sort, elle se laisse rêver d'hier, des hivers de naguère, des houillères d'antan.

châtelet,chatelineau-châtelet,gare,sncb,train,ligne 130,ligne 119,ligne 138Au fil de l'encre à Chatelineau-Châtelet, je caresse la vieille gare et flatte ses attributs. Comme elle, je redoute déjà les prochaines coupes, le jour où disparaitront pour de bon le guichet ou l'ancien block 39 perché tout contre elle, avant le pont. Il faudrait donc classer sans tarder le bâtiment voyageurs, car il est unique et symbolise, mieux que beaucoup d'autres, le glorieux passé industriel wallon.

-------------

(1) Voir le site de la Société Royale d'Histoire "Le Vieux Châtelet"

(2) Référence à la ligne 119 (Châtelet-Luttre), fermée au trafic voyageurs en 1953 et définitivement abandonnée dans son dernier tronçon en 1992 ou peu après.

châtelet,chatelineau-châtelet,gare,sncb,train,ligne 130,ligne 119,ligne 138

[ILLUSTRATIONS - Photos prises à Châtelet le 23 et le 29 septembre 2011 :: Tout en haut: Le bâtiment voyageurs de la gare de Châtelet vu de la voie 2 :: En haut, à gauche: La gare de Châtelet, jadis connue sous le nom de Chatelineau-Châtelet, a été construite en 1912 dans un style éclectique :: Au centre: Sous la marquise de la gare de Châtelet :: Au centre, à droite: Verrière de façade avec horloge, vue de l'intérieur du bâtiment voyageurs :: En bas, à gauche: La cabine de l'ancien block 39 est abandonnée depuis 2009 :: Tout en bas: Surprise! La rame Desiro ML 08504, toujours en test avant une mise en service prochaine, s'est arrêtée à Châtelet à 9h28 le 29 septembre 2011, simulant un service EXT à destination de Namur. C'est le train de demain dans une gare d'hier]


 

09/09/2011

Les yeux fermés à Leignon

leignon,gare,ligne 162,sncb

leignon,gare,ligne 162,sncbUn vieil homme est venu s'asseoir près de moi, un mardi d'août, le long des rails à Leignon. Je ne savais plus quel angle choisir encore pour faire mienne la gare masquée. Il y en a comme ça, par-ci, par-là sur le réseau, qu'on a dérobées au regard et ravalées au rang de demeures privées, derrière une haie ou des panneaux. Pour ne pas être vu, certes, mais aussi, mais surtout pour ne pas voir les morts en ligne.

Le vieil homme s'est assis à mes côtés près de la gare, le teint voilé par l'alcool et le tabac. Derrière sa moustache en bataille, il n'a pu ravaler le souvenir pesant d'hommes fauchés par le train. Sa voix était grave mais pas triste, car ces hommes, il ne les connaissait pas vraiment. Il les a vus mourir mais pas grandir, ou alors si peu. Ce qui pèse, alors, c'est de n'avoir rien pu y faire.

Le vieil homme s'est éloigné un moment et moi aussi. J'ai pensé à autre chose, mais pas trop longtemps. Dans la rue, derrière la gare, j'ai croisé des jeunes à vélo, des innocents aux yeux blancs, moins sensibles au malheur des gens. Des accros de l'écran et de la vie par procuration, roulant sans rire et sans aimer le vent. Je les ai vus morts mais pas grands, ou alors si peu. Ce qui pèse tant, c'est de ne rien pouvoir y faire.

leignon,gare,ligne 162,sncb

leignon,gare,ligne 162,sncbJe me suis rassis et le vieil homme est revenu. Il m'a parlé d'un homme plus vieux encore, aux yeux noirs, qui s'est couché en travers de la voie après une dispute avec sa femme. Il m'a parlé d'un homme pas mûr encore, aux yeux bleus, happé par l'IC en traversant derrière son train. Il m'a parlé d'hommes fauchés et d'hommes miraculés, aux regards éteints ou sublimés, jugés pour leur insouciance par Dieu sait qui.

Assis à Leignon, le vieil homme et moi avons fermé les yeux un instant. Puis, l'IC passé, nous avons parlé du souvenir et de l'oubli, des gens déterrés par la mort et des gens enterrés par la vie. "J'en ai vues des choses ici", a-t-il encore murmuré avant de s'en aller. Des choses, des morts en ligne qui pèsent et que les gens de la gare masquée ont choisi de ne pas voir, endormis au vent ou devant leur écran. 

leignon,gare,ligne 162,sncb

[ILLUSTRATIONS: Photos prises en gare de Leignon le 2 août 2011.]