Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/09/2008

... pour retrouver la 130a

Samedi sera le jour de mon départ de Nivelles. Samedi sera le jour de mon arrivée à Lobbes. J'ai de la chance, car elle est sacrément jolie, la gare de Lobbes! Déjà plusieurs fois photographiée en 2002-2004, la voici telle qu'elle m'apparut le 1er janvier 2007 en fin d'après-midi. C'est qu'elle a du répondant face à St. Ursmer! Je vous conterai ce changement de base ferroviaire dès ma connection internet établie dans la nouvelle maison...

ec0cd0b69741e02348d62002821662b9.jpg

09/09/2008

Je change de ligne

Dans la vie surviennent de grands changements. L'acquisition d'un logement bouleverse temps et lieu. Et me voici donc bientôt parti de Nivelles, où j'ai résidé pendant trois ans. A 100 mètres de la gare, bien entendu. Car comment faire autrement?4a7782f30a95eb1e7a3735d3d0be24b6.jpg

Lire la suite

21/08/2007

Gares et points d'arrêt

d929bbd34f80ac6a67ceaa53d1f39ea4.jpgGare, n.f. - Ensemble des bâtiments et installations établis aux stations des lignes de chemin de fer pour l'embarquement et le débarquement des voyageurs et des marchandises.

Telle est la définition du dictionnaire et, sans doute, ce que la majorité de nous concevons lorsqu'on entend parler d'une gare. Il est bien question de bâtiments et installations, et donc, si je peux me permettre l'expression, d'une certaine "animation architecturale" d'une station de chemin de fer. Il en découle qu'un point d'arrêt est une station sans bâtiment et/ou installation particulière. Le devoir de rentabilité des sociétés ferroviaires à l'heure actuelle met à mal cette distinction et la définition même d'une gare. N'est plus nécessairement gare tout bâtiment ferroviaire bordé de quais...

 (en photo, le site de la gare de Jemelle, prise le 18 mai 2007)

Lire la suite

16/07/2007

Mon regard

Mon_regard_1.JPGMon regard est celui du voyageur. Enfant, j'ai exploré un autre continent grâce à mes parents. Aujourd'hui, il me reste assez d'enfance pour poursuivre la mission, celle de s'étonner de toute chose, en tout lieu, à toute heure. J'ai augmenté la fréquence, j'ai réduit les distances. Je vais moins loin mais je vais souvent. Je vais à pied et je vais en train. Etait-ce là mon destin?

Accessoirement, mon regard est aussi celui du navetteur, de l'usager, du client lambda. Avec quatre heures de trajet quotidien, j'en vois des choses! Mais j'ai appris que la chose ferroviaire est complexe et que gueuler ne sert à rien. Dans un train en détresse, dans une gare où couve la révolte, j'ouvre un parapluie et j'observe. Au fond, j'aime les retards, car ils me délivrent de l'angoisse de vivre, un jour encore, la même routine que la veille.

 

 

 

Mon_regard_2.JPGMon regard n'est pas celui du cheminot. Hélas, car le détail de l'Histoire ne me vient que par bribes. Hélas aussi, car c'est un métier que j'aurais aimé, si près des rails qui se perdent à l'infini. Pire, j'ai grandi dans une famille sans cheminots, sans oncles commis de factage, sans personne ayant connu l'ancienne garde-barrière. Je me souviens tout au plus des conversations que j'imposais aux machinistes imaginaires de mon train Lego!

C'est avec ce regard que je m'en vais quelques fois par mois et que je m'arrête par-ci, par-là, dans un village reculé. Je cherche l'église, le monument, le ruisseau s'il y en a un. Mais à vrai dire seules comptent la gare et les empreintes laissées par les trains d'antan. Les émotions sont fortes; des larmes de joie coulent parfois. Seuls comptent les rails, le long desquels je m'égare parfois, jusqu'au clocher suivant...

15/07/2007

le long des rails

8dd8ed6d7f95af9a55ea13b1ee5e4e86.jpgJe suis partout et je suis nulle part, mais je suis surtout le long des rails. J'embarque puis débarque, je marche et vous vois, l'inconnu qui part à l'inconnu, un sac sur le dos, un journal à la main. Il est si court, le chemin qui court des gares des villes aux gares des champs. Mais le signal passe au vert avant qu'arrive le train, que quittent des mômes hilares et de jolies mamans. Le képi siffle et le convoi s'ébranle. La gare se vide et se rendort. Pour une heure ou pour la nuit. Mais moi je veille, seul sur le quai, l'appareil à la main, prêt à rendre grâce, à cette vieille dame à la robe de pierres.