Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/12/2015

Château de Seilles, ministère austère

sncb,train,gare,seilles,château de seilles,ligne 125

sncb,train,gare,seilles,château de seilles,ligne 125Il y a bien un château à Seilles, un très vieux château même. Mais on ne peut l'apercevoir du long quai central séparant les voies de la ligne 125 (Namur-Liège). Et pour ce qui est de la vie de château, on repassera... tant l'équipement du point d'arrêt est spartiate. S'il n'y avait eu ce beau soleil de novembre, je n'y serais resté que quelques instants.

A l'approche du sillon ferré, la rue François Jassogne s'élève et franchit les rails en un pont étroit. Les voyageurs descendent par un seul escalier, au milieu du pont, côté est, et aboutissent à l'extrémité d'un quai encore bas qui n'est plus que saupoudré de gravier. Ils peuvent se munir d'un billet pour ailleurs à l'aide de l'automate, ce nouveau luxe qui peuple désormais nos petites haltes.

sncb,train,gare,seilles,château de seilles,ligne 125

sncb,train,gare,seilles,château de seilles,ligne 125Mieux vaut d'ailleurs ne pas avoir à s'éterniser sur le quai car il n'offre aucun siège, et seuls l'automate et la valve des horaires semblent promettre un départ à plus ou moins court terme. Les deux abris, désossés, n'abritent plus de rien et certainement pas des intempéries. A ce tableau de désolation s'ajoutent deux voies abandonnées, où l'on refoulait jadis les wagons de Carmeuse...

A ce moment-là, donc, je me crois seul en gare. Mais une radio grésille de derrière l'escalier et apparait aussitôt un homme du rail, d'orange vêtu, émergeant de son poste éphémère, actionnant un appareil de voie. Il me demande l'heure mais nous ne causons pas. Objectif en main, je comprends que les trains rouleront précautionneusement de part et d'autre du quai.

Je photographie des automotrices inquiètes et les coils logés sur un long train de marchandises. Entre deux messages radio, j'arpente le quai en espérant qu'on l'élèvera bientôt, comme à Andenne. Et en attendant, en tant que voyageur unique, je me suis senti tel un châtelain déplumé prêchant, à Château de Seilles, pour la fin de son ministère austère. 

sncb,train,gare,seilles,château de seilles,ligne 125

[ILLUSTRATIONS: Photos prises en gare de Château de Seilles le 2 novembre 2015 dans l'après-midi.] 

14/11/2015

Assesse, gare terminus!

assesse,ligne 162,sncb,train,gare

assesse,ligne 162,sncb,train,gareUne nouvelle phase des importants travaux d'infrastructure sur la ligne du Luxembourg a nécessité une restructuration provisoire de la desserte locale entre Namur et Ciney. Les omnibus au départ de la capitale wallonne ont ainsi Assesse pour gare terminus, des autobus de substitution se chargeant de débarquer les voyageurs du rail à Florée et à Natoye.

Rien que pour l'aventure, j'ai pris ce bus jusqu'à Florée et son ancien point d'arrêt, où s'affairaient les hommes de la voie. J'ai ensuite marché jusqu'à la jolie gare de Natoye, dont on refaisait les quais. J'ai finalement repris le bus vers Assesse, en plaignant les navetteurs du coin aux parcours rallongés. Je suis remonté à quai, bien à Assesse, décidé à tirer les choses au clair.

assesse,ligne 162,sncb,train,gare

assesse,ligne 162,sncb,train,gareAssesse gare terminus, en voilà une bien sordide ironie! Voulue par la Grande Compagnie du Luxembourg dès 1858, la gare dispose de trois voies à quai, condition presque indispensable au stationnement des trains sur cette grande ligne (1). Les Desiro, automotrices dernier cri, arrivent voie 3, effleurent l'ancien bâtiment voyageurs et repartent vers Namur. 

Le prestige, même temporaire, est plus que relatif. En effet, Assesse, jadis une jolie gare de province, n'en finit plus de dépérir. La fermeture du guichet en 2005 a précipité la ruine de l'édifice, déjà abîmé par le temps et négligé par l'homme. Le village méritait davantage que l'usure et le mépris, mais c'est là hélas le fait d'un monde toujours plus automatisé, toujours plus avide.

assesse,ligne 162,sncb,train,gareA l'heure où l'on rectifie les courbes ferrées d'Assesse, on se dit, en contournant la ruine, que sa seule rectification sera le sacrifice. D'ici peu, les Desiro reprendront leurs traversées et les navetteurs leurs habitudes, laissant la vieille gare à son destin, celui de l'oubli. Assesse gare terminus? Cette voix automatisée dans le train, à mon arrivée, ne croyait pas si bien dire...

 

assesse,ligne 162,sncb,train,gare

[ILLUSTRATIONS - Photos prises en gare d'Assesse le 10 septembre 2015, sauf celle tout en bas, qui a été saisie le 27 mai 2008.] 

03/11/2015

[F] Forcer les choix à Mulhouse

mulhouse,gare,train,train-tram,sncf,ter

mulhouse,gare,train,train-tram,sncf,terLe lecteur régulier de ce blog pourrait penser qu'il est la vitrine d'un interminable voyageur intérieur, intime même, et il aurait sans doute raison. C'est ce que je me disais, attablé au "Grand Comptoir", le bar-brasserie de la gare de Mulhouse [F], une heure avant de reprendre le Vauban. Tant qu'il y aura des rails, il y aura de nouveaux coins à découvrir. 

Au fond, je connais si peu des gares que je visite, et cette frustration me pousse à la boulimie. En rédigeant ces lignes, j'épingle désormais Mulhouse au tableau de chasse, déjà fourni. Mais malgré 48 heures en ses murs ou aux abords immédiats, elle restera une étrangère. A moins de l'habiter, je ne devinerai jamais ses mystères, ses rythmes, ses humeurs. Alors, fuyons?

Le pire, évidemment, c'est que comme toutes les autres, elle a ouvert de nouvelles brèches dans mon ignorance. Ces petits TER Alsace qui filaient vers Kurth ou Belfort, ne passent-ils donc pas par des contrées insoupçonnées, ponctuées de petites gares admirables? A l'évidence, la vie est bien trop courte pour prétendre les visiter toutes, partout, dans tous les pays! Le temps, les distances, l'argent aussi, devront choisir pour moi.

mulhouse,gare,train,train-tram,sncf,ter

mulhouse,gare,train,train-tram,sncf,terAlors, tant qu'à bourlinguer malin, retenons de Mulhouse qu'elle est une jolie ville de province et que l'animation de sa gare en est le reflet. Au départ de cette dernière, un petit maillage de bus et de trams dessert tant le centre que les quartiers excentrés, avec simplicité et efficacité. Sur les grands rails, l'offre est tant internationale que très locale, avec de très grands TGV et de tout petits autorails.

En rentrant au pays, retenons surtout de Mulhouse son train-tram, bleu comme les TER, qui joue le tram en ville puis croise les TGV en filant vers Thann-Saint-Jacques. C'est génial, pas cher et flexible: qu'on se le dise à Liège, dans le Limbourg et partout chez nous où l'on voudrait enlever des rails. La vérité est là: pour aller de l'avant, il faut parfois forcer les choix...

mulhouse,gare,train,train-tram,sncf,ter

[ILLUSTRATIONS - Photos prises à Mulhouse les 26, 27 et 28 août 2015. Sur la photo ci-dessus, un train-tram revenu de Thann-Saint-Jacques arrive devant la gare, où il marquera un arrêt d'une quinzaine de minutes avant d'assurer le service suivant. Sur la grande photo tout au-dessus, un train-tram bleu et un tram jaune attendent tous les deux un départ devant la gare de Mulhouse.]

14/09/2015

Une gare de tranchée à Weerde

weerde,sncb,nmbs,gare,station,train,ligne 25,ligne 27,ligne 27b

weerde,sncb,nmbs,gare,station,train,ligne 25,ligne 27,ligne 27bOn trouve à Weerde, dans le Brabant flamand, une gare étrangement disposée, rare en son genre, dont on dira qu'elle est brutale et paisible à la fois. On ne l'aborde que prêt et paré aux déferlements, aux hordes insolentes de trains vifs et moins vifs qui passent et dépassent, parfois avec fracas, leurs compagnons d'armes. A bien y voir, pourtant, on la sent rompue aux manoeuvres, sereine dans le devoir.

Ces circulations à vitesses variable mènent les voyageurs de Bruxelles à Mechelen (Malines), ou l'inverse. Avant Weerde, en venant de la capitale, les lignes 25 et 27 jusqu'ici collées s'écartent, s'évasent sur leur remblai respectif, laissant entre elles une large tranchée dans laquelle on trouve, blottie comme à Eppegem, une vieiile gare jaunie. Une gare de tranchée, une vraie, une brave ayant survécu aux guerres et aux clans.

weerde,sncb,nmbs,gare,station,train,ligne 25,ligne 27,ligne 27b

weerde,sncb,nmbs,gare,station,train,ligne 25,ligne 27,ligne 27bEn semaine, les trains s'arrêtent voies 3 et 4, sur la ligne 27 donc. Le samedi et le dimanche, on embarque et débarque voies 1 et 2 sur la ligne 25. Prêt et paré qu'il faut être, vous disais-je... Il pourrait même un jour y avoir des voies 5 et 6 si on bardait de quais, comme cela a été envisagé, la ligne 27B qui déboîte vers Leuven (Louvain), juste avant le quai de la voie 4, derrière les arbres.

Pour le reste, on pourrait étudier l'ampleur exacte des tiraillements entre les communes de Weerde et de Zemst, depuis fusionnées sous cette dernière, lorsqu'il fallut, il y a un siècle et demi, donner à a gare son nom. Aujourd'hui, le tissu urbain s'est épaissi et les querelles de clochers se sont éteintes. Mais il y a bien dû y avoir des mayeurs agacés, des échevins remontés, prêts à en découdre pour l'identité ferroviaire.

De nos jours, la tranchée est occupée par l'automobile. On en compte des dizaines, parquées, silencieuses, attendant en contrebas des voies le retour de leurs propriétaires. Chez Mie van Bart, le restaurant à la douce thématique ferroviaire occupant l'ancienne gare, la seule rivalité qui subsiste est celle qui oppose, à distance, dans les assiettes, les tranches de boeuf aux tranches de saumon...

weerde,sncb,nmbs,gare,station,train,ligne 25,ligne 27,ligne 27b

[ILLUSTRATIONS - Photos prises en gare de Weerde le 30 juillet 2015.] 

29/08/2015

[CA] Ottawa pour rien

ottawa,viarail,gare,train

ottawa,viarail,gare,trainJe n'ai rien de bien à raconter d'une heure épuisée, les yeux à moitié fermés, devant la gare d'Ottawa. Je m'y suis rendu par compulsion, parce que c'est que j'aime faire, au terme de dix jours d'un dur labeur canadien, juste avant de rentrer au pays. Je n'avais rien à y faire, pas de train à prendre, personne à déposer ou rencontrer. Je voulais juste voir la gare et la sentir vivre un peu.

A sa décharge, l'endroit est un vrai chantier. C'est que la capitale canadienne réfléchit à une autre mobilité. Rue Slater, j'ai attendu qu'un 96 se dégage de l'impressionnant cortège de bus rouges et blancs d'OC Transpo. Assis, transpirant, j'ai observé les circulations de l'Amérique du Nord, où l'automobile reste décidément souveraine, où le SUV est une norme dans un tissu urbain assez dilaté.

La gare d'Ottawa, inaugurée en 1966, a la forme et l'apparence d'un terminal aéroportuaire. Deux parkings flanquent le bâtiment voyageurs, dont l'aménagement est purement fonctionnel et aseptisé. On n'accède aux quais qu'en possession d'un titre de transport, à présenter suite à l'annonce de l'arrivée du train concerné, comme chez nous il y a une vingtaine d'années.

ottawa,viarail,gare,train

ottawa,viarail,gare,train

Frustré par cette expérience tronquée, j'ai attrapé une brochure vantant les itinéraires de Via Rail. J'ai appris qu'au Canada, les trains avaient tous un nom. J'ai compris qu'ici, au regard des distances, je ne pourrais jamais marcher d'une gare à l'autre. J'aurais aimé avoir le temps d'un petit aller-retour vers Smiths Falls, voire d'un long trajet vers Churchill et les forêts boréales.

Je m'en suis allé en longeant l'improbable rangée de taxis attendant des voyageurs absents. Masquée par une végétation navrée, la boîte de béton et d'acier m'a laissé indifférent. Et dire qu'on a primé son architecture! Alors, en repartant vers le centre-ville, je me suis figuré l'ancienne gare de l'Union dans les années cinquante, lorsque les trains hurlants longeaient encore le canal Rideau, s'arrêtaient, puis repartaient en traversant le pont Alexandra vers Gatineau et au-delà.

ottawa,viarail,gare,train

[ILLUSTRATIONS - Les trois photos ont été prises à Ottawa le 27 juillet 2015. Tout en haut, la gare d'Ottawa telle qu'on peut la voir aujourd'hui. La tranchée bordée d'abris rouges est destinée à accueillir, à partir de 2017, une nouvelle ligne de train-tram. Sur la photo du milieu, on reconnait à gauche un côté de l'ancienne gare de l'Union (1912-1966) bordant le canal Rideau. Tout en bas, enfin, on distingue sur la droite le pont Alexandra qu'empruntaient, jusqu'en 1966, les trains vers Gatineau, ville québécoise située sur la rive opposée de la rivière des Outaouais, qui héberge notamment le Musée canadien de l'histoire dont on aperçoit les bâtiments à la gauche du pont.]