Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/12/2013

A Lobbes, le guichet s'est éteint

lobbes,gare,sncb,ligne 130a,train

Le 15 décembre, dans l'après-midi, le guichet de la gare de Lobbes, ma gare, a cessé d'être. Ils l'ont fait! Ils l'ont éteint pour de bon, malgré une pétition ouverte depuis plus d'un an , signée deux mille fois, dont moi trois fois, histoire de bien marquer le coup. Il faudra désormais utiliser l'automate, quand il fonctionnera, cette machine dont j'ai dit qu'il fallait se méfier.

La fermeture a été brutale et sans appel. Il n'a jamais été question d'une demi-mesure, où l'on aurait d'abord limité l'ouverture à la seule matinée. Car pourquoi attendre encore là où la machine est installée et fonctionne le jour comme la nuit? Après la mort des guichets d'Erquelinnes et de Thuin il y a une dizaine d'années, celui de Lobbes était le dernier de la ligne 130a, entre Charleroi et la frontière française.

lobbes,gare,sncb,ligne 130a,train

lobbes,gare,sncb,ligne 130a,train

lobbes,gare,sncb,ligne 130a,trainLes gares de village, voyez-vous, meurent rarement d'un coup. C'est davantage une longue agonie faite de petites morts. Le guichet qui ferme n'est qu'un clou de plus dans le cercueil. Et pourtant, et surtout, ce clou fait mal. Avec lui disparaissent le bonjour matinal, le bonsoir vespéral. Avec lui s'amorce un déclin esthétique inexorable, conséquence de l'abandon.

Pendant quelques mois, à Lobbes, la salle d'attente restera chauffée. Des signaleurs de jaune vêtus l'ouvriront encore quand viendra le train. Mais bientôt les quais seront éventrés et l'on construira un passage sous les voies. Pendant quelques mois donc, il y aura peut-être encore des bonjours et des bonsoirs. Mais l'été venu, la porte se fermera à jamais et la gare, refroidie, se sera éteinte pour de bon.

Il ne restera qu'un point d'arrêt écorché, glacé l'hiver, tagué l'été. Il ne restera qu'un siècle et demi de souvenirs partagés par des générations de voyageurs, de signaleurs et de chargeurs, d'agents de triage et de sous-chefs de gare. Il ne restera que l'écho lointain des bonjours ensoleillés, des bonsoirs bienveillants. Et, pour moi, des regrets éternels, une tristesse infinie.

lobbes,gare,sncb,ligne 130a,train

30/11/2013

Reliques de Saint-Martin

 [J'avais dit qu'à Marchienne-Zône, il faudrait piocher. Eh bien, j'ai pioché un peu... assez pour revenir à vous avec ceci...]marchienne-zône,ligne 130a,sncb,train,gare,saint-martin,atelier,dépôt

marchienne-zône,ligne 130a,sncb,train,gare,saint-martin,atelier,dépôtSi Marchienne-Zône, de nos jours, n'est plus qu'un point d'arrêt un peu glauque sur la ligne 130a entre Charleroi-Sud et Erquelinnes, ce n'est que le reflet de l'Histoire, des histoires conjuguées, du déclin économique, industriel et donc ferroviaire d'une région jadis parmi les plus riches au monde. Pendant longtemps, donc, la gare de Marchienne-Zône a été le théâtre d'une activité intense, tant pour les voyageurs que pour les hommes du chemin de fer.

J'y suis passé pour la première fois un soir d'octobre, en 2002. Je me rendais à Labuissière et j'étais assis à l'arrière d'une vieille automotrice classique, une rouge, de celles qu'on ferraille aujourd'hui. Après l'arrêt à Marchienne-Zône, j'ai remarqué dans la pénombre une rangée de vieux wagons, des tombereaux peut-être, envahis par la végétation, le long des ateliers mourants de Saint-Martin. Je me suis dit qu'un jour, je les approcherais.

marchienne-zône,ligne 130a,sncb,train,gare,saint-martin,atelier,dépôt

marchienne-zône,ligne 130a,sncb,train,gare,saint-martin,atelier,dépôtLe temps a passé et jamais je ne les ai approchés. J'ai déménagé à Nivelles et j'ai délaissé, pendant trois ans, la ligne 130a. Quand j'y suis revenu, en 2008, les wagons et les rails sur lesquels ils reposaient avaient disparu. Quelle occasion ratée et, pour ce qui est de moi, quelle naïveté! C'est là en effet, plus qu'ailleurs, que j'ai compris qu'à bien des égards, l'histoire du rail ne repasse pas les plats. Surtout, je me suis juré qu'on ne m'y reprendrait plus.

De nos jours, on a coupé le courant et le téléphone à Saint-Martin. L'alarme intrusion est désactivée, et ce n'est qu'une question de temps avant que vandales et squatteurs dégradent les dernières reliques de ce qui, pendant longtemps, fut un haut lieu du rail belge. En marchant dans les lieux, je crois sentir la sueur de ceux qui y ont œuvré. Dans leur cuisine éteinte, la vie s'est arrêtée. Des fiches, des bordereaux jaunis, noircis, gisent parmi des tasses encore vaguement auréolées de café.

Sur l'évier de Saint-Martin, il reste du savon. Mais pourquoi se laver les mains quand elles veulent prendre la poussière? Il y a tant de vestiges et d'archives dont j'aimerais me saisir, afin d'entrevoir les histoires conjuguées de Zône et de Saint-Martin. Celles du rail sublimé, de l'euphorie industrielle. Celles de nos aïeux, venus ici travailler, habiter et mourir. En piochant bien et vite, un historien venu ce jour à Saint-Martin y trouverait encore un trésor social enfoui, l'écho lointain des rires et des cris de plusieurs générations de cheminots.

marchienne-zône,ligne 130a,sncb,train,gare,saint-martin,atelier,dépôt

[ILLUSTRATIONS - Parmi les photos, toutes prises entre septembre et novembre 2013, on notera, tout en haut, une vue d'ensemble de ce qui restait des ateliers Saint-Martin. Le faisceau menant aux ateliers a été déposé en mars 2013 avec le raccordement à la ligne 130a, qu'on voit à l'extrême gauche de l'image. Au centre, une vue du block 59, qui a également fermé à la fin juin 2013 et dont les activités ont été reprises par la cabine EBP de Charleroi-Sud.]

18/08/2013

Transit obligeant à Charleroi-Sud

SNCB, gare, train, Charleroi-Sud, ligne 124, ligne 130, ligne 130a, ligne 132, ligne 140

sncb,gare,train,charleroi-sud,ligne 124,ligne 130,ligne 130a,ligne 132,ligne 140"C'est un peu gore là-bas, non?". Cette question anodine m'est venue, il y a quelques années, d'un collègue à qui j'expliquais que mes trajets quotidiens comprenaient une correspondance à Charleroi-Sud. Il me faut dire déjà que certains clichés ont la vie dure et que, Dieu merci, l'atmosphère d'un jour n'est pas nécessairement celle du lendemain. Pour appréhender cette gare, un seul conseil: restez naturels à toute heure!

Rénovée, réactualisée, rééquipée il y a peu, la gare de Charleroi-Sud n'est plus le coupe-gorge qu'elle a été, à certaines heures du jour et de la nuit, de par le passé. Dans un tissu économique et social fragile, la ville se cherche un peu, et ses atermoiements se retrouvent parfois à la gare. Au pire, c'est un petit bouillon malsain, mais - je vous l'assure sans rire - pas de quoi faire la soupe à la grimace. Rester naturel...

...et voir enfin ses couleurs et sa lumière. Charnière de mes navettes, transit obligé entre Lobbes et Bruxelles, entre ma cité oubliée et la ville où je reviens toujours, un peu comme la marée, Charleroi-Sud éclaire mes journées selon ses humeurs. Des femmes et des hommes y travaillent - des gens bien. A bien y voir, le bleu et le rouge rosé dominent, même et surtout la nuit.

sncb,gare,train,charleroi-sud,ligne 124,ligne 130,ligne 130a,ligne 132,ligne 140

sncb,gare,train,charleroi-sud,ligne 124,ligne 130,ligne 130a,ligne 132,ligne 140J'aime ses couleurs, toutes ses couleurs, même les plus sombres. Il m'arrive d'y venir simplement quand je m'ennuie, histoire de voir ce que réserve l'inconnu. Je n'y suis indifférent à personne, mais je digère dans le calme, transit obligeant. J'y rêve d'un autre temps, où les trains ronflaient sous la halle pendant qu'au buffet des dames en chapeaux prenaient le thé dans de la vieille porcelaine.

Demain, je reviendrai à Charleroi-Sud encore et encore. A la dame âgée qui s'inquiète, j'offrirai des mots complaisants sur les retards. Au jeune désoeuvré qui galère, je donnerai une pièce mais surtout mon amitié. Au contrôleur qui peste, j'accorderai mon sourire et mon soutien. A Charleroi-Sud, imprégné de ses couleurs, je resterai naturel, matin et soir, transit obligeant...

 

sncb,gare,train,charleroi-sud,ligne 124,ligne 130,ligne 130a,ligne 132,ligne 140

[ILLUSTRATIONS, de haut en bas - Le soir du 29 décembre 2011 comme tous les autres soirs depuis quelques années, la gare de Charleroi-Sud est joliment éclairée. :: Vue du site de la gare de Charleroi-Sud prise le 2 février 2013. A la gauche de l'imposant bâtment voyageurs se trouve l'hôtel des chemins de fer SNCB Holding. A l'avant-plan s'étalent les quais de la gare des bus et du métro de Charleroi. :: La 2745, pantographes baissés, en tête d'un train de voitures M6 au repos. Normal, la photo a été prise un dimanche après-midi, le 23 juin 2013. :: Le 17 décembre 2010, sous la neige, la 2904 passe à hauteur du block 20 et du 4603, le vieil autorail Brossel faisant figure de monument. Les TRAXX sont relativement peu présentes à Charleroi-Sud. :: La gare de Charleroi-Sud n'attend que vous. De vous à moi, il y a peu de pas et pas de peur entre deux personnes qui se respectent...]

12/09/2012

Des adieux ratés à Jeumont

sncb,gare,ligne 130a,trampoline,jeumont,suppression,avarie

sncb,gare,ligne 130a,trampoline,jeumont,suppression,avarieLa SNCB a décidé de supprimer, dès ce 10 septembre, tout trafic voyageurs entre Erquelinnes et Jeumont (F). Jusqu'ici, sept trains quotidiens franchissaient du lundi au vendredi la frontière dans chaque sens. La localité française n'était pas desservie le week-end. Les trajets sur la ligne 130a (Charleroi-Erquelinnes) étant assurés essentiellement par des automotrices classiques, l'incursion en France imposait l'usage de celles numérotées de 766 à 771, les seules encore équipées de la radio analogique.

Le tout dernier parcours vers Jeumont devait donc être le train 4768 de ce vendredi 7 septembre, avec départ de Charleroi-Sud à 18h12. Assez étonnamment (ou pas, selon certains...), l'employé au guichet à qui j'ai acheté l'onéreux billet Trampoline requis, ignorait la suppression des services vers Jeumont. Sans détours, notre conversation a porté sur l'avenir du groupe SNCB et des circulations ferroviaires dans la région.

sncb,gare,ligne 130a,trampoline,jeumont,suppression,avarie

Après avoir été découplée de la 770, l'automotrice 766 se présentait comme celle qui aurait l'honneur d'assurer ce trajet symbolique. Sur le quai, j'ai rigolé avec le conducteur et l'accompagnateur, notamment du fait que le train n'était pas décoré pour la circonstance, que ce petit événement n'attirait pas grand-monde, si ce n'est un Flamand qui attendait déjà à Jeumont.

sncb,gare,ligne 130a,trampoline,jeumont,suppression,avarieRemplie de travailleurs et d'étudiants achevant leur semaine, la 766 s'est élancée pile à l'heure dans l'indifférence générale. A Marchienne-Zône, elle a connu un problème de surchauffe, assez vite réglé. A Hourpes, en revanche, la traction est restée en rade pendant vingt minutes. Si l'automotrice a tout de même fini par redémarrer, mais à grand peine, elle a abandonné tout espoir de rallier Jeumont.

La 766 et ses voyageurs fâchés ont été reçus voie 3 à Lobbes, comble de l'infâmie, sans pouvoir aller plus loin. Après ce rendez-vous manqué avec l'histoire, elle est repartie assez penaudement vers Charleroi-Sud en service commercial (!), en assurant le train 4789, à savoir celui-là même qu'elle aurait dû assurer au départ de Jeumont. Dans son état, il y a fort à parier qu'elle a mis bien plus que les vingt minutes ordinaires pour rentrer à Charleroi, où l'attendait sans doute une révision. L'histoire retiendra donc que le tout dernier train pour Jeumont fut le 4767, parti de Charleroi à 17h14 avec l'automotrice 768...

sncb,gare,ligne 130a,trampoline,jeumont,suppression,avarie

30/12/2011

Retour à Lobbes

[Onzième article d'une série de vingt-quatre consacrés à l'ancienne ligne 109, qui longeait jadis la frontière française, de Mons à Chimay. Nous la parcourons au fil des souvenirs d'Henri Scaillet, un machiniste de la SNCB décédé en 2006, qui a raconté, à sa façon, l'histoire du chemin de fer et son vécu professionnel. Nous sommes partis de Mons gare latérale et nous sommes arrêtés à Cuesmes-Etat, Hyon-Ciply, Harmignies, Vellereille-le-Sec, Estinnes, Fauroeulx, Merbes-Sainte-Marie et Bienne-lez-Happart. L'arrêt suivant est Lobbes, où, comme le sauront les plus fidèles, je joue à domicile!]

[Voir également sur ce blog, lors de l'évocation de la ligne 130A: Lobbes est ma gare rare]

lobbes,sncb,gare,train,ligne 109,ligne 130a

La forte pente ne se remarque pas immédiatement. En délaissant le site un peu étrange de l'ancienne gare de Bienne-lez-Happart, on semble marcher en terrain plat. "On", c'est vous, c'est moi et toute personne se balladant de nos jours, par un après-midi ensoleillé, sur le sentier boisé occupant l'assiette de l'ancienne ligne 109. Or, après quelques centaines de mètres, commence ce qui, pour le pied non initié, paraîtra une faible descente, mais qui, pour le machiniste avéré de l'époque, s'assimilait à un plongeon vers Lobbes. En termes ferroviaires, une pente de dix-neuf pour mille se respecte, surtout au retour, quand il faudra la grimper pour rentrer à Mons.

lobbes,sncb,gare,train,ligne 109,ligne 130aSi l'après-midi est pluvieuse, on patauge un peu, surtout après la fin du RAVeL 109/1, à hauteur de la rue du pont Jaupart. A cet endroit-même, on devine que le niveau des lieux a évolué avec le temps. Impossible d'imaginer que le train franchissait la route à cet endroit autrefois! Il y a un demi-siècle pourtant, on aurait pu y voir Henri Scaillet menant son autorail et quelques voyageurs vers la Sambre, Lobbes, Thuin et au-delà. Un détail de l'histoire pour certains, une douce nostalgie pour d'autres...

De l'autre côté de la rue, une étroite bande de terre vierge de végétation dévale entre les arbres. Ici, le petit sentier griffant l'assiette de l'ancienne voie traverse la réserve ornithologique du Spamboux. Les pieds dans la boue, on rencontre encore çà et là l'un ou l'autre vestige de signalisation ferroviaire. Avec les années qui passent, des arbres se sont couchés en travers du chemin, comme pour barrer l'accès vers Lobbes. Alors, le sentier se tord et évite les obstacles. En cet endroit précis du tracé, Henri Scaillet avait déjà freiné. C'est qu'à l'époque, le pont de la Planchette portait déjà bien son nom...

lobbes,sncb,gare,train,ligne 109,ligne 130a

De fait, aujourd'hui plus encore qu'hier, la structure métallique enjambant un joli méandre de la Sambre est un passage à risque: certaines plaques sont trouées, d'autres manquent carrément. Avec un pied assuré, préservé du vertige, on passe outre, en comprenant pourquoi le RAVeL est scindé. Il faudra des fonds si l'on veut s'assurer que les randonneurs ne voient le fond - de la Sambre s'entend! La ligne 109 garde en ces lieux son caractère sauvage. Vous lirez plus loin pourquoi j'en suis tombé amoureux, il y a dix ans déjà.

lobbes,sncb,gare,train,ligne 109,ligne 130aMais avançons. Comme par enchantement, le sentier au-delà du pont s'éclairicit et s'élargit. L'arrivée, le retour à Lobbes sera boisé. Dans le silence des arbres, on perçoit un courant frais qui susurre à mi-mot un air ancien, venu des temps ancestraux où l'abbaye de Lobbes illuminait ces lieux, et bien d'autres au-delà, de sa piété, de son savoir, de son aura. Sur ce sentier serein, il y eut jadis des moines et des trains. L'Histoire se vit, pour celui qui veut y croire, en se rappelant les exploits des uns et les déboires des autres.

Un roulement un peu cahotant nous sort de la rêverie. Des rails soudés, une caténère même et, cerise sur le gâteau, une automotrice revenue d'Erquelinnes: notre sentier longe désormais la ligne 130A. La gare est en vue, solide et fière de servir encore, elle où coexistèrent pendant longtemps les chemins de fer du Nord-Belge et ceux de l'Etat.

lobbes,sncb,gare,train,ligne 109,ligne 130a

Après avoir franchi une deuxième fois la Sambre, juste avant la gare, on aperçoit de suite les butoirs barrant à jamais les voies 3 et 4, qui accueillaient jadis le trafic de la ligne 109. La vieille pompe à eau, qui alimentait les réservoirs des locomotives à vapeur, a disparu depuis longtemps. Avant même l'époque des autorails, cette pompe n'était pas sans importance, car elle était la seule sur un long tronçon de la ligne 109. Il est arrivé qu'une locomotive engagée vers Chimay doive rebrousser vers Lobbes pour faire le plein d'eau ou risquer de tomber en détresse en rase campagne!

lobbes,sncb,gare,train,ligne 109,ligne 130aDe par sa situation centrale tant sur la ligne 109 que sur la ligne 130A, la gare de Lobbes a été pendant longtemps une plaque tournante des circulations ferroviaires régionales. La correspondance vers Charleroi concernait souvent un grand nombre des voyageurs en provenance de Chimay. A partir de la reprise par l'Etat de l'exploitation des lignes du Nord-Belge, dès 1940, des trajets directs entre Charleroi et Chimay figuraient même à l'horaire, avec rebroussement à Lobbes.

Nombreux étaient donc à l'époque les voyages en ces contrées ancestrales qui impliquaient un retour à Lobbes. Aujourd'hui, la gare abrite le seul guichet de la ligne 130A, lui-même menacé par une lecture trop littérale des statistiques de rentabilité. Mais il doit survivre et survivra sans doute un temps, animé par des cheminots qui ont connu la fin de la ligne 109 et qui, la nuit venue, semblent veiller à son souvenir. Quant à moi, le voyageur, chaque aventure s'achève ici, par un retour à Lobbes.

lobbes,sncb,gare,train,ligne 109,ligne 130a

[ILLUSTRATIONS - Outre les deux cartes postales anciennes, photos prises le 6 août 2011 le long du tracé décrit dans cet article. La voie ferrée apparaissant à l'avant-plan de l'antépénultième photo est un ultime vestige de la ligne 109 en gare de Lobbes. Sur cette même photo, alors que la gare est en vue,on reconnaît, perchée à gauche, la collégiale Saint-Ursmer et, sur la droite, une aile de la clinique Saint-Joseph.]