Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/03/2014

A l'abri du doute

gare,sncb,train,sdf

Il y a quelques mois, je me suis engagé sur un terrain accidenté et un peu glissant menant dans les abîmes de notre société. Dans les gares des villes, ce chemin ténébreux n'est, pour l'immense majorité des voyageurs, qu'un entrebâillement malodorant, une porte taguée, ignorée, à passer. Au bout, là où on ne veut les voir, vivent celles et ceux qui n'ont rien ou presque et qui, pour trop de gens, ne font rien , ne sont rien.

A Charleroi-Sud, comme ailleurs, errent des sans-abris et d'autres dont l'abri est un enfer. La galère, ils ne l'ont pas voulue, ou alors seulement parce qu'elle valait mieux que l'abus, la violence, l'humiliation. Certains ont choisi la rue pour que leur compagne et leur enfant soient mieux assistés. D'autres sont en attente d'un logement social qui ne les sortira jamais trop vite du néant.

Ils ont faim, fuient le froid et l'ennui. Ils demandent une pièce, parfois avec humour, parfois sous un prétexte bidon. Ce qu'on sait moins, c'est qu'il existe des règles de communauté entre compagnons d'infortune. Ainsi, là où la confiance s'est installée, il arrive que la menue moisson soit mise en commun et redivisée. Et puis vient la nuit redoutée, où il faut trouver un gîte à l'abri du vent et des crapules.

gare,sncb,train,sdf

Une entente tacite régit leur présence dans la gare. C'est que pour les agents de Sécurail et de la police des chemins de fer, il faut trouver un équilibre entre la gestion de cette communauté mal-aimée et d'autres tâches de surveillance. Cette tolérance, née du dialogue et du respect entre personnes de bonne volonté, reste néanmoins précaire. Tout écart de l'un peut avoir des conséquences pour les autres.

A Charleroi, les services sociaux de la ville ont beaucoup travaillé, ces derniers mois, au reclassement des sans-abris. Du coup, leur population en gare a diminué. Faut-il également y voir le résultat du règlement mendicité adopté par le conseil communal en septembre dernier? Je me demande ce que certains d'entre eux sont devenus; j'espère qu'ils me le diront un jour...

N'y voyons toutefois pas une sortie de crise, car le réservoir de la misère est sans fond. Pire, il s'élargit encore et dans tous les sens. Autour de la gare traînent aussi désormais de parfois très jeunes adolescents livrés à eux-mêmes. Ils disent que l'école ne les intéresse plus; certains avouent voler pour se nourrir. Ils demandent une pièce ou n'osent même pas.

Alors, que faire? Chacun aura son opinion, qui sera nécessairement meilleure que l'indifférence. En ce qui me concerne, rien ne m'empêchera de continuer à leur donner une pièce, même quand ils n'osent pas, et de leur prêter une oreille. Car je sais que ce qui nous unit, eux et moi, c'est l'impérative nécessité de garder l'espoir et de se mettre à l'abri du doute.

gare,sncb,train,sdf

[ILLUSTRATIONS - Photos prises en gare de Charleroi-Sud début mars 2014, avec l'autorisation des intéressés.]

 

23:48 Publié dans railleries | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gare, sncb, train, sdf

23/02/2014

Tamines la rouge

sncb,gare,train,ligne 130

sncb,gare,train,ligne 130Des travaux de modernisation achevés en 2011 ont donné à la gare de Tamines un éclat surprenant. La couleur n'est vraiment ni rouge ni orange - et certainement pas rose. A vrai dire, tout dépend des rayons du jour ou des projecteurs la nuit. Ce qui est certain, c'est qu'elle rallume un peu un quartier vieilli où l'on ne compte plus les maisons en vente, ni les commerces qui se remettent mal.

La passerelle qui surplombe les quatre voies à quai est fort empruntée tant par les voyageurs que par les riverains, et cela se voit. Des passants descendent vers la Sambre; parmi eux des jeunes jouant aux durs pour se rassurer. Ici surtout, il faut sourire devant tant d'insouciance. Car ont-ils ne fût-ce qu'un peu conscience de leur bonheur, près d'un siècle après le Massacre de Tamines?

Pas très loin de la gare, la girouette de l'église Saint-Martin rappelle à sa façon que le danger peut venir de toute part. Les fusillés du 22 août 1914 n'ont jamais connu le luxe de l'insouciance, ou est-ce justement ce qui les a perdus? La Sambre, par temps maussade, se charge de charrier leur mémoire au loin. C'est qu'il faut insister: notre liberté doit au sang qu'ils ont versé alors!

sncb,gare,train,ligne 130

sncb,gare,train,ligne 130Parce qu'on n'avait pas bien compris, il y eut une autre guerre et d'autres morts à Tamines, autour de sa gare. Alors, on saisit mieux l'engouement pour le moteur à essence dans les années cinquante: la voiture, ce transport privé, ne promettait-elle pas de pouvoir prendre son sort en main et de fuir tout danger avec célérité? La gare, jusque là un bel épi ferroviaire, perdit ses lignes vers Landen et Yvoir...

Aujourd'hui, la gare de Tamines, désormais sise à Sambreville, accueille sur ses quatre voies courbes de puissantes automotrices. Elles ne rappellent en rien les locomotives à vapeur d'antan. Mais, un peu comme elles, elles invitent au voyage dans l'insouciance et la liberté chèrement gagnées. En fait, à bien y voir, au nom du sang versé, la gare de Tamines est rouge cardinal.

sncb,gare,train,ligne 130

14/02/2014

Heureuse station d'Opwijk

SNCB, NMBS, ligne 60, Opwijk, train, gare

sncb,nmbs,ligne 60,opwijk,train,gareOpwijk est une bourgade flamande située au nord de Bruxelles, un peu vers l'ouest, avant de quitter le Brabant. De nouveaux quartiers cossus se sont collés au vieux centre, relié à la gare par une rue aux maisons basses. C'est assurément une banlieue prospère, nette, un peu rurale, assez différente de celles qu'on rencontre en Wallonie, à une ou deux exceptions près.

Après Zellik et Asse, Mollem et Merchtem, Opwijk est le cinquième arrêt sur la ligne 60 entre Jette et Dendermonde, aux circulations denses. Les IC L Sint-Niklaas-Poperinge traversent la gare à pleine allure, laissant aux omnibus le soin de déposer et d'emmener les voyageurs du coin. Il y a une troisième voie à quai, une voie d'évitement qui évoque à sa manière un passé ferroviaire plus complexe.

sncb,nmbs,ligne 60,opwijk,train,gare

sncb,nmbs,ligne 60,opwijk,train,gareDeux choses frappent toujours lorsqu'on visite une gare flamande. La première, c'est l'ordre et la propreté des lieux. De la salle d'attente aux moindres recoins de la place devant la gare, il n'est rien ou presque qui traîne ou serait mieux dans la poubelle. Et puis il y un immense parc à vélos, qui rappelle qu'au nord du pays, ce moyen de transport s'utilise pour les courts trajets bien plus qu'en Wallonie. L'effet du relief?

Ce vendredi-là, jour de marché à Opwijk, des écoliers ont pris mes yeux en photo pour les besoins d'un travail de classe. Le monde à l'envers! J'ai eu peur quand même qu'ils ne reculent en voyant dans mon regard chacun des lieux visités, des chemins parcourus, des paysages photographiés. Alors, je suis reparti vers la gare d'un pas pressé, un peu ébloui, inquiet des conséquences pour eux. La voyagite se transmet, savez-vous...

D'un œil seulement, j'ai fait mon devoir et ajouté à ma photothèque, tandis que filait au loin un autre IC vers Kortrijk. Malgré la fin du temps de midi, une belle assemblée de voyageurs s'est formée à la voie 2. Heureuse station d'Opwijk, au guichet toujours ouvert , qui vivra longtemps encore pour le plaisir des yeux. Tous les yeux, à une ou deux exceptions près.

sncb,nmbs,ligne 60,opwijk,train,gare

[ILLUSTRATIONS - Photos prises à Opwijk le 10 janvier 2014.]  

30/01/2014

Mes voeux pour Verviers-Central

sncb,gare,train,verviers-central,ligne 37

sncb,gare,train,verviers-central,ligne 37Entre deux réveillons arrosés, je suis arrivé trempé à Verviers-Central un dimanche en matinée. Je voulais me faire une idée rassurée des travaux en cours dans cette gare trop longtemps négligée, alors qu'il faut la classer parmi les merveilles de l'architecture ferroviaire belge. J'en suis reparti affamé deux heures plus tard, heureux de la savoir entre de bonnes mains et curieux déjà à l'idée de la revoir en 2018, quand tout le ramdam sera terminé.

Ce n'est pas la première fois qu'elle reçoit une cure de jouvence. Il faut croire qu'en raison des hivers du coin, elle s'effrite plus vite que les gares au nord et à l'ouest. Dans les années 70, il a fallu la priver des deux clochetons qui trônaient, depuis son inauguration en 1930, au sommet des donjons, de part et d'autre du corps central. Et parce que la ruine guettait encore, on l'a modernisée un peu à la fin des années 80.

sncb,gare,train,verviers-central,ligne 37

sncb,gare,train,verviers-central,ligne 37Voilà quelques semaines qu'on a éventré l'esplanade pavée devant la gare. Si l'accès aux guichets est devenu précaire, si les bus des TEC ont été repoussés, temporairement, vers la rue de Bruxelles, le mal était nécessaire si l'on voulait rehausser le tunnel recouvrant les voies, celui qu'on appelle Chic-Chac, et permettre le passage des voitures M6 sur l'axe Eupen-Ostende. En façade, le Fileur a désormais les pieds dans le vide!

Après, ce sera la salle des guichets que l'on transformera. Dans un jeu de chaises musicales, le buffet deviendra le Press-Shop, le Press-Shop actuel accueillera les guichets et les guichets feront place à un restaurant... Cette opération risquée préservera-t-elle le cachet magistral de la salle qui, malgré ses nombreux automates, invite au silence, au respect, à la contemplation?

A l'issue de cette virée dominicale à Verviers-Central, j'ai formulé un voeu pour l'avenir. Que l'horloge des guichets, d'une splendeur éternelle, reflète longtemps encore, dans cette nef centrale, le passage du temps. Et que le Chic-Chac et sa gare monumentale résistent pour les siècles des siècles à la ruine qui guettera encore, hiver après hiver, en la Cité Lainière...

sncb,gare,train,verviers-central,ligne 37

[ILLUSTRATIONS - Photos prises en gare de Verviers-Central le 29 décembre 2013.]

10/01/2014

Année treizième

sncb,gare,train, ligne 130a

L'année 2013, treizième du millénaire, a vécu ses dernières heures. J'étais au repos et je me suis dit qu'elle a été surchargée sur les plans personnel et professionnel. Par manque de temps, mes explorations ferroviaires se sont faites moins longues et donc moins lointaines. C'était presque du cabotage mais à la vitesse de l'express. Etait-ce aussi parce que je présageais la catastrophe domestique qu'a été, le 15 décembre, la fermeture du guichet de la gare de Lobbes?

Il faut dire que l'année sur la ligne 130A a été pour le moins mouvementée. Le seul point positif aura été la remise à deux voies du tunnel de Leernes et du tronçon entre Marchienne-Zône et Hourpes. Mais les travaux, incessants depuis une dizaine d'années, se poursuivent ailleurs, visant à une modernisation des ouvrages d'art - lisez les ponts au-dessus de la Sambre - et de la signalisation, et en vue d'augmenter le tonnage des convois de marchandises. Conséquence immédiate, la fermeture des blocks 59 (Marchienne-Zône) en juin et 62 (Lobbes) en décembre annonce la gestion prochaine de l'ensemble du trafic sur la ligne depuis la cabine EBP de Charleroi-Sud.

sncb,gare,train, ligne 130a

Et puisqu'Infrabel déferre à tout-va ces derniers vingt-quatre mois, le faisceau des anciens ateliers Saint-Martin à Marchienne a été déposé en mars. Enfin, en tant que navetteur, j'avoue avoir un sentiment pour le moins mitigé à la suite des modifications, intervenues pendant l'été, des horaires de train les jours de la semaine. Mon trajet vers Bruxelles est ainsi prolongé de dix minutes, idem au retour. Cela donne un peu de mou pour la correspondance, s'il y a un gros reatrd, mais au final ce sont tout de même vingt minutes de moins chez moi chaque jour.

Esthétiquement, en cette année 2013 un peu maigre, j'ai été séduit par l'ancienne gare de Bastogne-Sud. Je garde aussi un souvenir ébloui de la gare de La Rochelle [F] et de ces longs parcours entre Thuin et Saint-Malo [F]. Il faudra qu'un jour je retourne là-bas voir de plus près les gares de Combourg [F] et de Dol-de-Bretagne [F]. J'ai ouvert des dossiers photographiques à Naninne et Dendermonde. Je n'oublie pas non plus Florée, ce petit point d'arrêt bancal mais si joli l'été.

sncb,gare,train, ligne 130a

L'année m'aura aussi permis de nouer des contacts et de échanges intéressants. Ceux-ci ont notamment débouché sur une collaboration avec navetteurs.be, qui me permettra une fois par mois de parler du voyage en train avec moins de béatitude. Mes rencontres avec les cheminots m'ont appris énormément à tous niveaux. Si vous vous reconnaissez parmi eux, soyez-en chaleureusement remercié.

Et alors que s'achevait la treizième année du millénaire, j'entamais mon année treizième le long des rails... Après avoir bouclé la série concernant l'ancienne ligne 109, je repartirai au loin, vers des gares écartées de mes sentiers battus. Avec toujours cette recherche du temps enfoui, du petit vécu ferroviaire, de l'histoire et du détail par lesquels je n'oublierai jamais un lieu. Si vous m'invitez, je viendrai chez vous.

sncb,gare,train, ligne 130a

[ILLUSTRATIONS - :: de haut en bas :: L'automotrice classique 180 attend un départ en gare de Dendermonde, quelques mois avant sa mise hors écriture, le 25 juillet 2013. :: Le faisceau des anciens ateliers Saint-Martin, fleuron de l'histoire ferroviaire en région carolorégienne, a été déferré début mars 2013, comme en témoigne cette photo prise le 6 octobre 2013. :: J'ai ouvert un dossier photographique en gare de Naninne le 30 août 2013. J'en parlerai mieux un jour à venir. :: Les reliques de Saint-Martin, comme cette armoire métallique décorée il y a longtemps en témoigne, disparaissent petit à petit, au fur et à mesure que les vandales dépouillent les lieux de ses moindres valeurs.]