Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/12/2015

Château de Seilles, ministère austère

sncb,train,gare,seilles,château de seilles,ligne 125

sncb,train,gare,seilles,château de seilles,ligne 125Il y a bien un château à Seilles, un très vieux château même. Mais on ne peut l'apercevoir du long quai central séparant les voies de la ligne 125 (Namur-Liège). Et pour ce qui est de la vie de château, on repassera... tant l'équipement du point d'arrêt est spartiate. S'il n'y avait eu ce beau soleil de novembre, je n'y serais resté que quelques instants.

A l'approche du sillon ferré, la rue François Jassogne s'élève et franchit les rails en un pont étroit. Les voyageurs descendent par un seul escalier, au milieu du pont, côté est, et aboutissent à l'extrémité d'un quai encore bas qui n'est plus que saupoudré de gravier. Ils peuvent se munir d'un billet pour ailleurs à l'aide de l'automate, ce nouveau luxe qui peuple désormais nos petites haltes.

sncb,train,gare,seilles,château de seilles,ligne 125

sncb,train,gare,seilles,château de seilles,ligne 125Mieux vaut d'ailleurs ne pas avoir à s'éterniser sur le quai car il n'offre aucun siège, et seuls l'automate et la valve des horaires semblent promettre un départ à plus ou moins court terme. Les deux abris, désossés, n'abritent plus de rien et certainement pas des intempéries. A ce tableau de désolation s'ajoutent deux voies abandonnées, où l'on refoulait jadis les wagons de Carmeuse...

A ce moment-là, donc, je me crois seul en gare. Mais une radio grésille de derrière l'escalier et apparait aussitôt un homme du rail, d'orange vêtu, émergeant de son poste éphémère, actionnant un appareil de voie. Il me demande l'heure mais nous ne causons pas. Objectif en main, je comprends que les trains rouleront précautionneusement de part et d'autre du quai.

Je photographie des automotrices inquiètes et les coils logés sur un long train de marchandises. Entre deux messages radio, j'arpente le quai en espérant qu'on l'élèvera bientôt, comme à Andenne. Et en attendant, en tant que voyageur unique, je me suis senti tel un châtelain déplumé prêchant, à Château de Seilles, pour la fin de son ministère austère. 

sncb,train,gare,seilles,château de seilles,ligne 125

[ILLUSTRATIONS: Photos prises en gare de Château de Seilles le 2 novembre 2015 dans l'après-midi.] 

14/11/2015

Assesse, gare terminus!

assesse,ligne 162,sncb,train,gare

assesse,ligne 162,sncb,train,gareUne nouvelle phase des importants travaux d'infrastructure sur la ligne du Luxembourg a nécessité une restructuration provisoire de la desserte locale entre Namur et Ciney. Les omnibus au départ de la capitale wallonne ont ainsi Assesse pour gare terminus, des autobus de substitution se chargeant de débarquer les voyageurs du rail à Florée et à Natoye.

Rien que pour l'aventure, j'ai pris ce bus jusqu'à Florée et son ancien point d'arrêt, où s'affairaient les hommes de la voie. J'ai ensuite marché jusqu'à la jolie gare de Natoye, dont on refaisait les quais. J'ai finalement repris le bus vers Assesse, en plaignant les navetteurs du coin aux parcours rallongés. Je suis remonté à quai, bien à Assesse, décidé à tirer les choses au clair.

assesse,ligne 162,sncb,train,gare

assesse,ligne 162,sncb,train,gareAssesse gare terminus, en voilà une bien sordide ironie! Voulue par la Grande Compagnie du Luxembourg dès 1858, la gare dispose de trois voies à quai, condition presque indispensable au stationnement des trains sur cette grande ligne (1). Les Desiro, automotrices dernier cri, arrivent voie 3, effleurent l'ancien bâtiment voyageurs et repartent vers Namur. 

Le prestige, même temporaire, est plus que relatif. En effet, Assesse, jadis une jolie gare de province, n'en finit plus de dépérir. La fermeture du guichet en 2005 a précipité la ruine de l'édifice, déjà abîmé par le temps et négligé par l'homme. Le village méritait davantage que l'usure et le mépris, mais c'est là hélas le fait d'un monde toujours plus automatisé, toujours plus avide.

assesse,ligne 162,sncb,train,gareA l'heure où l'on rectifie les courbes ferrées d'Assesse, on se dit, en contournant la ruine, que sa seule rectification sera le sacrifice. D'ici peu, les Desiro reprendront leurs traversées et les navetteurs leurs habitudes, laissant la vieille gare à son destin, celui de l'oubli. Assesse gare terminus? Cette voix automatisée dans le train, à mon arrivée, ne croyait pas si bien dire...

 

assesse,ligne 162,sncb,train,gare

[ILLUSTRATIONS - Photos prises en gare d'Assesse le 10 septembre 2015, sauf celle tout en bas, qui a été saisie le 27 mai 2008.] 

03/11/2015

[F] Forcer les choix à Mulhouse

mulhouse,gare,train,train-tram,sncf,ter

mulhouse,gare,train,train-tram,sncf,terLe lecteur régulier de ce blog pourrait penser qu'il est la vitrine d'un interminable voyageur intérieur, intime même, et il aurait sans doute raison. C'est ce que je me disais, attablé au "Grand Comptoir", le bar-brasserie de la gare de Mulhouse [F], une heure avant de reprendre le Vauban. Tant qu'il y aura des rails, il y aura de nouveaux coins à découvrir. 

Au fond, je connais si peu des gares que je visite, et cette frustration me pousse à la boulimie. En rédigeant ces lignes, j'épingle désormais Mulhouse au tableau de chasse, déjà fourni. Mais malgré 48 heures en ses murs ou aux abords immédiats, elle restera une étrangère. A moins de l'habiter, je ne devinerai jamais ses mystères, ses rythmes, ses humeurs. Alors, fuyons?

Le pire, évidemment, c'est que comme toutes les autres, elle a ouvert de nouvelles brèches dans mon ignorance. Ces petits TER Alsace qui filaient vers Kurth ou Belfort, ne passent-ils donc pas par des contrées insoupçonnées, ponctuées de petites gares admirables? A l'évidence, la vie est bien trop courte pour prétendre les visiter toutes, partout, dans tous les pays! Le temps, les distances, l'argent aussi, devront choisir pour moi.

mulhouse,gare,train,train-tram,sncf,ter

mulhouse,gare,train,train-tram,sncf,terAlors, tant qu'à bourlinguer malin, retenons de Mulhouse qu'elle est une jolie ville de province et que l'animation de sa gare en est le reflet. Au départ de cette dernière, un petit maillage de bus et de trams dessert tant le centre que les quartiers excentrés, avec simplicité et efficacité. Sur les grands rails, l'offre est tant internationale que très locale, avec de très grands TGV et de tout petits autorails.

En rentrant au pays, retenons surtout de Mulhouse son train-tram, bleu comme les TER, qui joue le tram en ville puis croise les TGV en filant vers Thann-Saint-Jacques. C'est génial, pas cher et flexible: qu'on se le dise à Liège, dans le Limbourg et partout chez nous où l'on voudrait enlever des rails. La vérité est là: pour aller de l'avant, il faut parfois forcer les choix...

mulhouse,gare,train,train-tram,sncf,ter

[ILLUSTRATIONS - Photos prises à Mulhouse les 26, 27 et 28 août 2015. Sur la photo ci-dessus, un train-tram revenu de Thann-Saint-Jacques arrive devant la gare, où il marquera un arrêt d'une quinzaine de minutes avant d'assurer le service suivant. Sur la grande photo tout au-dessus, un train-tram bleu et un tram jaune attendent tous les deux un départ devant la gare de Mulhouse.]

22/10/2015

La Cité du Train

cité du train,mulhouse,sncf,trains

cité du train,mulhouse,sncf,trainsLe grand gosse que je dois être rêvait de visiter la Cité du Train depuis tout un temps. Ce musée ferroviaire, situé à Mulhouse [F], se présente comme le plus grand d’Europe. A quelques semaines de l’ouverture de notre Train World à Schaerbeek, il m’importait de pouvoir établir une référence. Après sept heures d’une visite minutieuse, voici ce que je veux vous en dire.

La Cité du Train se compose de trois grands espaces, de trois ambiances savamment pensées. Ouvert au public à cet endroit depuis 1976, le musée a déjà connu quelques agrandissements et transformations. En soi, il est une œuvre vivante, jamais définitive, qui peut se renouveler au gré d’expositions temporaires jouxtant les collections permanentes.

cité du train,mulhouse,sncf,trains

Le « Parcours Spectacle », premier volet du triptyque, emmène le visiteur devenu voyageur dans la pénombre de l’âge d’or ferroviaire. Au travers de tableaux plus thématiques que chronologiques, l’animation en sons et lumières, légère, le transport à l’époque des premiers trains de montagne, des convois blindés en temps de guerre, des voitures Pullman au confort suranné. Pas à pas, c’est l’histoire pas si lointaine du rail français qui défile. Tout ne semblait-il pas plus simple du temps des malles et des porte-bagages en corde tressée, des draisines à pompe, des tickets poinçonnés ?

En émergeant de ce tunnel aux trésors intemporels, le voyageur se souvient que les trains évoluent le plus souvent à l’air libre. De fait, le « Panorama Ferroviaire » s’étale dans une vaste cour extérieure bordée par les voies de la ligne Strasbourg-Mulhouse. Y reposent plusieurs engins moteurs, dont la locomotive CC 72029 retirée du service en juin 2008 après 7.144.170 kilomètres. Plus loin trône la spectaculaire potence de signaux mécaniques de la gare d’Ussel (Corrèze). Et lors de cet été 2015, une riche panoplie de wagons utilisés pour le transport du frêt à travers les âges avait pris place dans le Panorama.

cité du train,mulhouse,sncf,trains

Assoiffé, affamé, le voyageur peut alors se restaurer au « Mistral », qui propose notamment de savoureuses tartes flambées, la spécialité locale. En tendant l’oreille comme moi, il pourra peut-être apprécier des conversations très familiales mettant en scène des cheminots retraités contant à leurs petits-fils émerveillés les épisodes marquants d’une carrière au service du rail et des machines tout juste visitées. Mais il ne faudrait s’éterniser à table, car la Cité du Train compte encore nombre de merveilles à admirer…

cité du train,mulhouse,sncf,trains

cité du train,mulhouse,sncf,trainsC’est que les « Quais de l’Histoire » déploient un fabuleux alignement, chronologique cette fois, de matériel roulant restauré avec grand soin. La collection de machines à vapeur, des pionnières aux dernières « Pacific », vaut à elle seule le détour. Plus loin, les tout premiers engins électriques captivent tout autant et maintiennent le voyageur sur la voie des exploits et des emblèmes où se succèdent, immobiles malgré elles, les locomotives et les voitures les plus rapides et les plus remarquables. Comment ne pas aimer, par exemple, le charme désuet de la locomotive électrique E1 du Paris-Orléans, une vénérable « boîte à sel » de 1900 ? Au bout des Quais se trouve, enfin, une allée majestueuse dédiée aux Trans Europ Express, ces trains au long cours qui offraient naguère une alternative plus que valable au transport aérien, bien avant le low cost.

Et donc, au bout du rêve, alors que la Cité du Train s’endormait déjà, je suis passé par la boutique avec les derniers voyageurs du musée. Des souvenirs plein les yeux, je me suis éloigné, redevenu simple visiteur, en me promettant déjà de revenir m’y perdre un jour, dans quelques années, après Train World et d’autres balades à travers le passé.

cité du train,mulhouse,sncf,trains

[ILLUSTRATIONS - Photos prises à la Cité du Train à Mulhouse [F] le 27 août 2015.] 

30/09/2015

Le Vauban

(ou A vitesse humaine de Namur à Mulhouse)

vauban,train,bruxelles,namur,libramont,arlon,luxembourg-ville,thionville,metz-ville,strasbourg,sélestat,colmar,mulhouse,saint-louis,basel,sncb,cfl,sncf,cff,eurocity,tee

A l’ère du train à grande vitesse, il ne reste plus guère, dans la Belgique de nos jours, de trains internationaux à moindre vitesse. Les rames « traditionnelles » qui relient toujours Bruxelles-Midi à Amsterdam avec multiples arrêts en Belgique et aux Pays-Bas ne subsistent qu’en raison de la débâcle du Fyra, souvenons-nous en. Hormis elles, seuls l’Iris et le Vauban offrent encore une réplique, certes dérisoire, aux TGV, Thalys, Eurostar et autres ICE. Leur avenir à court terme est menacé, et c’est regrettable à plus d’un titre.

L’Iris et le Vauban circulent tous deux de jour entre Bruxelles-Midi et Basel (Bâle) en Suisse. A l’époque de leur création, en 1988, ces trains alors EuroCity poussaient jusqu’à Milano (Milan). Avec le temps, leur itinéraire a été raccourci vers Zurich. Jusqu’en 2014, ils roulaient jusqu’à Chur (Coire), toujours en Suisse. Il y a quelques années, la SNCB a néanmoins décidé d’intégrer les deux trains dans les tableaux horaires des liaisons entre Bruxelles et Luxembourg et de leur imposer des arrêts supplémentaires à Ottignies, Gembloux, Ciney, Marloie, Jemelle, Libramont et même Marbehan, les rendant nettement moins attrayants aux yeux de nombreux voyageurs et entraînant leur déclassement de la catégorie EuroCity.

vauban,train,bruxelles,namur,libramont,arlon,luxembourg-ville,thionville,metz-ville,strasbourg,sélestat,colmar,mulhouse,saint-louis,basel,sncb,cfl,sncf,cff,eurocity,teeFin août, d’importants travaux sur le réseau luxembourgeois ont imposé que le départ du Vauban soit avancé d’une heure à Bruxelles-Midi. Je suis donc parti de Lobbes aux aurores un mercredi afin de l’intercepter en gare de Namur. A 7h46, le convoi de voitures I6, I10 et I11 tracté par la 1352 est arrivé à quai et s’est élancé vers le sud quatre minutes plus tard. Sous un soleil encore hésitant, les paysages reposants de l’Ardenne naissante ont donné le ton d’un voyage que je savais long et que j’espérais agréable et peut-être même béat. A Courrière, à Ciney, à Grupont, des gares vues et parfois revues, j’ai relevé ce qui avait changé depuis mon dernier passage. A Arlon, le train a observé un arrêt d’une vingtaine de minutes, avec changement de conducteur, avant de pouvoir s’engager vers Athus et Rodange, son itinéraire de déviation.

vauban,train,bruxelles,namur,libramont,arlon,luxembourg-ville,thionville,metz-ville,strasbourg,sélestat,colmar,mulhouse,saint-louis,basel,sncb,cfl,sncf,cff,eurocity,tee

A Luxembourg, la 1352 a achevé sa mission. Elle a été décrochée et s’est éloignée sereinement tandis qu’à l’autre extrémité du train est venue s’accrocher une Sybic française (série BB26000). Après le le changement de front, devenu rare de nos jours, celle-ci a emmené nos voitures belges sur les rails grands-ducaux puis par-delà la frontière française. Entre Thionville et Metz-Ville s’étendent les très larges faisceaux ferrés de la sidérurgie lorraine, qui semblent ne jamais rétrécir d’Uckange à Woippy-Triage. Au-delà de Metz, en longeant les contreforts des Vosges, la ligne à nouveau verte et rocheuse m’a porté dans des paysages inédits, paisibles au possible, où j’aurais aimé me poser pour regarder les trains passer…

vauban,train,bruxelles,namur,libramont,arlon,luxembourg-ville,thionville,metz-ville,strasbourg,sélestat,colmar,mulhouse,saint-louis,basel,sncb,cfl,sncf,cff,eurocity,tee

A 13h04 précises, le Vauban est entré sous la halle de la gare de Strasbourg, cette autre capitale de l’Europe qu’il me faudra explorer un jour. Etonnamment peut-être, c’est la gare de Sélestat, atteinte à 13h27, qui m’a séduit le plus : à sa mesure, avec ses couleurs propres et son étendue désormais révolue, elle m’a rappelé Luttre… Mais l’objectif se rapprochait. Malgré le nez collé à la fenêtre, j’ai presque oublié de jeter un œil insistant sur Colmar et sa gare. C’est que la Sybic, roulant à tombeau ouvert (200km/h), semblait elle aussi pressée d’atteindre Mulhouse. Après 6 heures et 22 minutes, je suis descendu à quai, très fier de mon beau voyage à vitesse humaine.

vauban,train,bruxelles,namur,libramont,arlon,luxembourg-ville,thionville,metz-ville,strasbourg,sélestat,colmar,mulhouse,saint-louis,basel,sncb,cfl,sncf,cff,eurocity,tee

Moins de 48 heures plus tard, j’ai effectué le chemin inverse, toujours dans le Vauban, de Mulhouse à Namur.

Une fois encore, je ne me rallierai pas à l’invérifiable majorité de voyageurs qui exigeraient des TGV pour tout trajet dépassant 200 kilomètres. C’est qu’on voudrait remplacer, dès 2016, l’Iris et le Vauban par une liaison scindée à entamer par un nouveau TGV Bruxelles-Strasbourg, pour le bénéfice unique d’europarlementaires et d’eurocrates grassement rémunérés et toujours si pressés. Voilà qui n’arrangera guère les gens de Libramont ou même de Marbehan qui, à l'influence, ne comptent que pour des plumes face au plomb des eurobidules !

vauban,train,bruxelles,namur,libramont,arlon,luxembourg-ville,thionville,metz-ville,strasbourg,sélestat,colmar,mulhouse,saint-louis,basel,sncb,cfl,sncf,cff,eurocity,teeIl était pourtant clair, lors de la réservation de mon voyage quelques jours plus tôt, qu’un trajet au départ de Namur, en passant par Bruxelles-Midi pour attraper un Thalys, ne mettrait pas moins de temps pour atteindre Mulhouse. Même avec le gain de temps issu d’une relation rapide directe entre Bruxelles et Strasbourg, les aléas des correspondances, que les voyageurs ne connaissent que trop mais que les décideurs relèguent au rang d’anomalie statistique, pourraient suffire à démontrer, pour tout jour donné, que dans l’Europe d’aujourd’hui, moyennant de menus aménagements, le Vauban garde toute sa raison d’être.

Et donc, sur les quais de Mulhouse, alors que le Vauban s’éloignait vers Saint-Louis, j’aurais aimé m’élever tel l’oiseau pour le suivre de là-haut, vers la Suisse et ses alpages, comme du temps de l’Edelweiss…

vauban,train,bruxelles,namur,libramont,arlon,luxembourg-ville,thionville,metz-ville,strasbourg,sélestat,colmar,mulhouse,saint-louis,basel,sncb,cfl,sncf,cff,eurocity,tee

[ILLUSTRATIONS - Parmi les photos, de bas en haut, on peut apercevoir la 1352 de la SNCB lors de son découplage du Vauban à Luxembourg le 26 août 2015; une vue des quais de la gare de Sélestat, où stationne une rame TER Alsace, prise par la fenêtre du train; l'intérieur un peu vieillot de la voiture I10 (n°12179) dans laquelle j'ai fait le trajet de Namur à Mulhouse le 26 août 2015; et enfin le Vauban entrant en gare de Mulhouse le 28 août 2015, avec la Sybic 26167 en tête, lors de mon voyage retour vers la Belgique.]