Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/11/2015

Assesse, gare terminus!

assesse,ligne 162,sncb,train,gare

assesse,ligne 162,sncb,train,gareUne nouvelle phase des importants travaux d'infrastructure sur la ligne du Luxembourg a nécessité une restructuration provisoire de la desserte locale entre Namur et Ciney. Les omnibus au départ de la capitale wallonne ont ainsi Assesse pour gare terminus, des autobus de substitution se chargeant de débarquer les voyageurs du rail à Florée et à Natoye.

Rien que pour l'aventure, j'ai pris ce bus jusqu'à Florée et son ancien point d'arrêt, où s'affairaient les hommes de la voie. J'ai ensuite marché jusqu'à la jolie gare de Natoye, dont on refaisait les quais. J'ai finalement repris le bus vers Assesse, en plaignant les navetteurs du coin aux parcours rallongés. Je suis remonté à quai, bien à Assesse, décidé à tirer les choses au clair.

assesse,ligne 162,sncb,train,gare

assesse,ligne 162,sncb,train,gareAssesse gare terminus, en voilà une bien sordide ironie! Voulue par la Grande Compagnie du Luxembourg dès 1858, la gare dispose de trois voies à quai, condition presque indispensable au stationnement des trains sur cette grande ligne (1). Les Desiro, automotrices dernier cri, arrivent voie 3, effleurent l'ancien bâtiment voyageurs et repartent vers Namur. 

Le prestige, même temporaire, est plus que relatif. En effet, Assesse, jadis une jolie gare de province, n'en finit plus de dépérir. La fermeture du guichet en 2005 a précipité la ruine de l'édifice, déjà abîmé par le temps et négligé par l'homme. Le village méritait davantage que l'usure et le mépris, mais c'est là hélas le fait d'un monde toujours plus automatisé, toujours plus avide.

assesse,ligne 162,sncb,train,gareA l'heure où l'on rectifie les courbes ferrées d'Assesse, on se dit, en contournant la ruine, que sa seule rectification sera le sacrifice. D'ici peu, les Desiro reprendront leurs traversées et les navetteurs leurs habitudes, laissant la vieille gare à son destin, celui de l'oubli. Assesse gare terminus? Cette voix automatisée dans le train, à mon arrivée, ne croyait pas si bien dire...

 

assesse,ligne 162,sncb,train,gare

[ILLUSTRATIONS - Photos prises en gare d'Assesse le 10 septembre 2015, sauf celle tout en bas, qui a été saisie le 27 mai 2008.] 

19/09/2009

Florée, un point d'arrêt retiré

A l'heure même où on inaugure avec faste la nouvelle gare de Liège-Guillemins, je prends le contre-pied et vous emmène en ballade à cent lieues de là, en rase campagne. Aux milliards déboursés en Cité ardente, j'oppose ici la lente agonie d'un point d'arrêt retiré. En effet, le jour viendra bien tôt, où les trains ne s'arrêteront plus à Florée. Les chemins de fer y pensent, les députés en parlent. Et le combat pour sa survie risque d'être fort inégal.Florée1.JPG

Jugez donc. Florée, code postal 5334, est un village rural de quelque 400 âmes dans l'entité d'Assesse, à une dizaine de kilomètres de Ciney. Si vous le cherchez sur la carte, là, au sud de Namur, vous verrez qu'il représente en quelque sorte le nombril de la Belgique. Au détour d'un sentier champêtre, vous apercevrez l'église Sainte-Geneviève et sa tour du XIe siècle. La population a vieilli. Les jeunes sont partis, la maison communale aussi. Et ce n'est pas le train qui les ramènera!

La halte ferroviaire, charmante, surplombe les champs à plus de deux kilomètres du village. Les IC Bruxelles-Luxembourg pourfendent l'air, à la vitesse de l'éclair, entre ses deux quais serrés. Chaque heure, en semaine, une antique automotrice s'y arrête, un peu malgré elle. Personne ne monte, personne ne descend. Personne ne regarde ce train qui bientôt ne sera plus.

Personne ou presque. Ils sont une quinzaine tout au plus, dans un bon jour, à embarquer à Florée. Des Floréens mais aussi peut-être des gens de Maibelle et de Wagnée. Et quand un jour Florée on fermera, on leur dira que quinze c'est trop peu. Que ce n'est pas rentable. Qu'on n'a pas le choix. Qu'il faut aller plus vite. Qu'Assesse et Natoye, au fond, ce n'est pas si loin. Que vous verrez, vous vous habituerez. C'est ce qu'on a dit aux gens d'Hachy, d'Hogne et de Rulles il y a un quart de siècle.Florée2.JPG

La possible suppression du point d'arrêt a ému, en 2007, le Comité consultatif des usagers auprès du groupe SNCB. Pressentant l'implacable logique de rentabilité de la société nationale, il a remis un avis négatif sur la question, soulignant tout particulièrement le manque d'alternatives de mobilité pour les voyageurs de Florée. Un rare bus des TEC uniquement aux heures de pointe. Un relief inégal pour les piétons et cyclistes les plus âgés.

Mais depuis le Comité consultatif a été supprimé et personne ne s'en est ému. Seuls sur le quai, les quinze Floréens s'en inquiètent. Les gens restés au village, eux, pestent contre d'autres maux. Pensez donc! Les gens de la ville veulent planter des éoliennes dans leur jardin! Ils iront loin s'il le faut. Mais, en attendant, on ne pense plus au train. Et sans train ni jardin, plus personne à Florée ne viendra.

Voilà pourquoi, le 5 août dernier, je m'y suis arrêté. C'était bien moi le seizième ce jour-là, l'anomalie sur la courbe de rentabilité. Seul sur le quai sous un soleil de plomb, j'ai voulu consigner en mots et en images ce que les gens restés au village, à force, plus jamais ne verront. Ce devoir de mémoire ainsi fait, j'ai repris l'antique automotrice sous les yeux d'un contrôleur plutôt stupéfait.

Florée3.JPG