Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/05/2016

Rebroussements à Bertrix

sncb,gare,train,bertrix,ligne 165,ligne 166

sncb,gare,train,bertrix,ligne 165,ligne 166D'après les anciens, les chemins de fer de l'Etat ont toujours eu une sainte aversion pour les rebroussements. Il est vrai qu'avant l'apparition des rames réversibles, un temps fou s'écoulait avant qu'on ait changé la machine de front. Si de nos jours l'occasion reste rare, ne boudons pas le plaisir de la marche d'abord vers l'avant, puis vers l'arrière.

A Bertrix, le rebroussement est régulier. Toutes les deux heures, un train local quitte Namur à destination de Dinant et Libramont. Arrivé presque en fin de parcours, au bout de la ligne 166, il stationne un instant en gare de Bertrix avant de repartir en sens inverse par la ligne 165. Mais j'ai profité de cet instant pour descendre à quai et revoir un endroit où il avait neigé lors de mon dernier passage.

 

sncb,gare,train,bertrix,ligne 165,ligne 166

En avril, garde ton fil, dit en somme le dicton. Une brise du nord, du nord-est peut-être, balayait le marché du jeudi, Place de la Gare, assez pour hérisser le poil. Mais un soleil généreux, printanier, brillait, promettant à mi-mot à qui en ferait un sage usage des images sublimées. Juste un voile de cirrus cherchait à affecter la gare d'une ombre anodine.

sncb,gare,train,bertrix,ligne 165,ligne 166J'ai assisté aux manœuvres intéressantes, plus loin dans le faisceau, de deux 62 d'Infrabel qui sont allées et venues dans d'incessants rebroussements, pour refouler là où il fallait une rame de travaux. Cà et là, des hommes de jaune vêtus manipulaient les aiguillages. Ma seule manœuvre à moi fut d'essayer de comprendre et de capturer le moment.

J'ai bien dû repartir vers Libramont, pour faire le triangle. Avant d'embarquer, toutefois, je me suis laissé aller à quelques pensées sur le quai. Derrière la Desiro et sa voisine, le vent frais s'est remis à souffler. C'est donc à rebrousse-poil que j'ai laissé l'automotrice me refouler, me rebrousser à Bertrix, vers Libramont, Forrières et au-delà... 

sncb,gare,train,bertrix,ligne 165,ligne 166

[ILLUSTRATIONS - La photo 1 fut prise le 3 janvier 2008, les photos 2 à 5 le 21 avril 2016. 1- Lors de mon tout premier passage à Bertrix, alors que tombait la neige, la gare m'a paru d'une horizontalité violente. 2- L'intérieur de la gare vue de la voie 2, en attendant un train. 3- La tranquillité de la Place est trompeuse le jeudi, car dans mon dos grouillait le marché hebdomadaire. 4- La 6246 et la 6261, à l'arrière du faisceau, entamaient leur dernier mouvement après moult rebroussements. 5- Les Desiro 08580 et 08556 prennent la pose et une pause, avant de repartir, l'une vers Namur après rebroussement, l'autre vers Virton et Arlon.]

22/10/2008

Anatomie d'une escapade - 2ème partie

 

C’est transi de froid que je suis revenu à la gare. J’étais persuadé que je choperais une grippe, au mieux un rhume – finalement il n’en fut rien. Le site de la gare de Florenville est un endroit austère. Pas de commerces, pas de bistrot. Les seuls mouvements, outre les passages de trains, concernent le dépôt des TEC situé non loin. Mais soyons-en sûrs, les bus ne défilent pas plus que les trains.

 

Puisque l’endroit est calme, j’ai pris tout mon temps pour photographier le plateau de la gare. J’ai immortalisé le bâtiment voyageurs de loin, puis de près, dans la profondeur, puis dans le détail, et sous différents angles. Mais il faisait tellement froid que même mon numérique semblait à la peine. Mon doigt gelé semblait appuyer sur le déclencheur une seconde trop tôt ou une trop tard.

 

Pris de la – rare – envie de savoir à quelle heure partait le prochain train, je suis rentré dans la salle des guichets, ou plutôt du guichet. J’ai regardé l’affiche jaune, puis me suis assis quelques instants afin de me réchauffer et d’avaler un sandwich. Derrière le guichet, l’employé me paraissait sympathique. Revigoré, je lui ai expliqué que je photographiais les gares et, conscient de l’absence d’un passage sous voies, je lui ai demandé s’il m’autorisait à traverser les voies afin d’aller prendre des clichés sur le quai opposé. Il m’a donné son aval mais en a fait beaucoup plus encore. Pensant voir en moi un trainspotter (que je ne suis pas réellement), il m’a averti chaque fois qu’un convoi de marchandises descendait ou remontait vers Florenville ! Touché par cette attention, j’ai veillé à photographier chacun des trains en passage, pour la plupart tractés par des séries 13.

 

 

 

Florenville2.JPG

 

 

 

Lire la suite