Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/03/2014

Lettre à Jo Cornu

sncb,gare,train,cornu

Cher Monsieur,

Je n'ai pas la prétention de vous apprendre votre métier. Non, et d'abord je devrais vous féliciter pour votre nomination à la tête de la SNCB. Ce n'est pas une mince affaire mais ça, vous le savez déjà. Puisque à votre façon vous voilà installé dans l'histoire de notre pays, permettez-moi de manifester ici une opinion citoyenne et quelques souhaits à votre encontre.

Depuis douze ans, je suis un navetteur, bien abonné chez vous, doublé d'un voyageur vorace et curieux. Lors de mes parcours quotidiens entre Lobbes et Bruxelles, j'examine l'histoire de nos chemins de fer; je lis les rapports annuels et les revues internes de votre société. Je sais donc, et je veux l'affirmer, que le voyageur n'a JAMAIS été le plus grand souci de la SNCB. Cela peut sembler paradoxal, surtout dans ce monde de services, mais il en va ainsi. Cela me rend moins naïf et à la fois plus tolérant. Tout bien considéré, je comprends les retards et, même si je les regrette, j'avoue les accepter.

Je décèle chez vous à l'instant une volonté de bien faire. L'idée de rendre nos gares et nos trains mieux connectés démontre une certaine préoccupation des gens qui animent votre réseau du matin au soir. Oui, nous les voyageurs qui par nos humeurs orageuses vous forçons à tenter de nous proposer un service public répondant aux meilleures exigences d'un modèle économique favorisant outrancièrement le privé. Sur ces bonnes intentions, je vous demande d'envisager ce qui suit.

Pour commencer, soutenez la cause d'une plus grande justice fiscale. Il n'est plus concevable, aujourd'hui, que nos états, nos services au public et donc nos chemins de fer soient spoliés de milliards d'euros par de grands groupes privés maquillant leurs revenus et profits. Ajoutez donc votre voix à celles qui disent que ça ne peut plus continuer de la sorte. Pour vous, pour nous, c'est du win-win.

Ensuite, veillez à organiser le travail de vos collaborateurs de telle sorte à ce qu'ils soient fiers d'oeuvrer à vos côtés. Montrez-vous décisif mais surtout très humain. C'est à celle seule condition que vous vous ménagerez le temps, indispensable selon moi, de partir de temps à autres sur le terrain à l'écoute de vos employés et à la rencontre des voyageurs et de leurs représentants. A bien y regarder, tous veulent vous aider dans votre tâche, et il faut le souligner.

Surtout, méfiez-vous des rouages salis de la politique, des luttes d'influence, des copinages malsains, et ne faites confiance qu'en vos idées propres. Soyez vous-même, ne lâchez rien. Méfiez-vous des media et des mielleux. Faites pour le mieux du plus grand nombre et même des autres. Et surtout, souvenez-vous, je suis là, nous sommes là, pour vous dire comment sont les choses réellement.

Cher Monsieur, je ne vous enverrai pas cette lettre car je crains bien qu'elle ne vous parvienne jamais. Il en va ainsi aujourd'hui. Alors, je la laisserai ici le temps qu'il faudra, dans le domaine public, devant vous qui serez jugé, trop tôt déjà, sur le succès ou l'échec du nouveau plan de transport. En vous exhortant à écouter vos clients, je vous prie d'agréer, cher Monsieur, mes salutations les plus cordiales.

sncb,gare,train,cornu

23:46 Publié dans caténerfs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sncb, gare, train, cornu