Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/05/2014

Déclaration de guerre, avis de contre-offensive

sncb,train,ligne 130a,gare,charleroi-sud,thuin,lobbes,erquelinnes

Dès le mois de décembre 2014, le dernier train pour Erquelinnes au départ de Charleroi-Sud partira à... 18h54! Vous avez bien lu. C'est une déclaration de guerre au bon sens et, au premier chef, assurément, à tous les navetteurs et voyageurs de Haute-Sambre, de Thudinie et du Pays de Charleroi. Cette fois, je ne ris pas et, comme je suis loin d'être seul, j'annonce qu'il y aura combat.

Qui est l'ennemi? Il y a évidemment la SNCB, qui prend là une décision idiote - et le mot est pesé - et aimerait tenter le passage en force en ne divulguant l'information qu'après l'été. Il y a aussi, hélas, les autorités publiques, dont la passivité en la matière est à peu près scandaleuse. Vu que mes impôts, nos impôts, ont été utilisés pour en arriver à cette décision, combat de principe il y aura.

sncb,train,ligne 130a,gare,charleroi-sud,thuin,lobbes,erquelinnes

Précisons que nous ne sommes pas dupes. Nous savons que la ligne 130a (Charleroi-Erquelinnes) n'entre plus dans les priorités de la SNCB ou d'Infrabel. Pendant quinze ans, on a rénové tous les ponts, consolidé les parois rocheuses et même augmenté le gabarit du tunnel de Leernes. Entre-temps, les guichets ont fermé les uns après les autres - Thuin, Erquelinnes et enfin Lobbes. Le dernier train, qui partait encore il y a peu à 22h13, part aujourd'hui à 21h12. Et puis, bientôt... 18h54? Vous voyez vers où on va?sncb,train,ligne 130a,gare,charleroi-sud,thuin,lobbes,erquelinnes

Les quais des gares de la ligne n'ont jamais été rehaussés. La desserte de Jeumont, par-delà la frontière française, a été supprimée. Rien, absolument rien, n'a été fait, ces dernières années, pour promouvoir, dans les gares du Royaume, le charme de la région. Alors, on pourra me parler de la réalité des chiffres, de la non-rentabilité d'une ligne mineure - la 130a - on ne me fera pas oublier que ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières. En diminuant l'offre sur les petites lignes, on diminue la fréquentation des grandes lignes. C'est un axiome.

Venez à Thuin le matin, à 6h25 ou à 7h25, regarder l'automotrice bondée s'éloigner vers Hourpes. Attendez le coup de sifflet à Charleroi-Sud le soir, à 19h21, et comptez les voyageurs, travailleurs, étudiants ou simples passagers du temps. Et dites-moi comment se calcule la rentabilité d'une ligne, sachant que ce sont autant d'usagers qui poursuivent à grands frais, leur voyage vers Mons, Namur, Ottignies ou Bruxelles...

sncb,train,ligne 130a,gare,charleroi-sud,thuin,lobbes,erquelinnes

* * *

18h54, un jeudi brumeux de décembre 2014. Ce n'est plus une automotrice mais un autorail qui me ramènera chez moi. Je n'aurai pas fait mes heures au bureau, ou à peine. Je sais déjà qu'il y aura bientôt moins de navetteurs dans ce dernier train du jour qu'il n'y en a aujourd'hui dans l'avant-avant-dernier train du jour. Des trains diesel sur une ligne électrifiée: si ce n'est là la décadence... en attendant la fin?

Contre-offensive il y aura. Pour mon malheur, pour notre malheur, il y aura bientôt des élections. Dissolution des chambres, gouvernement en affaires courantes et sans doute blocage dans la formation d'un nouvel exécutif... Au moment de déposer le bulletin dans l'urne, nous aurons peut-être à l'esprit l'une ou l'autre promesse d'un candidat en vue, comme celle de défendre et promouvoir les petites lignes de train. Un candidat qui, une fois élu, une fois les chambres recomposées, feindra l'ignorance, s'insurgera dans les média et constatera, comme moi, qu'on n'y peut plus rien.

Il est donc temps d'agir. Et d'espérer qu'il ne soit déjà trop tard pour empêcher le dernier train pour Erquelinnes de partir trop tôt. 

sncb,train,ligne 130a,gare,charleroi-sud,thuin,lobbes,erquelinnes

[ILLUSTRATIONS - :: de haut en bas :: 18h54? Sans autre commentaire :: L'automotrice 991 assurant un service Erquelinnes-Charleroi-Sud arrive voie 3 à Lobbes, un peu lamentablement, le 21 avril 2014. Depuis la fermeture du guichet de la gare en décembre 2013, des signaleurs veillent sur la salle d'attente en semaine et autorisent l'accès aux quais quelques minutes avant le départ des trains. Le week-end, cependant, il n'y a pas de personnel en gare. Comme il n'existe aucun passage au-dessus ou sous les voies, tous les trains traversant Lobbes passent voie 3, à vitesse très réduite. :: Un des nombreux avis de travaux sur les ouvrages d'art de la ligne 130A. :: La gare d'Erquelinnes, photographiée ici le 7 février 2014, a déjà perdu une partie de son faisceau marchandises, jadis bien gonflé et garni. :: Le 13 mars 2010, l'automotrice 760 quitte le point d'arrêt de Landelies sur la ligne 130A, en direction de Charleroi-Sud.]

 

 

20/09/2010

Le rail en fête à Erquelinnes

Rail_en_Fête_1.JPG

Rail_en_Fête_2.JPGCes 18 et 19 septembre, le Syndicat d'initiative et l'Administration communale d'Erquelinnes avaient mis sur pied "un voyage aux portes des souvenirs et aux grilles de la modernité". C'était là une occasion unique de mettre en valeur la riche histoire du chemin de fer dans la cité frontalière et à Jeumont, sa voisine et jumelle française. La voie 1, habituel point de départ des automotrices vers Charleroi, sur la ligne 130A, accueillait un cortège de véhicules anciens et nouveaux dépêchés par la SNCB et le PFT.

Dans l'ancienne halle à marchandises, les visiteurs s'arrêtaient devant des panneaux et plans retraçant l'évolution de la gare à travers les ans. Plus loin, ils pouvaient admirer une collection de képis anciens et de galons révélateurs des niveaux de hiérarchie des agents du rail d'autrefois. Leur attention se portait aussi sur la batterie de lanternes et d'éclairages anciens et sur l'outillage utilisé jadis par les agents de la voie, notamment une boulonneuse à moteur thermique qui impressionne toujours autant.

Rail_en_Fête_3.JPG

Mais la vedette incontestée de ces deux journées de fête, c'était bien la locmotive à vapeur 64.169 du PFT. Sous la marquise, à la voie 1, de nombreuses familles de la commune ou d'ailleurs attendaient leur tour pour visiter la cabine. Difficile de dire qui, du bambin émerveillé ou du grand-père aux yeux embués, était le plus ému! Petit à petit, les voyageurs s'installaient dans les antiques voitures de première classe, au confort inégalé, en changeant de places cinq fois pour être certains d'en garder un souvenir éternel.

Rail_en_Fête_4.JPGDiesel en tête, vapeur en queue, le départ était donné. A Solre-sur-Sambre, à Fontaine Valmont, les bonnes gens étaient sur le chemin ou au fond du jardin pour voir passer le vieux train. Il semblait même que certaines, mues par un impératif nostalgique, étaient présentes à chaque passage! Ainsi donc, le long des rails à Labuissière, un vieil habitant racontait aux dames du coin qu'au luxe bien rustique d'un trajet assis, il préférait le plaisir des vibrations du quai lors des folles traversées à toute vapeur.

Dans le convoi d'un autre âge, le contrôleur, vêtu d'un uniforme des années 1950, partageait la joie et l'enthousiasme des voyageurs aux tenues bien modernes. Avant le rebroussement à Lobbes, il soulignait la ponctualité de la 6077, notant que, décidément, il n'y avait rien de plus fiable que la matériel d'antan. Et de fait, lors du retour à Erquelinnes, la vieille 64 tenait son horaire, en saluant, à grands coups de sifflet, toutes celles et ceux venus l'acclamer une fois encore.


Rail_en_Fête_5.JPG

Rail_en_Fête_6.JPG[Illustrations, de bas en haut - L'affiche de l'événement "Le Rail en Fête" les 18 et 19 septembre 2010 à Erquelinnes. Panneaux retraçant l'histoire de la gare et vitrines abritant une collection de képis. La 6077 tractait la rame au départ d'Erquelinnes en destination de Lobbes. Passage en gare de Labuissière du train désormais tracté par la 64.169. Le convoi stationne quelques instants à Lobbes avant de redémarrer vers Erquelinnes. Le train redémarre de Lobbes sous l'oeil bienveillant de la Collégiale Saint-Ursmer. Le contrôleur a donné le départ; la rame s'ébranle.]

[Voir également les articles sur ce blog concernant les gares d'Erquelinnes et Jeumont.]

Rail_en_Fête_7.JPG

 

20/05/2010

Le vendredi, à Erquelinnes

[Douzième article d'une série de treize concernant la ligne 130A qu'empruntent de vieilles automotrices en toisant la Sambre, avec arrêts à Marchienne-Zone, Landelies, Hourpes, Thuin, Lobbes, Fontaine-Valmont, Labuissière, Solre-sur-Sambre et Erquelinnes Village.]

Erquelinnes1.JPG

Erquelinnes2.JPGLe vendredi, à Erquelinnes, n'est pas un jour comme les autres. La rue Albert Ier, centre névralgique de la cité, se gonfle d'une centaine d'étals à l'occasion du marché hebdomadaire. On vient parfois de loin pour flâner, chiner et dépenser un peu. La bière et le café coulent à flots; les friteries ne désemplissent pas. On y vient même en train, car il n'y a pas dix pas du quai au marché. A Erquelinnes, le vendredi, la gare s'anime et s'emballe, comme au bon vieux temps.

Les gens d'Erquelinnes, le vendredi, oublient un peu qu'ils sont à la limite, au bout du chemin. C'est qu'ils préfèrent de loin la saveur des légumes du marché à l'amertume des salades du Marché commun, de cette Europe sans frontières qu'on leur a vendu à prix fort. Où commence la France, où s'achève la Belgique? Au milieu du passage à niveau, vous répondra-t-on, un peu las, au Roi du Matelas!Erquelinnes3.JPG

Avec un pied dans chaque pays, je m'engage sur la frontière invisible et contourne la gare. Je rejoins la Sambre, dont l'onde paisible n'a que faire de ces chimères, puis le port de plaisance, où personne ne plaisante à c't' heure. A distance, je longe les rails, ceux qui restent, en sentant sous mes pas l'écho lointain de trains d'antan, ceux venus, sur la 108, de Binche et d'ailleurs.

Le vendredi, à Erquelinnes, la gare s'anime et s'emballe, de sons et d'étoffes. Mais le soir venu, elle broie du noir et replonge en enfer, hantée sans honte par les dealers et les paumés. Erquelinnes4.JPGElle était bien plus heureuse au temps des douaniers et des wagons chargés, au temps des gares frontières, des laminoirs et ateliers. Fière et majestueuse, elle incarnait un monde déjà ancien où les frontières qu'on impose sont celles qui protègent.

Les gens d'Erquelinnes, le lundi, savent qu'ils vivent au Far West, à la frontière, au centre de trafics malsains. Où commence la France, où s'achève la Belgique? Il n'y a de limite qu'en rêve pour les gredins, recherchés dans l'une, libres dans l'autre. Où commence le mal, où s'achève le bien? Au milieu du passage à niveau, peut-être, vous répondra-t-on le jour du marché...

Erquelinnes5.JPG

[Illustrations - :tout en haut: Intérieur de la gare d'Erquelinnes, ici photographié le 30 avril 2010. :en haut, à gauche: Le passage à niveau marquant la frontière entre la Belgique et la France, saisi le 4 janvier 2010. :au centre, à droite: La voie 1 à Erquelinnes, photographiée dans le sens vers la France le 24 décembre 2008. :en bas, à gauche: Vue extérieure de la gare d'Erquelinnes, prise le 24 décembre 2008. :en bas: Une automotrice attend le départ vers Charleroi-Sud le 30 avril 2010 dans l'après-midi.]

27/04/2010

Le vrai visage d'Erquelinnes Village

[Voici déjà le onzième arrêt de notre parcours en treize articles le long de la ligne 130A, le long de la Sambre. Au départ de Charleroi-Sud, nous avons mis pied à terre à Marchienne-Zone, Landelies, Hourpes, Thuin, Lobbes, Fontaine-Valmont, Labuissière et Solre-sur-Sambre. La frontière est en vue!]

ErquelinnesVillage1.JPG

Soyons francs, soyons justes! La poésie est absente des lieux; Erquelinnes Village est un point d'arrêt sans âme. On y prend le train par besoin, parce que c'est près. Et parce qu'il faut bien étudier, travailler et, à l'occasion, papillonner. A Erquelinnes Village, il n'y a point d'arrêt sans but. C'est bingo chaque fois: ça vient et ça monte, ou ça descend et ça s'en va! On ne reste pas à Erquelinnes Village. On dégage.

ErquelinnesVillage3.JPGExaminons le bout des quais, côté Erquelinnes, là où jamais on n'embarque. Le temps y a fait son oeuvre, lentement. La nature y a repris son dû, certainement. C'est l'abandon, comme deux tiges mortes le long des rails. C'est l'anti-gare, là où jamais on ne débarque. Le bout des quais, à Erquelinnes Village, a fait son temps; il est hors d'âge.

Mais voilà l'heure du train. On vient. Deux casquettes et puis deux permanentes. Deux trainings et deux tailleurs du dimanche. Ca vient et ça monte, je vous le disais. L'automotrice repart, laissant à Erquelinnes Village, une moustache et une capuche, qui sortent des quais, le pas pressé. Ca descend et ça s'en va, je vous le disais. C'est comme ça, à Erquelinnes Village: sans objectif, jamais on ne s'engage.

Examinons les abris défraîchis, côté rue, là où souvent on s'assied. Canettes, mégots, vieux papiers: vient-on jamais nettoyer? La paroi, le banc, le béton sont griffonnés à la lame ou au stylo. Tant de mots vulgaires, de noms et de numéros: vient-on jamais s'en inspirer? Les abris défraîchis, à Erquelinnes Village, sentent l'ennui et le manque d'ouvrage.ErquelinnesVillage4.JPG

Mais voilà l'heure du train. On vient. Deux têtes grises et une vieille fille, remplis de café, sur le chemin de la ville. Ca vient et ça monte, je le répète. L'automotrice repart, ayant rendu à Erquelinnes Village, une donzelle et son galant, qui s'éloignent en se bécotant. Ca descend et ça s'en va, ça ne rate jamais. C'est comme ça, à Erquelinnes Village: on presse le pas, on abrège le passage.

Soyons francs, soyons justes! La seule beauté d'Erquelinnes Village est mécanique, celle du temps qui passe, d'une courte séquence qui se répète à l'infini, heure après heure, jusque dans la nuit. Une beauté finie, sans hasard, imparable, sans remède. Ca vient et ça s'en va, hier et demain, ailleurs mais pas ici. C'est ça, le vrai visage d'Erquelinnes Village!

ErquelinnesVillage2.JPG

[Illustrations - En haut: l'automotrice 159 marque l'arrêt à Erquelinnes Village avant de démarrer vers Charleroi en début de soirée le 24 avril 2010. Au centre, à gauche: En préparant cet article, je me suis aperçu que toutes les photos que j'avais prises à Erquelinnes Village en huit ans l'avaient été sous la pluie ou la neige! J'y suis donc retourné en catastrophe. Au centre, à droite: Sous la neige, le point d'arrêt est carrément macabre, comme le suggère cette photo du 4 janvier 2010. En bas: Vue des quais d'Erquelinnes Village, en début de soirée, le 24 avril 2010. L'alignement des habitations, de part et d'autre des quais, rappelle que jadis un passage à niveau permettait aux usagers de la route de relier la rue du 11 novembre à la rue de la Sambre.]

 

 

16/01/2010

Blocks, tunnel, ponts et passages à niveau

[Ceci est le cinquième arrêt d'un parcours en treize articles le long de la ligne 130A. Nous sommes partis d'ici, et nous nous sommes posés des questions à Marchienne-Zone, avons valsé à Landelies et rêvé de ce qui n'existe plus à Hourpes.]L130A_9.JPG

L130A_6.JPGPoursuivons notre beau parcours le long de la ligne 130A. Mais avant de nous arrêter à Thuin, prenons le temps et le soin de nous intéresser au fonctionnement actuel des trente kilomètres de ligne. C'est là l'occasion de rendre hommage au génie de générations de gens du rail, des premiers bâtisseurs à ceux qui ajourd'hui encore l'entretiennent et la modernisent. Chapeau bas également à tous les cheminots, aux métiers parfois oubliés, qui lui ont donné vie au fil du temps. Nos voyages, notre liberté d'hier et d'aujourd'hui, c'est un peu à eux que nous la devons!

Les origines du rail de la Haute Sambre remontent à la tendre enfance des chemins de fer en Belgique. C'est par un arrêté royal de mai 1845 que fut accordée à la Société du chemin de fer de Charleroi à la frontière de France la concession pour la construction de la ligne. Les crises financières de l'époque retardèrent l'exécution des travaux rendus difficiles par les quinze franchissements de la Sambre, tant et si bien que la ligne à double voie n'ouvrit que le 6 novembre 1852. La Compagnie du Nord en reprit l'exploitation dès 1854. Ce n'est qu'en 1941 que la ligne fut nationalisée. Son électrification, fin décembre 1964, lui permit de prendre part à l'âge d'or des Trans Europe Express.

L130A_7.JPGSi aujourd'hui l'Europe ne défile plus à Thuin, la ligne 130A reste un corridor pour le transport de marchandises entre les anciens bassins industriels de la Wallonie et du Nord-Pas de Calais. Les convois sont tractés par des série 12 de la SNCB ou des BB36000 de la SNCF, avec le timide concours de locomotives diesel de série 57 de la SNCB ou BB67400 de la SNCF. Des TRAXX devraient venir compléter la parade d'ici peu.

Du lundi au vendredi, la SNCB assure une relation L à cadence horaire, avec renforcement aux heures de pointe, entre Charleroi-Sud et Erquelinnes. Six fois par jour, les trains poursuivent jusqu'à Jeumont, de l'autre côté de la frontière. Les week-ends et jours fériés, la cadence est bi-horaire, les trains restent en Belgique et ne s'arrêtent pas à Hourpes. Les voyageurs prennent place dans des automotrices AM62/79, avec le renfort d'une rame quadruple AM75 lors de la pointe matinale. Des autorails de la série 41 assurent les remplacements, essentiellement les week-ends, lors de travaux ou d'entretiens de la caténère.

Depuis plus de dix ans, d'importants travaux de modernisation compliquent un peu l'exploitation de la ligne. Les ponts sur la Sambre, il est vrai vétustes, sont remplacés un à un. Les travaux concernent également le seul tunnel de la ligne (tunnel de Leernes, parfois erronément appelé tunnel de Landelies), d'une longueur de 441 mètres, dont on augmente péniblement le gabarit depuis deux ans et demi. A terme, des convois plus lourds, jusqu'à 22,5 tonnes par essieu, pourront emprunter la ligne.

L130A_8.JPGL'espacement des trains est garanti par trois cabines de signalisation, en plus de celle de Charleroi-Sud, occupées vingt-quatre heures sur vingt-quatre par des hommes d'expérience. Il s'agit des blocks 59 (Marchienne-Zone), 62 (Lobbes) et 66 (Erquelinnes), que complète une cabine automatique située à Hourpes. La signalisation, les aiguillages, les passages à niveau sont contrôlés à partir de ces cabines, sans lesquelles la circulation à contre-voie exigée par les longs travaux serait presque impossible.

Il subsiste, le long de la ligne 130A, huit passages à niveau, tous de deuxième catégorie, le dernier marquant la frontière entre la Belgique et la France. La véritable curiosité est le passage à niveau n°119, dans les bois au fond de Thuin, qui débouche sur une grille en fer forgé verte barrant l'accès à une seule demeure, en fait une ferme lovée dans un méandre de la Sambre.

Hormis les mesures imposées par les travaux de modernisation de la ligne, la coexistence entre le trafic voyageurs et le trafic marchandises s'opère sans encombres, et la voie d'évitement entre Lobbes et Fontaine-Valmont n'est guère utilisée. Depuis les fermetures des lignes 108 (entre Binche et Erquelinnes) et 109 (Mons-Chimay), il y a déjà longtemps, les trains ne se bousculent plus vraiment en gares de Lobbes et d'Erquelinnes. C'est donc avec sérénité que les petites automotrices arpentent la ligne 130A et se jouent de la Sambre, de méandre en méandre.

Arrêtons-nous maintenant à Thuin.

L130A_5.JPG

[Illustrations, de haut en bas: 1. Vue de l'intérieur du block 59 à Marchienne-Zone (photo aimablement transmise par un cheminot sympa). 2. Les 441 mètres du tunnel de Leernes sont en travaux depuis deux ans et demi et il faudra encore au moins deux ans pour les achever. Cette photo, prise à Leernes (Fontaine-l'Evêque) le 8 novembre 2009, montre la sortie du tunnel du côté Hourpes. 3. Ce pont, un des quinze chevauchant la Sambre, est situé à Fontaine-Valmont et fait partie de ceux qui ont remplacé les anciens ouvrages vétustes. Photo prise le 5 janvier 2010. 4. Le passage à niveau 119 à Thuin, ici photographié le 21 mai 2009, serait-il réellement privé? Il donne accès à une seule propriété barrée par une grille en fer forgé. 5. Vue extérieure du block 59 à Marchienne-Zone (photo aimablement transmise par un cheminot sympa).]