Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/09/2009

Florée, un point d'arrêt retiré

A l'heure même où on inaugure avec faste la nouvelle gare de Liège-Guillemins, je prends le contre-pied et vous emmène en ballade à cent lieues de là, en rase campagne. Aux milliards déboursés en Cité ardente, j'oppose ici la lente agonie d'un point d'arrêt retiré. En effet, le jour viendra bien tôt, où les trains ne s'arrêteront plus à Florée. Les chemins de fer y pensent, les députés en parlent. Et le combat pour sa survie risque d'être fort inégal.Florée1.JPG

Jugez donc. Florée, code postal 5334, est un village rural de quelque 400 âmes dans l'entité d'Assesse, à une dizaine de kilomètres de Ciney. Si vous le cherchez sur la carte, là, au sud de Namur, vous verrez qu'il représente en quelque sorte le nombril de la Belgique. Au détour d'un sentier champêtre, vous apercevrez l'église Sainte-Geneviève et sa tour du XIe siècle. La population a vieilli. Les jeunes sont partis, la maison communale aussi. Et ce n'est pas le train qui les ramènera!

La halte ferroviaire, charmante, surplombe les champs à plus de deux kilomètres du village. Les IC Bruxelles-Luxembourg pourfendent l'air, à la vitesse de l'éclair, entre ses deux quais serrés. Chaque heure, en semaine, une antique automotrice s'y arrête, un peu malgré elle. Personne ne monte, personne ne descend. Personne ne regarde ce train qui bientôt ne sera plus.

Personne ou presque. Ils sont une quinzaine tout au plus, dans un bon jour, à embarquer à Florée. Des Floréens mais aussi peut-être des gens de Maibelle et de Wagnée. Et quand un jour Florée on fermera, on leur dira que quinze c'est trop peu. Que ce n'est pas rentable. Qu'on n'a pas le choix. Qu'il faut aller plus vite. Qu'Assesse et Natoye, au fond, ce n'est pas si loin. Que vous verrez, vous vous habituerez. C'est ce qu'on a dit aux gens d'Hachy, d'Hogne et de Rulles il y a un quart de siècle.Florée2.JPG

La possible suppression du point d'arrêt a ému, en 2007, le Comité consultatif des usagers auprès du groupe SNCB. Pressentant l'implacable logique de rentabilité de la société nationale, il a remis un avis négatif sur la question, soulignant tout particulièrement le manque d'alternatives de mobilité pour les voyageurs de Florée. Un rare bus des TEC uniquement aux heures de pointe. Un relief inégal pour les piétons et cyclistes les plus âgés.

Mais depuis le Comité consultatif a été supprimé et personne ne s'en est ému. Seuls sur le quai, les quinze Floréens s'en inquiètent. Les gens restés au village, eux, pestent contre d'autres maux. Pensez donc! Les gens de la ville veulent planter des éoliennes dans leur jardin! Ils iront loin s'il le faut. Mais, en attendant, on ne pense plus au train. Et sans train ni jardin, plus personne à Florée ne viendra.

Voilà pourquoi, le 5 août dernier, je m'y suis arrêté. C'était bien moi le seizième ce jour-là, l'anomalie sur la courbe de rentabilité. Seul sur le quai sous un soleil de plomb, j'ai voulu consigner en mots et en images ce que les gens restés au village, à force, plus jamais ne verront. Ce devoir de mémoire ainsi fait, j'ai repris l'antique automotrice sous les yeux d'un contrôleur plutôt stupéfait.

Florée3.JPG