Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/10/2010

En filigrane à Familleureux

Familleureux1.JPG

Familleureux2.JPGJ'étais assis sous la pluie un dimanche d'automne, le long des quais, en gare de Familleureux. Je tenais à la main, sans trop la mouiller, une vieille carte postale du lieu, les yeux perdus dans le gris. Que fallait-il penser de ce sombre présent, où les trains ne s'arrêtent plus les jours de fête ou les dimanches de pluie? Qu'y voir de plus qu'une page refermée dans l'histoire du train et des fonderies du coin?

A force de calculs et de projections, j'avais la tête qui brûle, qui fume et réfute l'évidence d'une disparition trop nette. Je me cherchais un septième sens pour percer le mystère et revivre la fermeture. Ou remonter plus loin encore, avant le long déclin, l'austérité et l'indifférence, du temps des gueules noires, des Flamands en Hainaut et des trains bondés la nuit?

Familleureux3.JPGAu revers d'une bourrasque, le block 33 est réapparu, comme s'il était extrait du souvenir d'un aîné. Je l'imaginais plus en retrait, moins gai, plus écaillé. Entre deux gouttes glacées, je me suis pincé quand j'y ai vu Albert ou Emile, le signaleur, me cingler du regard. Et m'avertir, d'une voix rauque par la fenêtre ouverte, qu'il n'y aura jamais, jeune homme, de train avant demain.

Dans l'envers du décor, l'édicule et son occupant sont repartis dans le temps, sans plus jouer de l'évidence, laissant, pour seul témoin, la carte postale en noir et blanc. Que fallait-il penser de cette apparition, où je n'ai vu d'Albert ou d'Emile qu'un filigrane plaintif et résigné? Qu'y voir de plus qu'une page décalée dans la marche implacable du temps et de la raison?

J'étais assis sous une pluie d'automne le long des quais à Familleureux. Il y avait devant moi la nouvelle place de la gare, éteinte et incolore, et ses berlines fatiguées. Je me cherchais un septième sens pour traverser l'histoire et revivre l'éboulement. Ou remonter plus loin encore, avant la fermeture, avant les mutations et les grands chagrins, du temps d'Albert et d'Emile et de leurs rires perdus dans la nuit?

Familleureux4.JPG

[Illustrations - Photos prises à Familleureux le 25 septembre 2010. La vieille carte postale, elle, remonte à plus loin...]