Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/05/2012

En passant par Luttre

luttre,sncb,gare,train,ligne 124,ligne 117,ligne 119

En passant par Luttre, ce matin encore, j'ai repoussé mon journal et salué du regard la gare et son petit monde hébété. Sait-on, dans le compartiment feutré, l'amour croissant que j'ai pour elle, né de dix ans d'arrêts cadencés? Le soleil déjà haut dans le ciel, les souvenirs s'étalent. Qu'en extraire, qui puisse se fondre dans son histoire, son vécu, sans paraitre grotesque?

En passant par Luttre, tous les matins, je repense aux terrains dont on l'a amputé, à l'importance dont on voudrait la priver. Sait-on, dans la salle d'attente, qu'elle hébergeait jadis une remise grouillant d'engins vapeur? Sondez l'ouest, depuis la voie 5, et devinez dans les volumes du bâti son emprise passée, son étendue révolue, son prestige écorné...

luttre,sncb,gare,train,ligne 124,ligne 117,ligne 119

On a même raboté son nom, elle qui, tout un temps, se fit appeler Luttre-Pont-A-Celles. C'était au temps du grand chemin de fer, avant le règne des pétrodollars, avant l'Europe néolibérale. Dans cette grande gare champêtre, on formait et déformait des trains par dizaines. Il y avait des omnibus vers Sart-Allet, des semi-directs vers Manage.

luttre,sncb,gare,train,ligne 124,ligne 117,ligne 119

En passant par Luttre, tous les soirs, je frissonne quand le train franchit le pont et les eaux glauques du canal. Sait-on, sur les quais dallés, le drame des vies fauchées, du train broyé en 1974, lorsque le direct pour Bruxelles dérailla en quittant la gare? Qu'en extraire, aujourd'hui encore, qui rappelle à l'Etat son devoir de prévoyance?

En descendant du train à Luttre, ce soir, je me suis demandé comment toute cette histoire finirait. En attendant la prochaine correspondance, j'ai feint d'ignorer le chaos humain, celui qui viendra le jour où les trains rouleront sans conducteurs. Celui qui viendra le jour où, en passant par Luttre, je n'y verrai plus qu'une halte sans âme, un point d'arrêt géré par des machines.

luttre,sncb,gare,train,ligne 124,ligne 117,ligne 119

 

28/07/2010

Faux départs à Gouy-lez-Piéton

Gouy1.JPG

Gouy2.JPGOn rate souvent le train à Gouy-lez-Piéton. J'avais fait la moitié du chemin, un dimanche dernièrement, dans la rue de la Station, entre la place communale et la gare. Un homme, pas couché de la veille, m'a dépassé à grandes foulées quand au loin est arrivé le train. Sa vaine course n'a pas été la seule car, quelque temps après, un fils allumé et sa mère en souillons ont connu la même infortune. Restés tous en place, ils ont attendu la délivrance deux heures moins une minute durant.

Le temps passe lentement à Gouy. Ces voyageurs mal préparés le savent. Dans l'heure, les quarts paraissent entiers; les demis durent une éternité. Aucun train ne passe. Des oiseaux chantent l'ennui. Toujours pas de train. Une péniche gémit sur le canal. Rien à boire, rien à manger, gare fermée. Depuis longtemps d'ailleurs, et pour de bon. Toujours pas de train, alors autant fumer.

Gouy3.JPGJe laisse ces otages du temps fulminer sur les quais et je franchis le canal. La gare est une ruine mais, vue de loin, elle parait presque jolie, maquillée de vert, de ciel et d'eau, coiffée d'un nuage. Je me souviens d'elle il y a trois ans, éventrée, saccagée, violée. La voilà soignée, amputée de son aile déchiquetée, portes et fenêtres murées. Pour en faire quoi? Sans la promesse d'une affectation nouvelle, elle n'est que vestige, un mémorial, une stèle à la gloire du rail passée.

 

Gouy4.JPGLe temps passe lentement à Gouy. Les as du faux départ le savent. Encore heureux qu'il n'y ait pas d'horloge en gare pour le rappeler! Aucun train ne passe. L'impatience les ronge. Un convoi de marchandises les nargue et disparait au loin. Rien à lire, rien à faire, gare éteinte. Depuis des lustres d'ailleurs, et pour toujours. Quand le train viendra, vite il repartira.

C'est ainsi que d'autres rateront le train à Gouy-lez-Piéton. Qu'ils aillent à Manage ou à Charleroi, peut-être qu'en pensée leur viendra le dessein, un peu fou, de rendre à la vieille gare pansée un destin un peu moins flou. Je reviendrai dans trois ans à Gouy, le long du canal ou du Piéton, coiffé d'un nuage, l'âme bercée d'illusions...

 

 

Gouy5.JPG

[Illustrations, de haut en bas - :tout en haut: La gare de Gouy-lez-Piéton vue de l'autre côté du canal de Charleroi, le 11 juillet 2010. :en haut, à droite: Le bâtiment est une ruine; portes et fenêtres ont été murées. :au centre, à gauche: Sur cette photo prise le 16 août 2007, on voit encore l'ancienne aile basse qui a depuis été rasée. Je vous épargne les photos du carnage à l'intérieur! :en bas, à gauche: Retour au 11 juillet 2010, avec cette vue de la petite place en pavés coincée entre le canal et la rue de la Station. :tout en bas: Vue de l'intérieur de la gare de Gouy-lez-Piéton. Remarquons l'impressionnant colmatage de la face latérale de la gare par des blocs de béton, là où on l'a amputée de l'aile basse éventrée.]