Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/02/2014

Tamines la rouge

sncb,gare,train,ligne 130

sncb,gare,train,ligne 130Des travaux de modernisation achevés en 2011 ont donné à la gare de Tamines un éclat surprenant. La couleur n'est vraiment ni rouge ni orange - et certainement pas rose. A vrai dire, tout dépend des rayons du jour ou des projecteurs la nuit. Ce qui est certain, c'est qu'elle rallume un peu un quartier vieilli où l'on ne compte plus les maisons en vente, ni les commerces qui se remettent mal.

La passerelle qui surplombe les quatre voies à quai est fort empruntée tant par les voyageurs que par les riverains, et cela se voit. Des passants descendent vers la Sambre; parmi eux des jeunes jouant aux durs pour se rassurer. Ici surtout, il faut sourire devant tant d'insouciance. Car ont-ils ne fût-ce qu'un peu conscience de leur bonheur, près d'un siècle après le Massacre de Tamines?

Pas très loin de la gare, la girouette de l'église Saint-Martin rappelle à sa façon que le danger peut venir de toute part. Les fusillés du 22 août 1914 n'ont jamais connu le luxe de l'insouciance, ou est-ce justement ce qui les a perdus? La Sambre, par temps maussade, se charge de charrier leur mémoire au loin. C'est qu'il faut insister: notre liberté doit au sang qu'ils ont versé alors!

sncb,gare,train,ligne 130

sncb,gare,train,ligne 130Parce qu'on n'avait pas bien compris, il y eut une autre guerre et d'autres morts à Tamines, autour de sa gare. Alors, on saisit mieux l'engouement pour le moteur à essence dans les années cinquante: la voiture, ce transport privé, ne promettait-elle pas de pouvoir prendre son sort en main et de fuir tout danger avec célérité? La gare, jusque là un bel épi ferroviaire, perdit ses lignes vers Landen et Yvoir...

Aujourd'hui, la gare de Tamines, désormais sise à Sambreville, accueille sur ses quatre voies courbes de puissantes automotrices. Elles ne rappellent en rien les locomotives à vapeur d'antan. Mais, un peu comme elles, elles invitent au voyage dans l'insouciance et la liberté chèrement gagnées. En fait, à bien y voir, au nom du sang versé, la gare de Tamines est rouge cardinal.

sncb,gare,train,ligne 130

18/08/2013

Transit obligeant à Charleroi-Sud

SNCB, gare, train, Charleroi-Sud, ligne 124, ligne 130, ligne 130a, ligne 132, ligne 140

sncb,gare,train,charleroi-sud,ligne 124,ligne 130,ligne 130a,ligne 132,ligne 140"C'est un peu gore là-bas, non?". Cette question anodine m'est venue, il y a quelques années, d'un collègue à qui j'expliquais que mes trajets quotidiens comprenaient une correspondance à Charleroi-Sud. Il me faut dire déjà que certains clichés ont la vie dure et que, Dieu merci, l'atmosphère d'un jour n'est pas nécessairement celle du lendemain. Pour appréhender cette gare, un seul conseil: restez naturels à toute heure!

Rénovée, réactualisée, rééquipée il y a peu, la gare de Charleroi-Sud n'est plus le coupe-gorge qu'elle a été, à certaines heures du jour et de la nuit, de par le passé. Dans un tissu économique et social fragile, la ville se cherche un peu, et ses atermoiements se retrouvent parfois à la gare. Au pire, c'est un petit bouillon malsain, mais - je vous l'assure sans rire - pas de quoi faire la soupe à la grimace. Rester naturel...

...et voir enfin ses couleurs et sa lumière. Charnière de mes navettes, transit obligé entre Lobbes et Bruxelles, entre ma cité oubliée et la ville où je reviens toujours, un peu comme la marée, Charleroi-Sud éclaire mes journées selon ses humeurs. Des femmes et des hommes y travaillent - des gens bien. A bien y voir, le bleu et le rouge rosé dominent, même et surtout la nuit.

sncb,gare,train,charleroi-sud,ligne 124,ligne 130,ligne 130a,ligne 132,ligne 140

sncb,gare,train,charleroi-sud,ligne 124,ligne 130,ligne 130a,ligne 132,ligne 140J'aime ses couleurs, toutes ses couleurs, même les plus sombres. Il m'arrive d'y venir simplement quand je m'ennuie, histoire de voir ce que réserve l'inconnu. Je n'y suis indifférent à personne, mais je digère dans le calme, transit obligeant. J'y rêve d'un autre temps, où les trains ronflaient sous la halle pendant qu'au buffet des dames en chapeaux prenaient le thé dans de la vieille porcelaine.

Demain, je reviendrai à Charleroi-Sud encore et encore. A la dame âgée qui s'inquiète, j'offrirai des mots complaisants sur les retards. Au jeune désoeuvré qui galère, je donnerai une pièce mais surtout mon amitié. Au contrôleur qui peste, j'accorderai mon sourire et mon soutien. A Charleroi-Sud, imprégné de ses couleurs, je resterai naturel, matin et soir, transit obligeant...

 

sncb,gare,train,charleroi-sud,ligne 124,ligne 130,ligne 130a,ligne 132,ligne 140

[ILLUSTRATIONS, de haut en bas - Le soir du 29 décembre 2011 comme tous les autres soirs depuis quelques années, la gare de Charleroi-Sud est joliment éclairée. :: Vue du site de la gare de Charleroi-Sud prise le 2 février 2013. A la gauche de l'imposant bâtment voyageurs se trouve l'hôtel des chemins de fer SNCB Holding. A l'avant-plan s'étalent les quais de la gare des bus et du métro de Charleroi. :: La 2745, pantographes baissés, en tête d'un train de voitures M6 au repos. Normal, la photo a été prise un dimanche après-midi, le 23 juin 2013. :: Le 17 décembre 2010, sous la neige, la 2904 passe à hauteur du block 20 et du 4603, le vieil autorail Brossel faisant figure de monument. Les TRAXX sont relativement peu présentes à Charleroi-Sud. :: La gare de Charleroi-Sud n'attend que vous. De vous à moi, il y a peu de pas et pas de peur entre deux personnes qui se respectent...]

26/05/2013

Hors d'âge à Floreffe

train,sncb,gare,ligne 130,floreffe

Il y avait du rire et de l'exclamation sur les quais de Floreffe ce vendredi-là, le premier d'un printemps retardé. La pointe vespérale, en cette fin de semaine, s'étend un peu; les voyageurs, jeunes et vieux, semblent moins pressés d'en finir avec le jour. Les obligations deux jours remisées, le week-end s'ouvre, officiellement, sur la promesse d'une pelouse à tondre ou d'une teuf trop cool.

A Floreffe, ce vendredi-là, un premier train vers Charleroi, archibondé, n'a livré qu'une poignée d'arrivés et n'a emmené que les plus courageux. Sur les quais courbés sont restés assez de jeunes et de vieux, assez d'ados et d'adultes, pour examiner le rapport de force. Et pour comprendre que les rires des uns intimident autant que le silence des autres. Vieillir, est-ce se taire?

Envahi par la question, je me suis éloigné. L'endroit est agréable; venir sans voir la Sambre et l'abbaye qui la surplombe est dommage. Au bord de l'eau, un couple de retraités jetait du pain aux canards, une mission sacrée que ne remplissent que les tout jeunes ou les tout vieux. N'y avait-il pas, dans le rire et l'exclamation de ces adultes toujours verts, une pointe de printemps?

train,sncb,gare,ligne 130,floreffe

train,sncb,gare,ligne 130,floreffeRassuré, je suis revenu à quai. La gare, quoique éteinte depuis lurette, m'a paru moins désuète. Jeunes et vieux se toisaient toujours, me laissant perplexe. Fallait-il vraiment que je choisisse mon camp? Ne pouvais-je n'être que l'intrus, l'étranger, le visiteur hors d'âge? Fallait-il vraiment que je déclare mes bourgeons et mes nécroses pour prendre place dans le catalogue?

A Floreffe, ce vendredi-là, les trains ont décidé pour moi. Un train vers Namur, archibondé, et un train vers Charleroi, archivide, se sont arrêtés le temps qu'il fallait. Quand ils ont redémarré, les vieux étaient partis, laissant sur les quais, tout en rire et en exclamation, une poignée de jeunes, les mêmes que lors de mon arrivée, une heure auparavant. Un sourire complice a suffi pour que je figure au catalogue.

train,sncb,gare,ligne 130,floreffe

[ILLUSTRATIONS - Photos prises en gare de Floreffe le vendredi 19 avril 2013, sauf - évidemment - la dernière, qui y a été prise le 29 décembre 2005.]

27/02/2013

Mesurette à Jemeppe-sur-Sambre

gare,jemeppe-sur-sambre,sncb,train,ligne 130,ligne 144

gare,jemeppe-sur-sambre,sncb,train,ligne 130,ligne 144J'hésite à vous parler de la gare de Jemeppe-sur-Sambre, de peur de ne pas vous en dire assez. J'ignore encore son histoire, mais cela viendra. En attendant, je peux vous en décrire les abords et aborder ses emprises sous un soleil absent, car je ne m'y rends que par temps gris. Ce n'est presque pas voulu; en fait, il faut parfois forcer le trait pour espérer agrandir le lieu commun.

Situons-la, si vous l'ignoriez, presque à cheval sur ce fameux sillon Sambre-et-Meuse des présentateurs météo. S'il n'y avait le vaste terrain occupé par les usines Solvay, elle aurait presque les pieds dans la Sambre. Or voilà donc qu'elle s'est mise, depuis longtemps déjà, au service de la chimie, lui assurant une main d'oeuvre et l'évacuation de ses produits gazeux.

gare,jemeppe-sur-sambre,sncb,train,ligne 130,ligne 144

gare,jemeppe-sur-sambre,sncb,train,ligne 130,ligne 144

gare,jemeppe-sur-sambre,sncb,train,ligne 130,ligne 144Si l'air y parait sain, la gare de Jemeppe-sur-Sambre, jusque dans ses quais courbés, semble comme voilée, péliculée d'un gris léger ou nappée d'un nuage presque incolore. Le soleil, même au zénith, y parait incongru, comme s'il troublait l'alchimie du lieu. J'ignore pourquoi, mais c'est comme ça. Ou est-ce parce que je n'ai pas encore apprivoisé cette clarté étrange, un peu glauque?

Le bâtiment voyageurs, parce qu'il faut en parler, est une relique un peu désolée d'une époque révolue, celle d'un âge d'or où la gare était la seule porte de sortie. Il faudrait l'astiquer vraiment pour lui rendre ses couleurs d'antan, mais c'est là une peine à laquelle plus personne ne voudrait s'astreindre. A défaut de luire, elle intéressera par son allure et son aura.

J'hésitais à vous parler de la gare de Jemeppe-sur-Sambre, de peur d'en peindre un tableau incomplet. Ce sera sans doute le cas tant que je n'aurai pas vu les cuves et les conduites sous un autre ciel. Je ne vous en ai pas donné la pleine mesure, tout au plus une mesurette, un éclat trop gris d'un endroit où, dirait-on, le soleil trouble l'ordre public.

gare,jemeppe-sur-sambre,sncb,train,ligne 130,ligne 144

[ILLUSTRATIONS - Photos prises en gare de Jemeppe-sur-Sambre le 12 novembre 2007 (tout en haut) et le 3 janvier 2013. Sur la photo tout en bas (ou, si vous préférez, celle juste au-dessus de cette légende!), on distingue à gauche la ligne 144 vers Gembloux et à droite la ligne 130 vers Namur.]

11/04/2012

Le testament de Ronet

ronet,gare,train,sncb,triage,dépôt,ligne 130

ronet,gare,train,sncb,triage,dépôt,ligne 130Dans le petit monde ferroviaire belge, Ronet a longtemps rimé avec succès. Pendant de longues décennies, la gare de triage et de formation et l'atelier de traction ont garanti un emploi soutenu. Hélas, la crise économique et l'effondrement du trafic marchandises dès 2008 ont poussé la SNCB à délaisser le site et recentrer l'activité vers la Flandre. L'année 2011 a marqué le début de la fin.

Tandis que la particratie s'affaire à trouver de nouvelles affectations au lieu, Infrabel s'apprête à inaugurer en son sein un nouveau point d'arrêt. Pour l'instant barré d'un grillage, il laisse apercevoir un quai central surélevé aux pavés immaculés et à l'affichage moderne. Le contraste avec la halte actuelle, ses quais bas et ses gravillons noircis, est saisissant.

ronet,gare,train,sncb,triage,dépôt,ligne 130

ronet,gare,train,sncb,triage,dépôt,ligne 130Entre l'ancien et le nouveau s'étire un pont moderne, qui a remplacé son ancêtre en 2007. Se doutait-on alors du sort réservé au triage? Non, bien sûr. Cette cruelle ironie, les derniers cheminots du lieu la portent sur le visage lorsqu'ils franchissent le pont et descendent sur les vieux quais pour rentrer chez eux. Leur mine est grise, comme l'avenir de Ronet.

Sur le gril au loin, une vieille 62 tire quelques wagons plats commis à de menus travaux. Plus loin encore, une vénérable automotrice s'échappe vers Namur pour assurer l'heure de pointe. Même l'IC vers Tournai semble passer au ralenti. Seize heures arrivent et les gens du retour se comptent sur les doigts d'une main. ronet,gare,train,sncb,triage,dépôt,ligne 130Ils ne seront guère plus nombreux à fouler bientôt les pavés nouveaux.

Aujourd'hui, Ronet rime avec regret. Il y a deux chapitres dans son testament. L'ancien, baigné de sueur et de vapeurs noires, est celui du travailleur digne et fier. Le nouveau, sombre comme les heures qui l'ont inspiré, est celui où, privé de son outil, le travailleur décline ou chavire. Quelle consolation trouver quand on vous dit qu'il restera toujours des souvenirs, mais qu'il est temps de passer à autre chose?

 

ronet,gare,train,sncb,triage,dépôt,ligne 130

[ILLUSTRATIONS - Photos prises à Ronet dans l'après-midi du 2 mars 2012.]