Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/05/2016

Rebroussements à Bertrix

sncb,gare,train,bertrix,ligne 165,ligne 166

sncb,gare,train,bertrix,ligne 165,ligne 166D'après les anciens, les chemins de fer de l'Etat ont toujours eu une sainte aversion pour les rebroussements. Il est vrai qu'avant l'apparition des rames réversibles, un temps fou s'écoulait avant qu'on ait changé la machine de front. Si de nos jours l'occasion reste rare, ne boudons pas le plaisir de la marche d'abord vers l'avant, puis vers l'arrière.

A Bertrix, le rebroussement est régulier. Toutes les deux heures, un train local quitte Namur à destination de Dinant et Libramont. Arrivé presque en fin de parcours, au bout de la ligne 166, il stationne un instant en gare de Bertrix avant de repartir en sens inverse par la ligne 165. Mais j'ai profité de cet instant pour descendre à quai et revoir un endroit où il avait neigé lors de mon dernier passage.

 

sncb,gare,train,bertrix,ligne 165,ligne 166

En avril, garde ton fil, dit en somme le dicton. Une brise du nord, du nord-est peut-être, balayait le marché du jeudi, Place de la Gare, assez pour hérisser le poil. Mais un soleil généreux, printanier, brillait, promettant à mi-mot à qui en ferait un sage usage des images sublimées. Juste un voile de cirrus cherchait à affecter la gare d'une ombre anodine.

sncb,gare,train,bertrix,ligne 165,ligne 166J'ai assisté aux manœuvres intéressantes, plus loin dans le faisceau, de deux 62 d'Infrabel qui sont allées et venues dans d'incessants rebroussements, pour refouler là où il fallait une rame de travaux. Cà et là, des hommes de jaune vêtus manipulaient les aiguillages. Ma seule manœuvre à moi fut d'essayer de comprendre et de capturer le moment.

J'ai bien dû repartir vers Libramont, pour faire le triangle. Avant d'embarquer, toutefois, je me suis laissé aller à quelques pensées sur le quai. Derrière la Desiro et sa voisine, le vent frais s'est remis à souffler. C'est donc à rebrousse-poil que j'ai laissé l'automotrice me refouler, me rebrousser à Bertrix, vers Libramont, Forrières et au-delà... 

sncb,gare,train,bertrix,ligne 165,ligne 166

[ILLUSTRATIONS - La photo 1 fut prise le 3 janvier 2008, les photos 2 à 5 le 21 avril 2016. 1- Lors de mon tout premier passage à Bertrix, alors que tombait la neige, la gare m'a paru d'une horizontalité violente. 2- L'intérieur de la gare vue de la voie 2, en attendant un train. 3- La tranquillité de la Place est trompeuse le jeudi, car dans mon dos grouillait le marché hebdomadaire. 4- La 6246 et la 6261, à l'arrière du faisceau, entamaient leur dernier mouvement après moult rebroussements. 5- Les Desiro 08580 et 08556 prennent la pose et une pause, avant de repartir, l'une vers Namur après rebroussement, l'autre vers Virton et Arlon.]

31/12/2012

Athus, l'hiver, ne se livre pas

[Les conditions hivernales, cette pluie incessante, une charge professionnelle importante, le Nouvel-An qui arrive déjà: je ne peux pas encore vous parler de Froidchapelle et des trains qui y passaient autrefois. Alors, en attendant l'An neuf, l'an treize en fait, allons voir si les rails d'ailleurs brillent comme il le doivent...]

athus,train,gare,sncb,ligne 165

athus,train,gare,sncb,ligne 165Vendredi, je me suis rendu à Athus. Ou du moins je pensais me rendre à Athus. J'avais le souvenir d'une gare qui se prêterait bien à la grisaille, aux ondées même. J'imaginais une gare abandonnée, sale, maussade, que les pluies de décembre renforceraient, me laissant voie libre. J'y ai trouvé une station active, quoi que faiblement peuplée, au mauvais karma.

Cet augure, à bien y réfléchir, s'est nourri, dès le matin, d'une erreur au guichet, d'un billet vendu pour Ath, où je n'allais pas. D'Athus, c'est sûr, je ne voulais que le lugubre, la célébration de ce temps pourri, qui m'éloigne de Froidchapelle. Je ne voulais que l'opposé de l'été, l'hiver, l'inverse d'être, l'obscurité, l'antithèse de la nature. A Athus, je voulais avoir été, pétri de gris.

En gare d'Athus, j'ai eu froid. C'est le risque avec les gares d'hiver. En gare d'Athus, j'ai eu mal. C'est le risque, quand la caténaire est mal mise. En gare d'Athus, je n'ai pu aimer le néant. C'était possible, surtout quand on manque de lumière, que la sève ne décolle pas, que les racines stagnent malgré le sol qui ne gèle pas. En fait, Athus, l'hiver, ne se livre pas.

athus,train,gare,sncb,ligne 165

athus,train,gare,sncb,ligne 165Pourtant, elle a changé. Les Dosto écrasent les Desiro, ce qui n'est pas normal. Ne me dites pas que cela va si mal chez nous! Ou est-ce que les gens d'Athus regardent plus au sud, trop à l'ouest, pour se souvenir d'où repose fondamentalement, nationalement, sans doute aucun, la couronne? Fêtons, et répétons-le à l'envi, le rail de chez nous, qui relie Arlon à Virton!

Athus, l'hiver, ne se livre pas. Et pourtant, on y part et on y vient, à l'heure ou en retard. Les gens avaient le regard fuyant, l'humeur chassante, l'air absent. Le sous-chef n'était pas présent; les voyageurs, lamentables, l'étaient trop. Athus mute, qu'on le veuille ou non, et sa gare sans guichet rebute, par manque d'ambition. A l'évidence, je me suis rendu dans une station au mauvais karma.

athus,train,gare,sncb,ligne 165

[ILLUSTRATIONS - Photos prises en gare d'Athus le 28 décembre 2012. Les nouvelles automotrices Desiro ML de la SNCB rentrent massivement en fonction sur le réseau, malgré une fiabilité parfois chancellante. A Athus, sur la ligne 165, ce sont les versions bicourant (série 085) qui ont pris la place des autorails de la série 41. Pourtant, à Athus, on voit moins les Desiro que les automotrices 'Dosto' des Chemins de Fer Luxembourgeois (CFL) depuis que ces derniers ont réorganisé les dessertes locales vers Luxembourg. En se promenant en gare, on se dit qu'il est décidément temps, en Belgique, qu'on redynamise les transports en commun... N'y a-t-il de meilleur voeu pour tous?]

31/08/2012

Voir Virton et revenir

virton,virton-saint-mard,sncb,gare,ligne 165

virton,virton-saint-mard,sncb,gare,ligne 165Chaque été, je consacre une pleine journée de soleil à la province de Luxembourg et ses vieilles gares. J'avais déjà vu Poix, Grupont et Forrières, mais je n'avais jamais vu Virton-Saint-Mard. Alors, levé à l'aube, j'ai pris quatre trains, trois heures durant, pour m'y rendre, à travers l'Ardenne et la Gaume. Devant moi, la brume s'est dissipée à Hourpes, à Franière, à Naninne, à Saint-Médard.

J'ai vu Virton, mais pas le Vir ni le Ton. J'ai vu l'Hôtel de ville, le Collège et la Place, mais pas le Musée gaumais. J'ai surtout vu la gare fleurie jusque dans le sourire des gens, au guichet comme sur les quais. J'ai vu une gare accueillante comme pas deux, radieuse et rayonnante, une de celles où l'on accepte de laisser le temps passer.

Virton-Saint-Mard est devenue Virton tout court après la fermeture de Virton-Ville et de la ligne 155 (Marbehan-Ecouviez) aux voyageurs. C'était il y a très longtemps, lorsqu'on comptait encore sur le train pour désenclaver les campagnes. Le noyau urbain n'ayant cessé de s'étoffer, on voyage à nouveau en train, depuis 2008, vers Arlon avec un rebroussement à Rodange, au Luxembourg!

virton,virton-saint-mard,sncb,gare,ligne 165

virton,virton-saint-mard,sncb,gare,ligne 165J'ai vu Virton et sa gare où, comme chez moi à Lobbes, on ne va à la voie 2 qu'accompagné. Une gare rare, donc, où, comme à Florenville, on ne passe ni en-dessous ni au-dessus des voies. Une gare à l'ancienne, certes, où, comme à Walcourt, la faisceau est gonflé mais surtout abandonné. Une gare gaumaise, tellement joyeuse, comme tant d'autres avant, que je n'en reviens pas.

Mais, je le confesse, je suis parti trop vite. Volage, je devais en voir une autre. Si j'avais su, je me serais nourri encore de ses pierres centenaires. Si j'avais su, je me serais assis un long moment sous la marquise rénovée, en regardant les trains passer. Ce qui est sûr, c'est que même si j'étais resté, rien n'aurait pu m'enlever le désir, acquis dès le premier instant, d'y revenir encore et souvent.

 

[ILLUSTRATIONS - Photos prises en gare de Virton le 22 août 2012. De style néo-renaissance française, elle fut construite entre 1879 et 1881 et porta longtemps le nom de Virton-Saint-Mard, quartier dans lequel elle est située, pour la distinguer de la gare de Virton-Ville.]

[Et maintenant, c'est promis, retournons sur l'ancienne ligne 109 et achevons le parcours par la section Beaumont-Chimay...]