Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/01/2018

Raison faite à Anseremme

anseremme,gare,sncb,train,ligne 166

Plus de dix ans après mon dernier passage, je suis revenu visiter la gare d’Anseremme. J’avais pris la peine, au préalable, de relire l’article tout au début de ce blog, où je l’avais qualifiée de « havre de paix ». Avec le recul, je me dis que c’était exagéré et que le seul havre d’alors, c’était d’avoir trouvé ma voie, celle qu’éclairent aujourd’hui des centaines de stations de Belgique et d’ailleurs.

J’écrivais alors :

« Je m'installerais volontiers dans une chaise longue sur le quai opposé pendant des heures, qu'il pleuve ou qu'il fasse beau. »

C’en est bien la preuve ! Car cette chaise longue, vous le savez bien, je pourrais l’installer sur n’importe quel quai de gare ! Mais je me souviens avoir été particulièrement fasciné par le bâtiment voyageurs (BV) d’Anseremme qui, à l’époque, n’était déjà plus qu’une ruine vouée à une démolition certaine :

« Après tout, elle n'est pas encore aussi vilaine que les gares de Thuin ou d'Assesse, qui sont de véritables hontes nationales. Elle est juste vieille et très fatiguée. »

anseremme,gare,sncb,train,ligne 166

[La gare d'Anseremme du temps où le bâtiment voyageurs, certes délabré, bordait encore le quai. Photo prise le 30 juin 2006.]

Ha ha ! Et pourtant, des trois, c’est elle qui a disparu la première. Le BV de Thuin, entre-temps, a été splendidement réhabilité pour devenir, en 2012, la nouvelle Maison de l’Emploi. Même le BV d’Assesse a survécu un temps, sans plus jamais se bonifier, et n’a succombé devant la pelleteuse que le 10 février 2017 (1). Ainsi va l’histoire…

anseremme,gare,sncb,train,ligne 166

[Il manque un bâtiment sur la gauche de l'image, là où stationnent aujourd'hui la voiture et sa remorque...]

Je me souviens aussi de ce moment de déchirement il y a quelques années, à travers la vitre d’un train vers Bertrix, quand j’ai relevé que la vieille bâtisse trouée et pâlie s’était comme évaporée. Que cette gare d’Anseremme, que j’avais naïvement réduite à cette seule même bâtisse, allait désormais devoir exister sans. Et que je devrais m’en faire une raison.

« La gare, si elle ne permet pas d'en finir avec la décadence, offre toutefois un répit. Lorsqu'au printemps on s'y trouve seul, c'est-à-dire sans les nuées néfastes de louveteaux boutonneux, c'est même un havre de paix, qu'entretient fidèlement un cerisier du Japon tout en fleurs... »

anseremme,gare,sncb,train,ligne 166Quand je suis revenu dix ans plus tard, donc, c’était la fin des classes et la saison des descentes de la Lesse par des nuées bruyantes d’étudiants flamands en excursion. Le cerisier du Japon avait fleuri il y a un temps déjà, et la voie 1, celle-là même où se dressait naguère la ruine bien-aimée, était inaccessible car en travaux. Oh, et les trains n’étaient plus les mêmes…

En dix ans, certaines choses avaient changé, d’autres pas. En restant suffisamment longtemps en gare d’Anseremme, ce havre dépassé, je me suis souvenu de ce temps où, béat, j’admirais encore les ruines avec un espoir infini.

 

 

(1) Voir En Lignes n°139, juin 2017, p. 18. 

anseremme,gare,sncb,train,ligne 166

[Le 23 juin 2017, l'automotrice Desiro 08529 marque l'arrêt en gare d'Anseremme. Stationnant en face de l'ancienne halle à marchandises, elle s'apprête à redémarrer à contre-voie et poursuivre son parcours vers Libramont.]

31/05/2016

Rebroussements à Bertrix

sncb,gare,train,bertrix,ligne 165,ligne 166

sncb,gare,train,bertrix,ligne 165,ligne 166D'après les anciens, les chemins de fer de l'Etat ont toujours eu une sainte aversion pour les rebroussements. Il est vrai qu'avant l'apparition des rames réversibles, un temps fou s'écoulait avant qu'on ait changé la machine de front. Si de nos jours l'occasion reste rare, ne boudons pas le plaisir de la marche d'abord vers l'avant, puis vers l'arrière.

A Bertrix, le rebroussement est régulier. Toutes les deux heures, un train local quitte Namur à destination de Dinant et Libramont. Arrivé presque en fin de parcours, au bout de la ligne 166, il stationne un instant en gare de Bertrix avant de repartir en sens inverse par la ligne 165. Mais j'ai profité de cet instant pour descendre à quai et revoir un endroit où il avait neigé lors de mon dernier passage.

 

sncb,gare,train,bertrix,ligne 165,ligne 166

En avril, garde ton fil, dit en somme le dicton. Une brise du nord, du nord-est peut-être, balayait le marché du jeudi, Place de la Gare, assez pour hérisser le poil. Mais un soleil généreux, printanier, brillait, promettant à mi-mot à qui en ferait un sage usage des images sublimées. Juste un voile de cirrus cherchait à affecter la gare d'une ombre anodine.

sncb,gare,train,bertrix,ligne 165,ligne 166J'ai assisté aux manœuvres intéressantes, plus loin dans le faisceau, de deux 62 d'Infrabel qui sont allées et venues dans d'incessants rebroussements, pour refouler là où il fallait une rame de travaux. Cà et là, des hommes de jaune vêtus manipulaient les aiguillages. Ma seule manœuvre à moi fut d'essayer de comprendre et de capturer le moment.

J'ai bien dû repartir vers Libramont, pour faire le triangle. Avant d'embarquer, toutefois, je me suis laissé aller à quelques pensées sur le quai. Derrière la Desiro et sa voisine, le vent frais s'est remis à souffler. C'est donc à rebrousse-poil que j'ai laissé l'automotrice me refouler, me rebrousser à Bertrix, vers Libramont, Forrières et au-delà... 

sncb,gare,train,bertrix,ligne 165,ligne 166

[ILLUSTRATIONS - La photo 1 fut prise le 3 janvier 2008, les photos 2 à 5 le 21 avril 2016. 1- Lors de mon tout premier passage à Bertrix, alors que tombait la neige, la gare m'a paru d'une horizontalité violente. 2- L'intérieur de la gare vue de la voie 2, en attendant un train. 3- La tranquillité de la Place est trompeuse le jeudi, car dans mon dos grouillait le marché hebdomadaire. 4- La 6246 et la 6261, à l'arrière du faisceau, entamaient leur dernier mouvement après moult rebroussements. 5- Les Desiro 08580 et 08556 prennent la pose et une pause, avant de repartir, l'une vers Namur après rebroussement, l'autre vers Virton et Arlon.]

11/11/2013

Gedinne en distances

sncb,gare,train,gedinne,ligne 166

sncb,gare,train,gedinne,ligne 166L'automne venu, voici l'occasion d'un rétro. Avec le temps, je me dis que j'aurais dû mieux préparer ma visite à Gedinne, et qu'alliés, les arbres et le relief peuvent jouer de bien vilains tours. C'était déjà en mai 2011, mais le souvenir d'une marche un peu désespérée reste vif. A travers ces mots, j'y retourne, je me refais le film, je vous en montre l'une ou l'autre image.

Je ne sais pourquoi, mais c'est de l'intimidation que j'ai ressenti du train quand je suis descendu en gare de Gedinne. Était-ce le ciel trop parfait, le quartier aux contours insaisissables ou juste la gare, qui me perturbait? Je me suis senti pris au piège, en plein carrefour, dans un courant d'air. J'ai fui en choisissant une route , sur la droite, qui descendait fort, sans vrai accotement.

Cela descendait encore quand j'ai vu qu'elle ne menait qu'à une autre route hostile à travers champs. N'envisageant pas de remonter cette pente interminable, j'ai continué à gauche, déjà inquiet, frôlé par trop de véhicules. La distance s'accumulant, j'ai accéléré la marche pour échapper à la panique, en priant de voir enfin un clocher. C'est en me disant que Gedinne, au fond, c'est loin, que j'ai découvert, enfin, un bourg charmant éloigné de sa gare.

sncb,gare,train,gedinne,ligne 166

sncb,gare,train,gedinne,ligne 166Je n'y suis pas resté longtemps et c'est dommage. Au physique, au pas de charge, j'ai cherché un chemin plus direct vers la gare. Au sommet boisé d'une colline, rage a tenu sa promesse et m'a ramené à Gedinne-Gare. Soulagé et dans les temps, je me suis dit que mes jambes venaient de vivre un bel exemple, celui des gares qu'on n'a pu mener autrefois, par la faute du relief, plus près de leur bourg charmant.

A Gedinne-Gare, à Gedinne, j'ai lu un panneau informant les passants des origines du lieu. Il rappelle, avec nostalgie, que la gare fut tête de ligne un temps, jusqu'en 1899. Rassuré, un peu moins bête, je suis donc rentré en gare, tel un courant d'air. Par la lentille, sous un soleil revenu, je l'ai sentie vieillie mais sereine, ni fière et flétrie. Elle qui ne me perturbait plus, je l'ai embrassée. Et comme j'étais venu, je suis reparti...

sncb,gare,train,gedinne,ligne 166

[ILLUSTRATIONS - Photos prises en gare de Gedinne le 3 mai 2011.] 

31/07/2007

Anseremme, un havre de paix

Anseremme1.JPG

Je ne suis jamais aussi heureux le long des rails que lorsque vient à moi une gare champêtre, vestige d'une époque glorieuse où la voiture était un luxe que peu de gens arrivaient à s'offrir. La gare d'Anseremme est peut-être celle qui résume le mieux ma passion... Entrons!

Anseremme2.JPGVoici une gare que j'ai découverte un peu par hasard, en 2006, lors d'une promenade en solitaire en bord de Meuse. Je voulais voir Dinant. Pour moi, voir une ville, ce n'est pas visiter ses musées, contempler ses monuments ou même aller à la rencontre des âmes qui la peuplent. Pour moi, découvrir une ville, c'est y déambuler nonchalamment, tel un touriste malgré lui. Je veux palper les nationales qui y mènent, prendre le pouls des cités qui l'entourent, sentir l'appel d'air créé par les voitures qui y défilent, la contourner et puis y tourner, regarder les vitrines des artisans, m'incliner devant la fontaine du coin, faire un clin d'oeil à la girouette au sommet du clocher. Mais tout part de la gare. Une ville sans gare est une ville sans fard.

On a vite fait le tour d'Anseremme, blottie dans un méandre de la Meuse. Les habitations bourgeoises sentent l'ennui. Le clocher y est sympa, mais on se rappelle vite qu'il sert trop souvent de phare aux touristes éméchés dès la nuit tombée. La gare, si elle ne permet pas d'en finir avec la décadence, offre toutefois un répit. Lorsqu'au printemps on s'y trouve seul, c'est-à-dire sans les nuées néfastes de louveteaux boutonneux, c'est même un havre de paix, qu'entretient fidèlement un cerisier du Japon tout en fleurs...

Anseremme3.JPGAvec un bon coup de pinceau, elle serait tellement plus jolie. Son état de délabrement fait peine à voir, toute borgne et cicatrisée qu'elle est. Et pourtant...

Et pourtant... je m'installerais volontiers dans une chaise longue sur le quai opposé pendant des heures, qu'il pleuve ou qu'il fasse beau. Je m'improviserais chef de gare l'espace d'un instant, saluant machinistes et accompagnateurs en transit. Oh, je ne lui ajouterais aucune modernité et certainement pas un distributeur de boissons. Elle mérite mieux que ça, et surtout qu'on la laisse tranquille. Après tout, elle n'est pas encore aussi vilaine que les gares de Thuin ou d'Assesse, qui sont de véritables hontes nationales. Elle est juste vieille et très fatiguée. Mais elle est restée coquette et a conservé un charme bucolique que beaucoup d'autres lui envient. Alors voilà, belle dame à la robe de pierres, pourquoi je vous aime. Et si nous prenions le thé?

Anseremme4.JPG
[Illustrations: Photos prises devant, derrière, à gauche, à droite dans la vieille gare d'Anseremme, sur la ligne 166 (Dinant-Bertrix), le 30 avril 2006.]