Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/12/2016

Une journée en train

train,billet shopping,liège-guillemins,spa-géronstère,spa,pepinster,dolhain-gileppe,gare,ligne 37,ligne 44

train,billet shopping,liège-guillemins,spa-géronstère,spa,pepinster,dolhain-gileppe,gare,ligne 37,ligne 44Cela a commencé comme une chanson d'enfant. Un seul voyageur dans le bus, deux dans le train, trois sur le quai, quatre dans la librairie... Il gelait à pierre fendre ce matin, l'avant-dernier de l'année, la nuit n'ayant que mieux nappé les campagnes d'un film givré. En glissant vers Lobbes, le pantographe craquait de mille étincelles argentées avant de m'emmener au loin.

L'accompagnateur a raillé. "Eh ben, vous, vous ne serez pas vite arrivé!" Ben non, aurais-je dû dire. Mais c'est devenu comme un rituel, entre les fêtes, de m'envoyer, au prix d'un billet Shopping, à l'autre bout du pays! Et cela commence toujours, tel un polar, en sentant la Sambre glacée et noire serpenter sous le train avant Marchienne-Zône.

A Charleroi, d'abord, j'ai souhaité un bon réveillon à Thibaut et à Sergio en leur prenant un café. Après, les kilomètres se sont enchaînés, dès le soleil sur Tamines levé et au-delà des brouillards mosans de Bas-Oha. Aux Guillemins, puis à Pepinster, il m'a fallu changer de train pour partir encore, avant de toucher terre à Spa-Géronstère.

train,billet shopping,liège-guillemins,spa-géronstère,spa,pepinster,dolhain-gileppe,gare,ligne 37,ligne 44

train,billet shopping,liège-guillemins,spa-géronstère,spa,pepinster,dolhain-gileppe,gare,ligne 37,ligne 44Au dégel, j'ai traversé Spa en m'arrêtant aux abords de chaque monument, signe d'une ancienne Belgique. J'y ai trouvé une lumière franche, démentant décembre, peignant au pastel les pierres et leurs tourments. Et puis j'ai fui! J'ai découvert Dolhain-Gileppe et sa courbe moderne, avant de prendre quelques clichés de Pepinster et son triangle.

Décembre démentant, le crépuscule est trop vite arrivé. De retour aux Guillemins, j'ai salué le machiniste de la 7766 manoeuvrant pour la changer de front, ronronnante comme moi au bout de ma journée. Cela s'est terminé comme une autre comptine: il y eut neuf trains, six gares et trois billets, de Lobbes à Lobbes, entre deux méandres de la Sambre endormie... 

train,billet shopping,liège-guillemins,spa-géronstère,spa,pepinster,dolhain-gileppe,gare,ligne 37,ligne 44

[ILLUSTRATIONS - Photos prises le 30 décembre 2016. ::de haut en bas:: Le billet Shopping m'ayant permis de couvrir le plus grand nombre de kilomètres : La gare de Liège-Guillemins accueille pendant les fêtes une animation d'automates de Noël, sous chapiteau : Le terminus de Spa-Géronstère, sur la ligne 44, où l'automotrice 647 s'apprête à repartir vers Aachen [D] : Le nouveau point d'arrêt de Dolhain-Gileppe, sur la ligne 37 : Départ de Pepinster à destination de Liège-Guillemins à bord de l'IC438, assuré par la 1867 et un long convoi de voitures M6 aptes à circuler à 200km/h.]

30/01/2014

Mes voeux pour Verviers-Central

sncb,gare,train,verviers-central,ligne 37

sncb,gare,train,verviers-central,ligne 37Entre deux réveillons arrosés, je suis arrivé trempé à Verviers-Central un dimanche en matinée. Je voulais me faire une idée rassurée des travaux en cours dans cette gare trop longtemps négligée, alors qu'il faut la classer parmi les merveilles de l'architecture ferroviaire belge. J'en suis reparti affamé deux heures plus tard, heureux de la savoir entre de bonnes mains et curieux déjà à l'idée de la revoir en 2018, quand tout le ramdam sera terminé.

Ce n'est pas la première fois qu'elle reçoit une cure de jouvence. Il faut croire qu'en raison des hivers du coin, elle s'effrite plus vite que les gares au nord et à l'ouest. Dans les années 70, il a fallu la priver des deux clochetons qui trônaient, depuis son inauguration en 1930, au sommet des donjons, de part et d'autre du corps central. Et parce que la ruine guettait encore, on l'a modernisée un peu à la fin des années 80.

sncb,gare,train,verviers-central,ligne 37

sncb,gare,train,verviers-central,ligne 37Voilà quelques semaines qu'on a éventré l'esplanade pavée devant la gare. Si l'accès aux guichets est devenu précaire, si les bus des TEC ont été repoussés, temporairement, vers la rue de Bruxelles, le mal était nécessaire si l'on voulait rehausser le tunnel recouvrant les voies, celui qu'on appelle Chic-Chac, et permettre le passage des voitures M6 sur l'axe Eupen-Ostende. En façade, le Fileur a désormais les pieds dans le vide!

Après, ce sera la salle des guichets que l'on transformera. Dans un jeu de chaises musicales, le buffet deviendra le Press-Shop, le Press-Shop actuel accueillera les guichets et les guichets feront place à un restaurant... Cette opération risquée préservera-t-elle le cachet magistral de la salle qui, malgré ses nombreux automates, invite au silence, au respect, à la contemplation?

A l'issue de cette virée dominicale à Verviers-Central, j'ai formulé un voeu pour l'avenir. Que l'horloge des guichets, d'une splendeur éternelle, reflète longtemps encore, dans cette nef centrale, le passage du temps. Et que le Chic-Chac et sa gare monumentale résistent pour les siècles des siècles à la ruine qui guettera encore, hiver après hiver, en la Cité Lainière...

sncb,gare,train,verviers-central,ligne 37

[ILLUSTRATIONS - Photos prises en gare de Verviers-Central le 29 décembre 2013.]

06/03/2011

Le campanile de Trooz

[campanile, n.m. 1. Clocher d'église isolé du corps du bâtiment, à la manière italienne. 2. Petit clocher à jour, sur le faîte d'un bâtiment.]


Trooz2.JPG

Trooz1.JPGJe suis parti à Géronstère un jour il y a deux étés. C'était une longue promenade en train et à pied dans les villages du coin dont, je vous ai ramené, il y a quelques mois, une carte postale de Theux. Alors que le train s'envolait vers Pepinster, au départ, j'ai dû tomber dans un semi-coma, une catatonie du moins. J'ai cru voir le campanile de Trooz. Je vous jure: j'ai cru le voir de mes propres yeux! C'était en août 2009.

Je suis donc parti à Trooz un jour, il y a cinq semaines. C'était une longue promenade en train pour trois heures sur place. Mais je voulais voir le campanile de Trooz. Le choc fut, évidemment, immense. Pas de campanile! Pourtant, j'ai bien cherché. A l'oeil nu, à travers l'objectif, au toucher. J'ai même sondé le sol à la recherche de gravats, palpé l'herbe gelée, gratté entre les brins. Rien.

Trooz4.JPG
Secoué, je me suis perdu dans les rues de Trooz, sans jamais sembler quitter Forêt. La Vesdre était sale; les seuls passants étaient flanqués de chiens. Jamais loin des rails, j'ai vu défiler les trains, surtout des automotrices et même un ICE. Je dois bien avouer que j'ai cherché le campanile jusque dans l'eau. N'en pouvant plus, j'ai rebroussé chemin et suis retourné en gare.

Trooz3.JPGLà, j'ai accompli mon devoir. Entendez que j'ai photographié les quais, le tunnel et même le vieil étang de jardin des chefs de gare d'antan. J'ai surtout photographié la gare, cet "appareil polygonal de moellons de pierre grise", un édifice "de style pittoresque" (1). J'ai varié les distances, les angles, les hauteurs. Rien n'y a fait. En plein hiver, j'y aurais vu plus de campanules que de campaniles.

Dans le train du retour, j'ai relu des notes: "... moellons de pierre grise... [avec] tourelle à campanile...". Ca y est, on y est. Il y avait bien jadis un campanile à Trooz! Le soir, j'ai ouvert des livres et usé du clavier. Je n'ai pas trouvé l'histoire de sa disparition, mais je sais maintenant que c'était il y a longtemps. Etais-je donc si nase en partant à Géronstère, en passant par Trooz, un jour d'été il y a deux ans?

Trooz5.JPG
(1) DE BOT, Hugo, Architecture des gares en Belgique: Tome I 1835-1914, Turnhout: Brepols, 2002, p. 53.

[ILLUSTRATIONS: Toutes les photos ont été prises le 31 janvier 2011. Elles évoquent toutes la gare de Trooz privée depuis trop longtemps de son campanile. Pourtant, il exista bien jadis.]