Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/07/2012

jurbise.biz

jurbise,gare,train,sncb,ligne 96,ligne 90

jurbise,gare,train,sncb,ligne 96,ligne 90Le business tourne sur les cinq voies de Jurbise! Des trains de toutes les longueurs défilent à toute heure vers Mons et vers Ath, vers Braine-le-Comte et au-delà. Les plus longs cisaillent l'air humide, sans arrêt ni regret. Les vieilles automotrices, elles, vont sans peine ici. Elles assurent puis s'effacent, jusqu'au prochain retour. Quand c'est fini, ça recommence.

C'est plus calme la nuit, il paraît. Pourtant, la gare de Jurbise n'est qu'en veilleuse, en sourdine, car citernes et tombereaux voyagent alors, en claquant mollement, en clicotant absentément. Ils rappellent, un peu maladroitement, le passé industriel du coin, avec ses nombreux raccordements. Aux premières lueurs du jour, ou même avant, les navetteurs reviennent, entre deux bâillements.

Le parking devant la gare se remplit peu à peu, les phares des voitures donnant un nouvel éclairage aux briques jaunes et rouges de la façade. Le bâiment voyageurs n'est plus celui imaginé par Auguste Payen en 1841, mais bien son digne successeur de 1898. Noble centenaire, il abrite encore un guichet assez animé le matin. Y vend-on des billets vers le passé?

jurbise,gare,train,sncb,ligne 96,ligne 90

jurbise,gare,train,sncb,ligne 96,ligne 90C'est que le mystère n'est pas tant en gare qu'autour! Les bus des TEC sont étrangement aux abonnés absents et le commerce est pour ainsi dire inexistant. A Jurbise, quand on vient à la gare, c'est pour le train et pour rien d'autre! Vers 10 heures arrivent les ménagères, les seniors, les brosseurs, avec leurs impératifs aléatoires, leurs petits soucis, leurs envies d'ailleurs.

Et donc, à toute heure, le business tourne sur les cinq voies de Jurbise. Des trains de toutes les longueurs embarquent et débarquent les voyageurs, quelles que soient leurs humeurs, leurs valeurs, leurs aspirations. Il y a toujours quelqu'un sur les quais, ou presque. Le business tourne à tâtons, mais pas à reculons. Un peu comme la vie elle-même, sans doute...

 

jurbise,gare,train,sncb,ligne 96,ligne 90

[ILLUSTRATIONS - Photos prises en gare de Jurbise et alentours le 26 juin 2012.]

[N'hésitez pas à lire l'excellente histoire du rail à Jurbise par Emile Pequet - "Une histoire de trains".]

23/09/2011

Le temps d'un billet cadeau

sncb,gare,jemappe,geraardsbergen,grammont,zottegem,burst,gembloux,ligne 97,ligne 90,ligne 122,ligne 89,ligne 82,ligne 161,ligne 144,train

Il n'était pas très beau, le billet cadeau que j'avais reçu, comme tant d'autres abonnés lésés par les retards à répétition du printemps. Son air anodin devait-il pousser à n'en faire qu'un usage modéré, tel un présent qu'on offre parce qu'il le faut bien? Moi, en tout cas, j'avais décidé de l'utiliser à fond. Et donc j'ai voyagé onze heures durant dans onze trains différents, en première classe encore bien!

sncb,gare,jemappe,geraardsbergen,grammont,zottegem,burst,gembloux,ligne 97,ligne 90,ligne 122,ligne 89,ligne 82,ligne 161,ligne 144,trainSésame en main, je suis d'abord parti à Jemappes afin d'inspecter sa gare monumentale, depuis trop longtemps fermée. Je l'ai trouvée plus belle de loin, là où pourtant ça sent les égoûts à plein nez, quarante-huit minutes durant, sous le regard un peu méfiant des pandores et des passants somnolants. Faudra donc que je revienne avec un meilleur équipement, un après-midi d'hiver, en me donnant plus de temps.

Pour l'étape suivante, j'ai rebroussé un peu avant de partir, en mode L, vers Grammont (Geraardsbergen) par la ligne 90 et ses gares évanouies. A destination m'attendait une gare verte, basse mais fière, sobre mais joyeuse, où chaque homme, chaque chose semblait avoir sa place, jusqu'au dernier autorail garé. Plutôt que faire le Mur, j'y ai flâné, autour et dedans, sans voir passer le temps.

sncb,gare,jemappe,geraardsbergen,grammont,zottegem,burst,gembloux,ligne 97,ligne 90,ligne 122,ligne 89,ligne 82,ligne 161,ligne 144,train

De Grammont, il n'y a pas un quart d'heure de train jusqu'à Zottegem, une cité flandrienne proprette, bourgeoise, dynamique, située à la croisée des lignes 89 et 122. Je n'ai pu dompter sa vaste gare à l'ancienne, ni le contraste imposé par un bâtiment voyageurs plus récent rythmé par les répliques entre engins diesel et électriques. Les premières rencontres, ça se rate de temps en temps.

sncb,gare,jemappe,geraardsbergen,grammont,zottegem,burst,gembloux,ligne 97,ligne 90,ligne 122,ligne 89,ligne 82,ligne 161,ligne 144,train

Pas dépité pour autant, j'ai repris mon chemin avec comme but avoué la gare de Burst. J'ai presté un service minimum dans cette station étrange et assoupie, cet été, par la suspension du trafic sur la ligne 82. Alors, je me suis promené par les ruelles et servitudes, entre champs et vergers, à regarder les pommes rougir sous un soleil rageur. Puis, soudain alarmé, j'ai cavalé pour atteindre le quai à temps.

sncb,gare,jemappe,geraardsbergen,grammont,zottegem,burst,gembloux,ligne 97,ligne 90,ligne 122,ligne 89,ligne 82,ligne 161,ligne 144,trainsncb,gare,jemappe,geraardsbergen,grammont,zottegem,burst,gembloux,ligne 97,ligne 90,ligne 122,ligne 89,ligne 82,ligne 161,ligne 144,trainLa dernière cible du jour était Gembloux et sa nouvelle gare. En basculant par Bruxelles, en revenant vers le sud, j'ai tenté d'imaginer à quoi elle pourrait ressembler. Mais c'est la même, ou presque, que celle d'Ottignies. Tiendrait-on enfin notre nouveau Type Etat belge? J'ai photographié un peu, erré un peu plus, puis je me suis assis dans un autre train, car j'y avais fait mon temps.

Le retour m'offrait une ultime première: un parcours de la ligne 144 (Gembloux-Jemeppe s/Sambre), veinule ankylosée du réseau, quoiqu'utile au frêt. J'ai pu la voir en long et en large grâce à la signalisation en panne et le trot imposé par l'impératif SF 0,5. La correspondance à Tamines était déjà partie, mais j'avais prévu large. Tant et si bien que je suis rentré chez moi dans les temps.

Mon safari terminé, je me suis refait le film de la journée et du magnifique voyage à travers les faubourgs de mon pays. Chers amis voyageurs, chers amis de la SNCB, j'en suis presque à souhaiter de nouveaux retards, de nouveaux pointages foireux, de nouveaux rendez-vous manqués pour me faire offrir à nouveau cinq gares pour le prix d'aucune. Peut-être devrais-je simplement écrire aux chemins de fer et demander, à titre médical, un autre billet cadeau...

[De Charleroi à Lobbes, en 11 heures et 6 minutes, avec un billet cadeau ayant permis de prendre les 11 trains suivants: (1) IRk 3807 Charleroi-Sud 08:27-Jemappes 09:06, (2) IRk 3831 Jemappes 09:54 Mons 09:58, (3) L 4181 Mons 10:37 Ath 11:11, (4) IRd 3281 Ath 11:21 Geraardsbergen 11:44, (5) L 1883 Geraardsbergen 12:57 Zottegem 13:11, (6) CR 2264 Zottegem 14:07 Burst 14h19, (7) CR 2265 Burst 15h20 Bruxelles-Midi 15h58, (8) ICM 2416 Bruxelles-Midi 16h03 Gembloux 16h57, (9) P 8693 Gembloux 18:04 Tamines 18:31+15', (10) ICD 940 Tamines 18h50+7' Charleroi-Sud 19h00+9', et (11) L 4769 Charleroi-Sud 19h12+2' Lobbes 19h33.]

[ILLUSTRATIONS: De haut en bas, les gares de Jemappes, Geraardsbergen (Grammont), Zottegem, Burst et Gembloux photographiées le 17 août 2011.]

 

31/03/2011

OK: Okegem, ligne 90

Okegem4.JPG

OK, j'étais à Okegem pour deux raisons. Une image dans une revue a suffi, et hop en mission je suis parti. Il y avait aussi la ligne 90, qu'on dit mal aimée. Comme j'ai de l'amour à donner, je voulais la voir et la caresser du regard.

OK, je n'ai pas fait l'heure à Okegem. C'est un peu à cause d'un relais manqué à l'aller, où j'ai dû stagner. Denderleeuw et ses quais rouge et vert, où je suis resté gelé, vous comprenez? Alors, j'ai dû faire vite et allonger le pas pour prendre la pleine mesure de ce lieu rural et bourgeois.

Okegem1.JPG

OK, je suis resté un peu en gare d'Okegem. Le clocher et les crocus m'importaient moins. La gare est toute vide, toute restaurée. C'est remarquable, cette authenticité forcée par le lucre brassicole. Poussera-t-on à faire du guichet un comptoir, à y vendre des bières de seconde classe plutôt que des billets de première? La Maes se débitera bientôt à flots non en face, mais dans la gare!

OK, j'avais l'humeur cynique sur les quais d'Okegem. Si c'est là son destin, j'accepte car au moins elle vit. On rira même bientôt en ses murs, c'est tout dire! Quant à la ligne, je ne m'en ferais pas. On y voyage en cabotant certes, de Denderleeuw à Mons, et le frêt s'y fait rare. Mais il y a trop de vie locale, de part et d'autre, pour s'en défaire.
Okegem2.JPGOkegem3.JPG

OK, j'exagérais un peu en partant d'Okegem, car je ne suis pas reparti par Grammont. Mais le soleil était mal mis et j'avais déjà une autre gare en tête. Vers Clabecq d'Okegem je suis parti, mais je sais déjà qu'un jour j'y reviendrai, avec de l'amour à donner, y prendre une bière et rire, à gorge déployée, en ses murs.

Okegem5.JPG

[ILLUSTRATIONS: Photos prises en gare d'Okegem le 3 mars 2011.]