Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/04/2018

Fugues

sncb,gare,train,lobbes,marchienne,tec,charleroi

[Une fugue le dimanche, ça commence souvent comme ça : l’arrivée en gare de Lobbes, vers 15h21, d’une Desiro amorçant le quai précautionneusement. Le 29 janvier 2017, c’est la 08078 qui assurait toutes les circulations sur la ligne 130A, au gré de sept allers-retours entre Erquelinnes et Charleroi-Sud. J’ai embarqué au début d’une autre belle promenade près des rails du Pays Noir.]

Je fugue souvent le dimanche après-midi. Je prends la Desiro voie 1 à Lobbes et je descends presque invariablement à Marchienne-Zône. De là, je marche vers Charleroi-Sud en déambulant sur l’un des sept circuits que je me suis définis au fil du temps. Chaque circuit a ses variantes aussi; il y a toujours des choses à voir au gré d’un détour, une seule chose peut-être, un seul petit détail qui a varié depuis la dernière visite. Un changement que j’essaie d’immortaliser, en espérant m’en souvenir dans dix ans.

Bien entendu, les rails ne sont jamais loin. Il y a ceux de la grande ligne, la 124, qui vient de Bruxelles, et ses derniers raccordements industriels. Il y a ma petite ligne, la 130A, qui démarre de la frontière de France et passe chez moi, à Lobbes. Il y a même une courbe qui les relie entre elles, la 124A/1, parcourue par de rares trains de marchandises. Et le mariage des voies, qui fait que les trains des lignes 112 et 132 défilent également sous mon regard dominical.

sncb,gare,train,lobbes,marchienne,tec,charleroi

[L’autorail 4163 revenant de Couvin débouche de la ligne 132 à la jonction avec la ligne 130A, peu avant l’ancienne gare de La Sambre, dont le bâtiment est en cours de démolition en ce 28 avril 2016. A peu près à hauteur du mât, se débranche sur la gauche des voies la courbe 124A/1 qui mène à Marchienne-au-Pont en évitant Charleroi-Sud, mais n’est empruntée que par de rares trains de marchandises.]

sncb,gare,train,lobbes,marchienne,tec,charleroi

[En marchant d’un bon pas, je peux atteindre le pont de la rue Thomas Bonehill qui surplombe l’amorce de la ligne 130A et voir repartir vers Erquelinnes le train qui m’a déposé à Marchienne-Zône 40 minutes plus tôt. Avec un peu de chance, on peut le voir évoluer en parallèle avec l’autorail pour Couvin, dont le départ de Charleroi-Sud n’est prévu qu’une minute plus tard. C’était le cas ce dimanche 8 avril 2018, avec la 08101 et le 4110 qui avaient tous deux démarré avec quelques minutes de retard après avoir assuré une correspondance.]

Je peux regarder à aisance aussi ces rails oubliés, là où se dressaient des usines aujourd’hui éteintes, jadis si bien ferrées. Ou même ceux du tram, du métro en fait, qui sortent de terre après De Cartier et reste en l’air jusqu’à Dampremy… Tout ce patrimoine industriel, si je ne le savais déjà si réduit, pourrait me paraitre généreux, pléthorique même, si j’avais vingt ans de moins. Et dire que d’autres bien avant moi, des aînés, vingt ans plus tôt encore, ont dû penser exactement la même chose…   

Le dimanche, curieusement, ce sont bien ces rails délaissés qui me fascinent le plus. Ces itinéraires périmés, où jadis au moins quelqu’un encore allait en train, justement parce qu’il y avait des rails… Des rails qui menaient jusque dans des cours aux marchandises où s’amoncelaient les produits finis à haute valeur ajoutée… En poussant la nostalgie, l’amour d’un bon vieux temps que je n’ai pourtant pas vécu, il m’arrive de rêver de l’arrivée, peinant dans une brume presque ocre, d’une grosse machine à vapeur tirant une lourde rame industrielle…

sncb,gare,train,lobbes,marchienne,tec,charleroi

[Le 8 février 2015, la composition industrielle semble parfaite sous le soleil d’hiver à hauteur de la station Providence, une station aérienne du métro de Charleroi. J’ai choisi une photo sans tram, parce qu’aucune autre mieux que celle-ci ne rendait la profondeur du paysage typique à cet endroit. La station Providence est elle-même particulièrement photogénique, comme je vous la montrerai un jour sans doute.]

sncb,gare,train,lobbes,marchienne,tec,charleroi

[Le 2 mars 2014, une triplette de Desiro assurant un train IC de fin d’après-midi à destination de Nivelles et Bruxelles s’est élancé de la gare de Charleroi-Sud avec une certaine nonchalance. La tour des câbleries Nexans veille sur son passage, alors que la dernièrs des automotrices accouplées franchit le grand portique de signalisation à l’entrée de la gare. Dans le fond de l’image, tout à fait à gauche, on devine les voies du raccordement de l’usine Carsid au gril de Charleroi-Sud.]  

Comme gravés dans un trottoir mal dallé, ces rails aujourd’hui ne racontent plus rien. Il faut leur trouver un sens, une raison d’être contemporaine. Acheter de vieux livres et d’anciennes cartes postales qui en diront bien quelque chose… jusqu’à ce que je comprenne qu’il vaut mieux leur foutre la paix une bonne fois pour toutes… Alors que reste cet impérieux besoin de me satisfaire de leur destin, de laisser ces rails en paix comme je l’entends.

C’est dans ces fugues du dimanche que réside cette obsession, étrange sans doute, de voir des rails le plus souvent possible. J’ai aimé et photographié des plages, des couchers de soleil dans l’autre hémisphère, puis la Sambre et ses villages endormis, sa voie ferrée et ses gares, puis les gares tout court, toutes les gares, où qu’elles soient, marchant encore et encore, parfois très loin. En fuguant le long des rails, merveilles de ce jour et d’antan, avec cette insouciance hebdomadaire, je renais pour une semaine encore.

sncb,gare,train,lobbes,marchienne,tec,charleroi

[Un peu plus loin, deux ans et demi plus tard, on remarque que les deux voies qui sortaient naguère de Carsid ne sont plus raccordées au faisceau à l’entrée de Charleroi-Sud. De nos jours, dans la cour de l’usine, les engins de la firme Wanty dépècent méthodiquement les installations des anciens hauts-fourneaux. Ce sont des cathédrales qu’on abat, de nobles vestiges marquants d’un passé glorieux et prospère au service de l’industrie, historiquement liés au rail.]

 

30/08/2017

Conférence et exposition sur la ligne 130A

La 29e édition des Journées européennes du patrimoine en Wallonie, organisée les 9 et 10 septembre prochains, aura pour thème les "Voies d'eau, de terre et de fer". 

Parmi les nombreuses activités proposées à travers la Wallonie, se tiendra le samedi 9 septembre à 19h30 une conférence sur "La ligne 130A: hier, aujourd'hui et demain", lors de laquelle j'évoquerai la menace qui plane à moyen terme sur l'avenir de la ligne, que j'emprunte au quotidien. Après avoir retracé sa genèse et son histoire, je ferai l'inventaire des raisons qui incitent au pessimisme avant de proposer un argumentaire pour une mobilisation en faveur de sa survie et de sa pérennisation.

ligne 130a,train,gare,lobbes,conférence,exposition

[Le 7 avril 2017, l'automotrice 970, assurant le train L4763, passe à Landelies.]

 

La conférence se prolongera par une exposition le dimanche 10 septembre, de 9h30 à 16h, lors de laquelle la même thématique sera évoquée en textes et en images. J'ai choisi près de 200 photos sur les 7000 que j'ai prises de la ligne 130A ces dix dernières années. 

La conférence et l'exposition auront lieu à l'Espace transition, rue de l'Abbaye 30a, à 6540 Lobbes, non loin de la gare. Vous trouverez le détail de cette activité à la page 75 de la brochure éditée pour cette édition des Journées du patrimoine. 

J'espère vous y rencontrer.

 

ligne 130a,train,gare,lobbes,conférence,exposition

[Le pont n°10, entre Hourpes et Thuin, est un des cinq ponts de la ligne 130A qui n'a pas encore été remplacé. La vitesse de référence y a été abaissée à 60 km/h.]

07/05/2014

Déclaration de guerre, avis de contre-offensive

sncb,train,ligne 130a,gare,charleroi-sud,thuin,lobbes,erquelinnes

Dès le mois de décembre 2014, le dernier train pour Erquelinnes au départ de Charleroi-Sud partira à... 18h54! Vous avez bien lu. C'est une déclaration de guerre au bon sens et, au premier chef, assurément, à tous les navetteurs et voyageurs de Haute-Sambre, de Thudinie et du Pays de Charleroi. Cette fois, je ne ris pas et, comme je suis loin d'être seul, j'annonce qu'il y aura combat.

Qui est l'ennemi? Il y a évidemment la SNCB, qui prend là une décision idiote - et le mot est pesé - et aimerait tenter le passage en force en ne divulguant l'information qu'après l'été. Il y a aussi, hélas, les autorités publiques, dont la passivité en la matière est à peu près scandaleuse. Vu que mes impôts, nos impôts, ont été utilisés pour en arriver à cette décision, combat de principe il y aura.

sncb,train,ligne 130a,gare,charleroi-sud,thuin,lobbes,erquelinnes

Précisons que nous ne sommes pas dupes. Nous savons que la ligne 130a (Charleroi-Erquelinnes) n'entre plus dans les priorités de la SNCB ou d'Infrabel. Pendant quinze ans, on a rénové tous les ponts, consolidé les parois rocheuses et même augmenté le gabarit du tunnel de Leernes. Entre-temps, les guichets ont fermé les uns après les autres - Thuin, Erquelinnes et enfin Lobbes. Le dernier train, qui partait encore il y a peu à 22h13, part aujourd'hui à 21h12. Et puis, bientôt... 18h54? Vous voyez vers où on va?sncb,train,ligne 130a,gare,charleroi-sud,thuin,lobbes,erquelinnes

Les quais des gares de la ligne n'ont jamais été rehaussés. La desserte de Jeumont, par-delà la frontière française, a été supprimée. Rien, absolument rien, n'a été fait, ces dernières années, pour promouvoir, dans les gares du Royaume, le charme de la région. Alors, on pourra me parler de la réalité des chiffres, de la non-rentabilité d'une ligne mineure - la 130a - on ne me fera pas oublier que ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières. En diminuant l'offre sur les petites lignes, on diminue la fréquentation des grandes lignes. C'est un axiome.

Venez à Thuin le matin, à 6h25 ou à 7h25, regarder l'automotrice bondée s'éloigner vers Hourpes. Attendez le coup de sifflet à Charleroi-Sud le soir, à 19h21, et comptez les voyageurs, travailleurs, étudiants ou simples passagers du temps. Et dites-moi comment se calcule la rentabilité d'une ligne, sachant que ce sont autant d'usagers qui poursuivent à grands frais, leur voyage vers Mons, Namur, Ottignies ou Bruxelles...

sncb,train,ligne 130a,gare,charleroi-sud,thuin,lobbes,erquelinnes

* * *

18h54, un jeudi brumeux de décembre 2014. Ce n'est plus une automotrice mais un autorail qui me ramènera chez moi. Je n'aurai pas fait mes heures au bureau, ou à peine. Je sais déjà qu'il y aura bientôt moins de navetteurs dans ce dernier train du jour qu'il n'y en a aujourd'hui dans l'avant-avant-dernier train du jour. Des trains diesel sur une ligne électrifiée: si ce n'est là la décadence... en attendant la fin?

Contre-offensive il y aura. Pour mon malheur, pour notre malheur, il y aura bientôt des élections. Dissolution des chambres, gouvernement en affaires courantes et sans doute blocage dans la formation d'un nouvel exécutif... Au moment de déposer le bulletin dans l'urne, nous aurons peut-être à l'esprit l'une ou l'autre promesse d'un candidat en vue, comme celle de défendre et promouvoir les petites lignes de train. Un candidat qui, une fois élu, une fois les chambres recomposées, feindra l'ignorance, s'insurgera dans les média et constatera, comme moi, qu'on n'y peut plus rien.

Il est donc temps d'agir. Et d'espérer qu'il ne soit déjà trop tard pour empêcher le dernier train pour Erquelinnes de partir trop tôt. 

sncb,train,ligne 130a,gare,charleroi-sud,thuin,lobbes,erquelinnes

[ILLUSTRATIONS - :: de haut en bas :: 18h54? Sans autre commentaire :: L'automotrice 991 assurant un service Erquelinnes-Charleroi-Sud arrive voie 3 à Lobbes, un peu lamentablement, le 21 avril 2014. Depuis la fermeture du guichet de la gare en décembre 2013, des signaleurs veillent sur la salle d'attente en semaine et autorisent l'accès aux quais quelques minutes avant le départ des trains. Le week-end, cependant, il n'y a pas de personnel en gare. Comme il n'existe aucun passage au-dessus ou sous les voies, tous les trains traversant Lobbes passent voie 3, à vitesse très réduite. :: Un des nombreux avis de travaux sur les ouvrages d'art de la ligne 130A. :: La gare d'Erquelinnes, photographiée ici le 7 février 2014, a déjà perdu une partie de son faisceau marchandises, jadis bien gonflé et garni. :: Le 13 mars 2010, l'automotrice 760 quitte le point d'arrêt de Landelies sur la ligne 130A, en direction de Charleroi-Sud.]

 

 

28/12/2013

De l'autre côté du guichet (quand venait le train de Paris)

sncb,infrabel,ligne 130a,ligne 109,train,gare

La nuit est tombée assez tôt sur Lobbes et sa gare. Elle a nappé la place d'une brume humide et un peu collante, exaltée par les phares des voitures familiales s'en allant de la Clinique Saint-Joseph. Les derniers trains du jour passeront tantôt; les rares voyageurs ne s'arrêteront pas au guichet. Derrière celui-ci, la routine nocturne s'installe pour celui qui veillera pendant quelques heures encore sur l'art ferroviaire.

Pour lui, cet art sera solitaire. Le téléphone sonnera quelques fois, donnant voix aux collègues de Charleroi-Sud ou d'Erquelinnes. De rares trains apparaîtront encore sur l'écran de contrôle, les derniers voyageurs et l'un ou l'autre marchandises. Dans la pénombre, le pupitre du poste de commande éclaire à peine le visage de l'homme de métier. On le sent résigné et un peu inquiet pour l'avenir.

sncb,infrabel,ligne 130a,ligne 109,train,gareIl n'y a qu'un seul agent, un agent mixte comme on dit, pour le guichet et pour le poste de block. Il vend et il régule. Pour quelques jours encore, qu'il décompte malgré lui, il sera l'un des derniers de sa catégorie. Il ne sait pas vraiment où il travaillera après la Noël. Il a connu le temps d'une gare à huit voies, il y a plus de trente ans. Huit voies à Lobbes! Lobbes-Garage, la fin de la ligne 109 et de la desserte de la sucrerie de Donstiennes... La fin aussi des trains internationaux. Huit voies et beaucoup de collègues, dont certains disparus trop tôt.

A l'arrière du local, un poste de télévision débite absentément des âneries, des choses en tout cas que demain on oubliera. Devant moi, l'agent a le regard plongé dans le passé, contemplatif d'une carrière en ces murs, en quête d'un souvenir qui vaudrait le récit. Le silence pourrait être pesant, mais c'est le prix du souvenir. Il fait nuit; comme un enfant, j'attends qu'on me raconte une histoire.

***

sncb,infrabel,ligne 130a,ligne 109,train,gare

De ces rencontres nocturnes de l'autre côté du guichet, au block 62, ont émergé des récits étonnants, émouvants, des souvenirs d'une autre époque. On devine, derrière les mots, une nostalgie qui interpelle mais rassure à la fois. Les moments qui ont marqué ces hommes de métier le plus, ce sont les vies sauvées à même le quai, ces suicides de justesse avortés, ces imprudences de voyageurs finalement sans conséquence.

sncb,infrabel,ligne 130a,ligne 109,train,gareIl y eut ce gamin qui ne devait pas avoir quatre ans. Assis, à même le quai, il balançait innocemment ses petites jambes au-dessus de la voie. Personne ne l'aurait remarqué si l'agent n'était sorti de son local, un peu par hasard, un peu machinalement, pour voir l'international passer. Tandis qu'au loin approchait déjà à vive allure le train, l'agent s'est approché du gamin dans le plus grand calme et s'est accroupi près de lui. Posément, gentiment, il lui a demandé ce qu'il faisait là. Le petit garçon a répondu, le plus naturellement, qu'il regardait passer les trains. L'agent, plus que conscient du danger imminent, lui demanda encore où se trouvait sa maman. Les jambes cisaillant toujours au-dessus de rails, l'enfant répondit d'une simplicité désarmante: "Ma maman me fait un petit frère.". Et alors que l'international fendait l'air en gare de Lobbes, l'agent souleva le gamin, lui prit la main et le ramena à Saint-Joseph, où l'infirmière qui devait veiller sur lui pendant que sa maman accouchait poussa un cri, n'ayant même jamais remarqué qu'il était sorti!

sncb,infrabel,ligne 130a,ligne 109,train,gareIl y eut aussi le déraillement du Paris-Moscou à hauteur de l'aiguillage de la ligne 109, entre Lobbes et Thuin, un samedi matin fin juillet. Était-ce en 1981 ou en 1982? C'est si loin... Après l'évacuation de l'avant et de l'arrière du train, il resta coincée encore une voiture soviétique sur le lieu-même de l'incident. C'était avant la chute du Mur de Berlin et, à l'époque, le personnel des chemins de fer de l'ex-URSS avait pour consigne de ne jamais abandonner le matériel roulant en territoire étranger. Les Soviets restèrent à Lobbes près d'un mois, assis aux côtés de leurs collègues des chemins de fer belges. Même s'il y a prescription, il reste le souvenir de soirées animées en gare, avec des bouteilles de vodka dont on ne vit jamais vraiment le fond...

Et puis il y eut cet événement annuel, impensable aujourd'hui dans ce monde normé à outrance, du Paris-Cologne qu'on arrêtait exceptionnellement à Lobbes une fois l'an, pour laisser descendre une veuve aux habits solennels venue se recueillir sur la tombe de son mari. Elle était même accueillie par la fanfare et les édiles du village. N'y a-t-il là un beau mystère nappé d'une brume un peu collante, qui demande à être élucidé, histoire qu'on s'assure qu'au fond, les choses d'avant avaient plus de charme et de saveur que celles qu'on nous vend aujourd'hui?

***

sncb,infrabel,ligne 130a,ligne 109,train,gare

Alors, voilà. Dans le local, une tonalité aiguë interrompt le silence. Un train, sans doute le dernier omnibus pour Charleroi, vient d'entrer dans la zone de block. L'agent, dont la casaque jaune brille à la lueur du TCO, actionne un interrupteur ou un bouton. "Eh oui...", soupire-t-il en s'asseyant devant son écran. Des cadres suspendus aux murs montrent la gare à différentes époques; il y a aussi cette photo du personnel posant devant la gare quelques années auparavant.

A Lobbes, où il ne reste désormais plus que trois voies, les agents ont reçu une note de service confirmant la fermeture du guichet et du poste de block. La note les remerciait officiellement du travail accompli pendant ces longues années. Il aurait été si facile de préciser que ce travail avait été bon, très bon, mais las...

Alors qu'il soit dit ici que ce travail était non seulement très bon, mais excellent, et apprécié des navetteurs et voyageurs de Lobbes. Mesdames et Messieurs qui nous avez servis si fidèlement pendant toutes ces années, soyez remerciés et sachez que vous nous manquez déjà. Et, pour ma part, que je suis heureux de vous avoir rencontrés. Et que j'espère vous revoir un jour et parler de ces moments suspendus, quand venait le train de Paris...

sncb,infrabel,ligne 130a,ligne 109,train,gare

 

16/12/2013

A Lobbes, le guichet s'est éteint

lobbes,gare,sncb,ligne 130a,train

Le 15 décembre, dans l'après-midi, le guichet de la gare de Lobbes, ma gare, a cessé d'être. Ils l'ont fait! Ils l'ont éteint pour de bon, malgré une pétition ouverte depuis plus d'un an , signée deux mille fois, dont moi trois fois, histoire de bien marquer le coup. Il faudra désormais utiliser l'automate, quand il fonctionnera, cette machine dont j'ai dit qu'il fallait se méfier.

La fermeture a été brutale et sans appel. Il n'a jamais été question d'une demi-mesure, où l'on aurait d'abord limité l'ouverture à la seule matinée. Car pourquoi attendre encore là où la machine est installée et fonctionne le jour comme la nuit? Après la mort des guichets d'Erquelinnes et de Thuin il y a une dizaine d'années, celui de Lobbes était le dernier de la ligne 130a, entre Charleroi et la frontière française.

lobbes,gare,sncb,ligne 130a,train

lobbes,gare,sncb,ligne 130a,train

lobbes,gare,sncb,ligne 130a,trainLes gares de village, voyez-vous, meurent rarement d'un coup. C'est davantage une longue agonie faite de petites morts. Le guichet qui ferme n'est qu'un clou de plus dans le cercueil. Et pourtant, et surtout, ce clou fait mal. Avec lui disparaissent le bonjour matinal, le bonsoir vespéral. Avec lui s'amorce un déclin esthétique inexorable, conséquence de l'abandon.

Pendant quelques mois, à Lobbes, la salle d'attente restera chauffée. Des signaleurs de jaune vêtus l'ouvriront encore quand viendra le train. Mais bientôt les quais seront éventrés et l'on construira un passage sous les voies. Pendant quelques mois donc, il y aura peut-être encore des bonjours et des bonsoirs. Mais l'été venu, la porte se fermera à jamais et la gare, refroidie, se sera éteinte pour de bon.

Il ne restera qu'un point d'arrêt écorché, glacé l'hiver, tagué l'été. Il ne restera qu'un siècle et demi de souvenirs partagés par des générations de voyageurs, de signaleurs et de chargeurs, d'agents de triage et de sous-chefs de gare. Il ne restera que l'écho lointain des bonjours ensoleillés, des bonsoirs bienveillants. Et, pour moi, des regrets éternels, une tristesse infinie.

lobbes,gare,sncb,ligne 130a,train