Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/09/2014

Tout contre Poix

gare,train,sncb,ligne 162,poix-saint-hubert,poix st. hubert

gare,train,sncb,ligne 162,poix-saint-hubert,poix st. hubertIl n'y a qu'en été que je viens me poser tout contre Poix... Dans sa robe de pierres, elle respire. Elle soupire à peine sous l'orage grondant. Elle attend une heure meilleure et un train vers Libramont. Moi j'attends que la pluie passe et que le vent pousse les nuages. Cette année, je n'ai pas vu de couleuvre sur les quais. Je n'en ai pas peur; c'est juste qu'elles m'inquiètent.

Le vent a poussé les nuages. Un soleil incertain est sorti. Les trains sont revenus. La gare de Poix-Saint-Hubert a brillé. Ou pas vraiment, parce qu'à sa pierre ternie s'est collée une lueur sombre mais noble. Celle de la vieillesse, de la présence à travers les âges en ces terres éloignées et humides, loin de sièges mais près des trains. Son éclat réservé l'honore. Mais devrait-elle s'en contenter?gare,train,sncb,ligne 162,poix-saint-hubert,poix st. hubertgare,train,sncb,ligne 162,poix-saint-hubert,poix st. hubertTout contre moi, Poix soupire encore. Comme moi, elle pense que la notion de rentabilité est aujourd'hui viciée. Qu'on manque d'idées et de vision en haut-lieu pour faire vivre un patrimoine remarquable. Ces vieilles gares que nous aimons, ne pourrait-on y loger plus de services ou d'associatif? En nous forçant à guetter leur ruine, on nous renvoie cruellement à notre propre déclin. Inutile destin...

Le soleil s'est affirmé, levant une fine brume sur les quais. Du coup, la cadence des trains m'a semblé s'accroître. Entre deux passages, j'ai cru revoir un passé naïf mais festif, une année radieuse à Poix, une récolte légendaire dans le potager du chef de gare. J'ai frémi et même tremblé en mesurant l'effet du temps et l'oeuvre d'âmes cupides sur ce lieu charmant.

Fiévreux, je suis revenu tout contre Poix. Adossé à la gare, j'ai trouvé l'équilibre. Celui qui peut exister entre une gare morte mais qui espère et un homme bien vivant mais qui désespère. Le propre de tout contrepoids, sachez-le, est d'annuler les excès. C'est ce qu'a fait, tout contre moi, la gare de Poix, ce jour-là...

gare,train,sncb,ligne 162,poix-saint-hubert,poix st. hubert

[ILLUSTRATIONS - Photos prises en gare de Poix-Saint-Hubert le 14 août 2014, sauf - évidemment - la dernière, datée du 3 août 2007, que j'ai retrouvée dans mes archives et qui montre, avec beaucoup de nostalgie, le passage d'un train international (en provenance de Bâle?) tracté par la 2021, une glorieuse ancêtre attendant probablement au nord d'Anvers son ferraillage prochain...]

05/08/2007

Ballade estivale sur la 162

 

Poix1.JPG

Poix2.JPGUn jour de congé! Un plaisir devenu trop rare ces derniers mois, mais que j'ai mis à profit, ce vendredi, au travers d'une promenade ferroviaire prévue de longue date. J'avais trente destinations en tête, en sachant que la préférence irait à celles qui proposeraient du calme, des pierres, de la verdure. Presque inévitablement, elle devait m'emmener en province de Luxembourg, loin des lieux communs.

Je me suis levé comme pour aller travailler. A 8h05, je montais dans le train vers Namur, le coeur en fête. J'ai pris des notes à chaque arrêt du train, alors que défilaient des campagnes que le relief et les premiers ballots de paille faisaient onduler. Des lieux aux noms respirant le foin: Florée, Haversin, Chapois, Grupont. A 10h56, je débarquais à Poix-St. Hubert. Saisi, stupéfait par la grâce figée de sa vieille gare délaissée. Pendant deux heures, je l'ai photographiée de près, de loin, du quai, de la cour à marchandises, dans l'herbe ou le gravier, caché derrière un arbre ou au milieu du passage à niveau. Ce soir, je sais qu'elle m'appartient un peu. Je pourrai en rêver la nuit, en la peuplant de gens étranges ou boursouflés.Grupont_2007.JPG

J'ai ensuite repris le train en mode cabotage, afin de prendre du plaisir en des lieux divers. Deuxième arrêt du jour, la gare de Grupont est une autre belle dame endormie trônant sur un village fleuri. L'église, pourtant érigée sur la colline, ne lui fait pas d'ombre. C'est joli là-bas, et il y a une taverne en contrebas de la gare pour ceux qui ont soif. Comme en beaucoup d'endroits du Royaume, la gare est désormais une habitation privée, et les occupants ne semblent pas du genre à vouloir vendre billets et abonnements. Il n'empêche: c'est si calme ici que je viendrais bien m'y poser chaque été. Un jour de vacances à Grupont, et vous voilà remis pour de bon!

Mais comme je n'en avais pas encore assez, je me suis laissé entraîné par le soleil vers un autre lieu, toujours sur la ligne 162, mais au nord de Ciney cette fois. Et une nouvelle fois, je suis resté ébloui. La gare de Natoye est coquette, c'est certain. Même les abris sur les quais sont d'un blanc seulement jauni par le soleil. Du coup, dans ses couleurs, la gare dégage un air méditerrannéen. Paradoxe, c'est quand on cherche à l'enfermer dans un angle coquin que la gare se laisse photographier le plus docilement. Pour l'histoire, elle est désormais occupée par un vendeur de peintures, dont on imagine qu'il trouve un intérêt tout particulier à ce que sa façade ferroviaire reste ensoleillée et donc nue de toute peinturluration schizophrène...

Natoye_2007.JPG

[Illustrations - Tout en haut, la gare de Poix St. Hubert paraît endormie. En haut, à gauche, passage de l'automotrice 174 à Poix-St. Hubert le 3 août 2007. Au milieu, à droite, la gare de Grupont est d'une beauté intemporelle. En bas, la gare de Natoye est particulièrement coquette.]