Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/10/2012

Microcosme à Sivry-Gare

[Dix-huitième étape d'un parcours en vingt-quatre articles consacré à l'ancienne ligne 109, qui reliait autrefois Mons à la Thudinie et à la Botte du Hainaut jusqu'à Chimay. Nous arrivons à présent à Sivry, après des arrêts à Cuesmes-Etat, Hyon-Ciply, Harmignies, Vellereille-le-Sec, Estinnes, Fauroeulx, Merbes-Sainte-Marie, Bienne-lez-Happart, Lobbes, Thuin-Ouest, Biesme-sous-Thuin, Thuillies, Strée, Beaumont et Solre-Saint-Géry.]

sivry,gare,ligne 109,train,sncbOn peut affirmer, sans user d'hyperbole, que le site de la vieille gare de Sivry est une des plus belles reliques du chemin de fer à l'ancienne en Belgique. On peut venir et revenir, au fil des ans, et y trouver le même tableau harmonieux, la même image délicieuse, d'édifices désuets plantés dans une flore débordante. Avant le train, il n'y avait rien. Celui-ci reparti, il reste, ô mystère, l'écho imperceptible mais assourdissant, l'aura invisible mais aveuglante, d'âmes qui viennent et s'en vont, le long des rails disparus, de Sivry à l'infini.

Il doit bien y avoir, dans l'immensité de l'univers, un petit coin reculé mais pas trop, d'où l'on pourrait voir, aujourd'hui encore, la gare en action. A cent trenteannées-lumière d'ici, là-haut très haut, on pourrait, avec un bon télescope, guetter l'arrivée du tout premier train à Sivry, en 1882. A soixante années-lumières d'ici, c'est même Henri Scaillet qu'on pourrait apercevoir aux commandes d'un autorail revenu de Chimay. A quarante-huit années-lumière, le tout dernier train; à quarante-et-une, l'enlèvement des rails... Tout ça est théoriquement possible mais on peut se demander qui, à une telle distance, voudrait se passionner pour la gare de Sivry et son passé. A l'échelle du cosmos, elle n'est, au mieux, que l'infime détail d'une poussière...

sivry,gare,ligne 109,train,sncb

sivry,gare,ligne 109,train,sncbCes choses-là, celles de l'infiniment grand et du rapport qui existe entre la lumière et le temps, on les apprend sans doute aux enfants qui visitent le petit planétarium situé dans la cour de l'ancienne gare. Depuis 1995, en effet, celle-ci a été reconvertie en Centre de dépaysement et de plein air de la Commuanuté française. Au fil des voyages scolaires qui y sont organisés d'une année à l'autre, ce sont des milliers d'enfants qu'on initie aux rudiments de la météorologie ou de l'écologie. On parie qu'ils sont nombreux, une fois revenus chez eux, à se souvenir des quatre anciennes voitures L garées le long de l'ancien quai?

Mais si la science évolue et que les techniques d'observation se raffinent, il ne faut pas oublier que le temps passe et que le souvenir des trains de Sivry décline. Les cimetières du coin ont offert le repos éternel à celles et ceux qui ont vu s'ériger un nouveau quartier, celui de Sivry-Gare, quelque temps avant l'arrivée de la toute première locomotive. Ils abritent sans doute aussi les derniers d'entre elles et eux à avoir emprunté la calèche qui menait les voyageurs de la gare au centre du village à travers le Bois de Martinsart. Est-il encore quelqu'un qui se souvienne des vociférations du curé du Sivry jurant, dans les années 1950, avec une mauvaise foi certaine pour d'aucuns, que l'autobus serait moins rentable que le train entre Lobbes et Chimay? Est-il encore quelqu'un qui ait vu les commis charger les bobines et autres produits du bois dans la cour à marchandises de ce qui fut une gare placide mais prospère?

sivry,gare,ligne 109,train,sncb

sivry,gare,ligne 109,train,sncbAvec chaque hiver humide, les vieilles voitures L se dégradent un peu plus. Leur caisse rouille inexorablement; leur livrée verte s'effrite et laisse voir des flancs rongés jusqu'au dernier degré. On aurait tort de s'en émouvoir, car c'est là l'oeuvre imperceptible mais manifeste du temps, auquel n'échappe nul être et nulle chose. On aurait tort de s'en émouvoir, car quelle plus belle fin pourrait-on réserver à ces glorieuses ancêtres qu'un arrêt éternel en gare, à Sivry de surcroît, pour le regard des enfants?

Car il nous faudrait sans doute retomber en enfance, à des années-lumière de ce que nous sommes devenus, pour espérer entendre encore l'écho de la calèche qui s'éloigne, de la locomotive qui s'ébranle, du curé qui exhorte les fidèles à voyager en train. Il nous faudrait retomber en enfance pour oser chercher dans le petit biotope, dans le microcosme de Sivry, cette particule élémentaire, ce petit boson, qui permettrait de lire l'avenir de la vieille gare et de dire si, longtemps encore, elle restera la plus belle relique de la ligne 109.

sivry,gare,ligne 109,train,sncb

[ILLUSTRATIONS - Photos prises à Sivry-Gare le 13 juin 2009, le 11 novembre 2009 et le 2 septembre 2012. Sivry était une gare de 3ème catégorie.]