Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/01/2012

Courbes rentrantes à Thuin-Ouest

[Douzième article d'une série de vingt-quatre à propos de l'ancienne ligne 109 (Mons-Chimay), fermée au trafic voyageurs depuis près d'un demi-siècle. A la recherche des vestiges laissés par les trains d'antan, nous nous sommes arrêtés à Mons, Cuesmes-Etat,Hyon-Ciply,Harmignies,Vellereille-le-Sec,Estinnes,Fauroeulx,Merbes-Sainte-MarieBienne-lez-Happart et Lobbes.]

ligne 109,thuin-ouest,gare,sncb,trainLa petite ville de Thuin doit à la Sambre sa quasi-verticalité. Sur son versan perché, fier comme un paon, le beffroi gratte les nuages et toise, un peu moqueur, ces petites créatures qui dévalent les remparts ou filent à travers les jardins suspendus. En cherchant l'ouest à leur suite, on aboutit, en contrebas, au bord de la Biesmelle, un affluent de la Sambre, qu'enjambait jadis la ligne 109. De là, quel que soit l'angle d'attaque ou la courbe rentrante, on pense revoir l'ancien bâtiment voyageurs de la gare de Thuin-Ouest, qui hélas s'est évanoui, victime du temps et de ses aléas.

Venez donc par la ville basse, en bas du viaduc, le long de la Sambre, dans la rue 't Serstevens. En passant l'Eglise Notre Dame d'el Vaux, scrutez la butte dans l'axe de la voirie. Par-delà le vieux mur devant vous trônait la gare disparue. Il y a un siècle, vous l'auriez peut-être trouvée bruyante, alors qu'on y chargeait, dans des claquements sourds, des poêles dans les wagons garés dans la cour à marchandises. Avancez, allez voir... Mais ne demandez en aucun cas qu'on vous indique la gare, car on vous enverrait gentiment paître à Thuin-Nord!  

ligne 109,thuin-ouest,gare,sncb,train

C'est qu'à une époque dont seuls les plus anciens se souviennent désormais, il y avait deux gares à Thuin, sises sur des lignes différentes. Thuin-Nord, sur l'autre rive de la Sambre, devait son appellation cardinale à la Compagnie des chemins de fer du Nord-Belge, qui a exploité la ligne (130a) entre Charleroi et la frontière française jusqu'à la Deuxième guerre mondiale. Cette gare, devenue Thuin par défaut quand Thuin-Ouest a succombé, la dessert aujourd'hui encore; elle vient d'être splendidement rénovée. Comprenez donc que pour aller alors de Thuin-Ouest à Thuin-Nord, mieux valait marcher car le train ne reliait ces gares qu'au prix d'un rebroussement à Lobbes...

ligne 109,thuin-ouest,gare,sncb,trainAdmettons maintenant que vous preniez demain le train de Lobbes à Thuin. Après le pont sur la Sambre, vous devinerez une ouverture entre les arbres sur la droite. Ce sillon timide, que la nature a déjà presque reboisé, était la ligne 109 qui se débranchait là de la 130a. Une ancienne maisonnette du chemin de fer garde d'ailleurs toujours l'endroit, de façon tout à fait civile. Si la simple voie qui menait à Chimay a vu son dernier service voyageurs le 31 mai 1964. le trafic de marchandises a subsisté un temps au départ des cours de Thuin-Ouest, de Thuillies, de Strée. Puis la ligne 109 dans sa moitié sud n'a plus survécu qu'au gré des dessertes de la sucrerie de Donstiennes, avec un train le mardi, le mercredi et le vendredi jusqu'en 1991. La SNCB a déclassé la ligne en cet endroit en février 1993.

ligne 109,thuin-ouest,gare,sncb,trainSi enfin vous avez la chance d'admirer le panorama des terrasses du Château Beauregard, qui évoque le prestige d'antan de la cité thudinienne, vous noterez sans doute en contrebas ces rails bien vivants qui occupent l'ancienne gare de Thuin-Ouest et strient les rues avoisinantes. Ces rails bien chantants mais à écart métrique véhiculent aujourd'hui le rêve et la passion des nostalgiques du vicinal. Ce n'est pas une hérésie, car trains et trams se côtoyaient encore, là en bas, loin des grands centres, il y a soixante ans, avant que tout foute le camp.

Ainsi donc, à Thuin-Ouest, entre trains et trams, l'histoire et les hommes qui la font ont choisi ces derniers. Même si la gare s'est comme évaporée par mauvais vent, on la devine encore, la brique un peu sale. Quel que soit l'angle d'attaque, quelle que soit la courbe rentrante, on la devine encore, qui lâche des voyageurs, de par les remparts, de par les jardins suspendus, à l'assaut du beffroi, il y a trop longtemps...ligne 109,thuin-ouest,gare,sncb,train

[Voir également l'article consacré à l'actuelle gare de Thuin, jadis appelée Thuin-Nord, lors de l'évocation de la ligne 130a: Les fleurs du mal à Thuin.]

25/01/2010

Les fleurs du mal à Thuin

[Ceci est le sixième article d'une série de treize concernant la ligne 130A. En partant d'ici, nous avons marqué l'arrêt à Marchienne-Zone, à Landelies et à Hourpes, avant de faire une pause technique.]

Thuin5.JPG

Thuin4.JPGSi vous n'avez jamais posé le pied à Thuin, je vous conseille le détour sans réserve. N'y attendez pas un florilège commercial - les grandes enseignes jugent la Thudinie peu rentable dans son ensemble. Mais nous savons que la beauté est ailleurs. Alors, allez-y pour la richesse de son patrimoine, de son bâti ancestral, de ses traditions. Allez-y pour ses jardins suspendus, pour son beffroi et - si vous avez le coeur à la fête - pour sa St. Roch. N'y attendez pas une jolie gare fleurie - les seules fleurs qui y poussent sont celles du mal.

Jusque fin septembre 1962, il y avait deux gares voyageurs en activité à Thuin. Thuin-Ouest, sur l'ancienne ligne 109 (Mons-Chimay), n'existe plus que dans le souvenir des anciens... mais aussi dans l'enthousiasme bien actuel des nostalgiques du tram vicinal. J'y reviendrai un jour. Mais la gare située sur la ligne 130A, c'est Thuin-Nord qui, si elle est au nord, l'a perdu un peu! Par défaut de concurrence, de nos jours, on dit juste Thuin.

Comme à Landelies, la gare de Thuin est une relique du bâti ferroviaire de la Compagnie du Nord-Belge. Mais, à l'inverse de Landelies, il est difficile, de nos jours, de lui trouver une quelconque beauté. On l'a trop longtemps laissée aller, seule, sans amour et sans ouvrage. Le pignon est abîmé, la marquise a succombé, l'intérieur pourrit. C'est déjà la ruine. Les gens du coin le savent et s'en émeuvent. Des décisions se prennent à Bruxelles, à Namur, et non loin du beffroi. Mais rien ne change. En 2010 encore?

Thuin2.JPG

Thuin3.JPG

Mais même alaidie par le temps et le mépris des hommes, je l'aime, cette gare du Nord révolu! La nuit maquille ses défauts et, avec un peu de recul, on peut lui rendre une certaine dignité. Pour moi, c'est quand elle est déserte qu'elle revit. C'est quand on me la laisse que j'en prends soin. C'est quand on l'oublie encore et encore que j'y reviens, toujours et toujours, pour l'habiller de nouvelles couleurs, de nouvelles lumières, et l'entendre murmurer de fragiles mots d'espoir.

Si vous n'avez jamais posé le pied à Thuin, allez-y aussi par devoir de mémoire, à la recherche des traces d'une histoire millénaire. Humez l'air du temps qui a passé et passe, encore et encore, le long de la Sambre. N'y attendez pas une jolie gare fleurie, car la gare y est flétrie. Laissez-la moi, ou venez m'aider à arracher, une à une, les fleurs du mal qui y poussent, toujours et toujours.

Thuin1.jpg

[Illustrations: de haut en bas et de gauche à droite: 1. Nous voici arrivés à Thuin! 2. Vue de l'intérieur de la gare de Thuin, le 31 octobre 2008. 3. En fouillant dans mes cartons, j'ai retrouvé cette photo de la gare de Thuin prise en juillet 2004, en période "pré-numérique". On voit contre la façade une enseigne avec l'ancien logo de La Poste. Depuis fin 2006, cette expérience d'hébergement de services publics alternatifs s'est achevée sur un échec, laissant le bâtiment absolument vide. La SNCB l'a d'ailleurs "aliéné" à l'administration communale. 4. Nouvelle évocation de l'état de délabrement de la gare de Thuin, capturée le 30 juin 2007. 5. Mieux vaut donc regarder la gare de Thuin la nuit, comme je l'ai fait le 25 octobre 2009.]